vendredi 06 dcembre 2019 13:11:07

L’élection présidentielle dans de brefs délais seule solution pratique et démocratique

L’Instance de médiation et de dialogue a remis hier son rapport final au Chef de l’état

PUBLIE LE : 09-09-2019 | 1:00
D.R

Karim Younes : Ce rapport comporte toutes les propositions présentées «avec sincérité et honnêteté»  

Le rapport final des consultations avec les partis politiques, les représentants  de la société civile, les personnalités nationales ainsi qu'avec des représentants du mouvement populaire, a été remis au chef de l'Etat, hier, lors d'une audience accordée par M. Bensalah aux membres de l'Instance, au siège de la Présidence de la République.
 
L’Instance nationale de dialogue et de médiation, menée par l’ancien président de l’APN, Karim Younes, a ainsi achevé ses rencontres avec les partis politiques, associations et personnalité nationales dans le cadre du dialogue entamé depuis plus d’un mois. Il s’agit d’un rapport de 200 pages qui se veut «le bilan de toutes les rencontres de concertation avec la classe politique, la société civile et les “acteurs” du Hirak».
M. Karim Younes a déclaré, lors d’une conférence de presse, que l’Instance a suggéré «l’amendement de 120 articles du Code électoral», et a également «réfléchi sur les mécanismes de l’installation de l’instance indépendante de surveillance des élections». Une nouvelle instance à qui «l’on devrait transférer toutes les prérogatives qui étaient jusque-là le seul apanage de l’administration», a expliqué pour sa part la constitutionnaliste, Fatiha Benabbou.
Dressant un premier bilan, Karim Younes a souligné que le panel a pu rencontrer 23 formations politiques et plus de 5.670 personnalités et associations, «à l’exception du Mouvement de la société pour la paix (MSP) et les partis regroupés au sein du pôle démocratique qui ont décliné les invitations», a-t-il tenu à préciser.
Karim Younes a indiqué que «  l’Instance a ouvert ses portes à tous ceux qui se sont engagés dans le processus du dialogue, sans exclusion» et cela,  dans le but «de parvenir à un large consensus quant à la nécessité de recherche de solutions à la crise politique que traverse le pays actuellement».
Prenant la parole, tour à tour, les membres du panel ont affirmé que l’instance a pris en considération toutes les propositions qui ont été faites par les partenaires rencontrés. «Les propositions et textes juridiques y figurant ont fait l'objet de débats et d'enrichissement lors des rencontres marathon organisées quotidiennement.
 «Les propositions et textes juridiques élaborés dans le rapport remis au chef de l’Etat sont le fruit des délibérations lors des rencontres de dialogue et des consultations entreprises avec la classe politique, la société civile, les élites et autres personnalités nationales qui ont été notées et rédigées avec sincérité et honnêteté», note Karim Younes, qui a souligné qu’avec la remise du rapport, «l’Instance aura ainsi achevé ses missions en réponse aux revendications de la société civile».
Pour sa part, Amar Belhimer, membre du panel, a expliqué qu’«après plusieurs rencontres, l’instance a décidé d’abandonner l’idée de départ, qui consistait en l’organisation d’une conférence nationale», partant du constat que, « comme l’avait affirmé Karim Younes, celle-ci  risquerait  de se transformer en une «Zerda politique» (spectacle politique)», a-t-il souligné avec un large sourire.
 «Au lieu de disperser nos efforts pour une conférence à laquelle les mêmes acteurs seront invités, l’instance s’est contentée, avec la concertation des intervenants au dialogue, de la remise d’un rapport à la présidence de la République, synthétisant toutes les recommandations, propositions, idées et visions sur les voies de sortie de crise et les mécanismes d’organisation de la présidentielle», explique-t-il. La remise de ces conclusions intervient quelques jours après que le chef d'état-major de l'ANP, le général Ahmed Gaïd Salah, a appelé à déterminer, d'ici le 15 septembre,  la date de la présidentielle.
 
« C’est au chef de l’Etat de fixer la date du scrutin »
 
Ce rapport sera remis également, selon Karim Younes, aux «partis politiques, aux associations, aux personnalités nationales et à la presse pour être à la portée de tout un   chacun et permettre à nos concitoyens d'ouvrir un large débat, et ce, partant de notre conviction que la culture du dialogue est pérenne». En affichant «un optimisme à toute épreuve, quant à la réception favorable du contenu du rapport de la part de la présidence d’Etat», Karim  Younes  a, par ailleurs, nié le fait que l’Instance ait fixé une date précise pour l’organisation de la présidentielle. 
Dans ce contexte, il affirmera que «l’instance connaîtra la réponse des hautes autorités du pays dans les prochains jours» et «c’est au chef de l’Etat de fixer la date du scrutin», a-t-il dit.
Partant de là, Karim Younes s’est félicité de l’œuvre que son instance a accomplie, en insistant sur le fait que le panel «s’est basé sur les suggestions et formulations contenues dans les plateformes des rencontres et conférences organisées notamment les 15 et 26 juin, ainsi que la conférence du 6 juillet dernier», et cela «pour élargir le débat et l’horizon des propositions à l’ensemble des dynamiques politiques et de la société civile». Le constitutionnaliste Bouzid Lazhari a réitéré, pour sa part, le fait que «l’instance ne prétend pas représenter tous les acteurs du Hirak».
Enfin, Karim Younes a tenu à préciser que «la création d'un climat propice est une nécessité impérieuse pour apaiser et détendre l'atmosphère et améliorer le climat des élections», et d’ajouter : «Il ne s'agit pas seulement de notre conviction, mais également  celle de tous ceux avec qui nous avons engagé le dialogue».
Pour rappel, l’Instance a été installée fin juillet par le chef de l’Etat, M. Abdelkader Bensalah, et le chef d’état-major a apporté son soutien à plusieurs reprises au travail de cette instance, lors de ses récents discours, partant du postulat qu’il est essentiel de rétablir un pouvoir politique légitime, par le biais d’un consensus autour de cette question, et ce, dans les plus brefs délais.
Tahar Kaidi
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions