lundi 23 septembre 2019 03:38:24

Trump met fin aux négociations avec les talibans : Jeu de surenchère ?

Coup de tonner sur les négociations de paix entre les talibans et Washington.

PUBLIE LE : 09-09-2019 | 0:00
D.R
Coup de tonner sur les négociations de paix entre les talibans et Washington. Alors que l’on croyait que le dossier du conflit afghan allait être définitivement ficelé et qu’un accord global allait être annoncé incessamment, Donald Trump vient de balancer une chape de plomb sous le ciel afghan en annonçant froidement, samedi soir, et à la surprise générale, la fin des «négociations de paix» engagées depuis un an avec les talibans.
 
 Le président des Etats-Unis a aussi dévoilé qu'il devait initialement rencontrer hier à Camp David, «séparément» et dans le plus grand «secret», son homologue afghan Ashraf Ghani mais aussi «les principaux dirigeants des talibans». Cela aurait été une rencontre sans précédent, à quelques jours qui plus est du 18e anniversaire des attentats du 11 septembre 2011 qui avaient provoqué l'intervention militaire américaine en Afghanistan pour chasser du pouvoir les talibans, accusés de donner refuge à Al-Qaïda. Le seul fait qu'un tel face-à-face ait été envisagé confirme en tout cas la préférence de Donald Trump pour la diplomatie au sommet. «Ils étaient en route pour les Etats-Unis ce soir» mais «j'ai immédiatement annulé la réunion», a-t-il précisé sur Twitter. «Malheureusement, pour tenter à mauvais escient d'accroître la pression», les talibans «ont reconnu un attentat à Kaboul qui a tué un de nos grands soldats et onze autres personnes», a-t-il souligné pour justifier sa décision spectaculaire de «mettre fin aux négociations de paix». Cet attentat survenu jeudi était le deuxième en quelques jours dans la capitale afghane revendiqué par les insurgés malgré «l'accord de principe» que le négociateur américain, Zalmay Khalilzad, affirmait avoir conclu avec eux lors des pourparlers de Doha. Pour le président américain les talibans qui avaient choisi de faire monter les enchères à travers une série d’attentats tout aussi meurtriers «ont échoué et ils n'ont fait qu'aggraver leur position!». «S'ils sont incapables d'accepter un cessez-le-feu durant ces discussions de paix très importantes, et sont en revanche capables de tuer douze innocents, alors ils n'ont probablement pas les moyens de négocier un accord significatif.» Mais pour nombre d’observateurs l’attitude des Talibans ne justifie pas, à elle seule, ce net revirement du patron de la Maison Blanche. Pour certains cercles de réflexion, le problème nait du fait que «le gouvernement américain était prêt à négocier en position de faiblesse». D’autant que le président américain voulait aussi honorer une promesse de campagne qui est celle de rapatrier l’ensemble des soldats US stationnés notamment en Afghanistan avant de se raviser et d’annoncer un retrait partiel. Même si un consensus au niveau de la classe politique américaine sur la nécessité de mettre fin à ce conflit, la crainte de voir le locataire de la Maison Blanche signe un «mauvais accord» en raison de son empressement électoraliste, semble avoir pesé sur la décision de Donald Trump. Plusieurs anciens ambassadeurs des Etats-Unis en Afghanistan avaient d'ailleurs mis en garde mardi dans une lettre ouverte contre la possibilité d'un retrait total des soldats américains avant que la paix ne soit réellement revenue dans le pays. A moins que ce niet de dernière minute ne fasse partie, lui aussi, d’un jeu de surenchère qui risque d’exaspérer tout le monde et enterrer définitivement l’espoir afghan.                                                           M. T.
 
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions