lundi 18 novembre 2019 01:12:08

Tourisme culturel : Virée dans la mégalopole américaine New York, New York…

Très difficile de parler de New York tant il y a à dire sur cette mégalopole unique au monde, à laquelle seules d’autres villes d’égale importance, telles Paris, Londres, Moscou et Tokyo… semblent encore, sous l’angle touristique et culturel, ravir quelque peu la vedette.

PUBLIE LE : 10-09-2019 | 1:00
D.R
Très difficile de parler de New York tant il y a à dire sur cette mégalopole unique au monde, à laquelle seules d’autres villes d’égale importance, telles Paris, Londres, Moscou et Tokyo… semblent encore, sous l’angle touristique et culturel, ravir quelque peu la vedette. 
 
Car New York c’est bien plus qu’une trop grande ville, c’est tout un monde. Le nouveau monde, dit-on ici non sans raison. Alors, comment faire, une fois arrivé sur les lieux, pour visiter toute cette immensité ? D’abord, il faut savoir —et c’est plutôt heureux— que c’est sur la base d’un programme de visites, préalablement élaboré par une agence touristique lavalloise dénommée «tourika». Donc pas trop de crainte de ce côté-là, c’est une guide québécoise chevronnée qui va nous accompagner ­—et nous fournir des explications de façon plutôt magistrale— durant notre périple new-yorkais. 
 
Premier jour de visite 
 
Une fois arrivés à l’entrée de la mégalopole américaine, venant en cela de Laval-Montréal en bus, autrement dit après avoir parcouru quelque 600 km et traversé les frontières des deux pays, par où commencer… Premier arrêt à New York donc, premier jour de visite new-yorkaise et premier lieu de rendez-vous à partir duquel va commencer —en trois jours pleins— la visite, o combien partielle du fameux district de Manhattan : le tout aussi fameux restaurant «Macy’s» (entre les 6e et 7e avenues ; 34e rue). La même notoriété ici que «La Tour d’argent» ou «Chez Bocuse» à Paris. La visite new-yorkaise —ou plutôt celle du district de Manhattan, qui est immensément étendu (Lire encadré)— commence alors par une promenade guidée à pied. Premier arrêt, après avoir longé —en direction du nord de Manhattan— une bonne partie de la non moins célèbre et toujours aussi avenante avenue Broadway : le quartier tant fréquenté pour sa notoriété mondiale et dénommé «Times Square». Inutile, ici, de dire combien les enseignes géantes et panneaux publicitaires lumineux fusent de partout dans ce quartier, même de jour et ce, où qu’on donne du regard. Bref, tout ce monde qui se déplace de façon disciplinée, toute cette effervescence, toute cette luminosité ont, telle une «ruche» humaine, de quoi donner le tournis aux non initiés, dont heureusement très peu d’entre nous, de différentes nationalités, font partie.
 
Notre lieu de résidence : dans le district du New Jersey
 
Autre rendez-vous pris dans la même journée : «Herald Square», à la jonction de la 6e avenue et de la 34e rue (Parc entre Macy’s et Victoria Secret). Là aussi, nous avons eu du temps libre pour flâner ici et là et découvrir tant de choses sur ce district, qui au commencement était une île ; ce qui explique la présence de nombreux plans d’eau, pour ne pas dire des lacs. Tout cela donc jusqu’au départ en début de soirée, près du «Théâtre New World Stages» (à la 50e rue, entre les 8e et 9e avenues), vers notre lieu de résidence : un hôtel Hilton dans un autre district —celui du New Jersey— et ce, durant tout notre séjour new-yorkais. Il faut dire, au passage, que tout s’est déroulé comme «sur du papier à musique» tant l’organisation du séjour était sans reproche, plutôt impeccable, serions-nous tentés d’écrire. C’est en tout cas ce que nous aurons peut-être l’occasion de constater aussi lors de la poursuite de notre périple new-yorkais.
Kamel Bouslama
 
Le district de Manhattan, un plan en forme de damier
Pur ceux qui ne le savent pas encore, Manhattan est un district où tout est tracé selon un découpage rectilinéaire. C’est un peu comme un damier où, dans le même sens, on compte plusieurs avenues parallèles, au nombre de douze. Et dans le sens perpendiculaire, une cinquantaine de rues. Pour se repérer dans un endroit précis ou pour se rendre dans un autre endroit, rien de plus simple —contrairement aux idées reçues— car tout est signalisé. 
A ce titre, on a pu observer qu’il est pratiquement impossible de se perdre à Manhattan tant la signalétique urbaine est l’une des meilleures au monde. La seule contrainte majeure, due à l’immensité du district, c’est les distances à devoir parcourir entre les avenues ; et même entre les rues. D’ailleurs, s’il vous arrive de demander ici ou là si l’endroit où vous devez vous rendre est proche ou non, on vous répondra souvent que c’est à 30 minutes ou trois quarts d’heure de marche, c’est selon… 
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions