lundi 23 septembre 2019 03:43:15

29e vendredi des marches populaires

La marche grandiose organisée hier a Bejaia a marqué le 29e vendredi consécutif de la contestation populaire avec les mêmes revendications exprimées depuis le 22 février.

PUBLIE LE : 07-09-2019 | 0:00
D.R
SéTIF
Aller rapidement aux élections
 
Une fois encore et pour ce 29e vendredi, les manifestants, dans une proportion qui n’a pas été plus forte 
que les derniers week-ends, dans une dimension il est vrai qui semble visiblement marquée par un essoufflement,
 ont tenu à marquer de leur présence ce rassemblement et investir, comme par tradition, une partie de la double voie de l’avenue de l’ALN, entre le parc Mall et le siège de la wilaya. 
 
Sous l’œil avisé des services de police qui encadraient ce rassemblement, plusieurs centaines de jeunes et de moins jeunes, mais avec une nette diminution de la gent féminine, les participants à ce Hirak continuent le même mouvement pacifique et à faire état des mêmes revendications se rapportant toutes au changement radical du système politique en place et l’instauration de réformes profondes pour l’édification d’une nouvelle république. «Nous ne partirons pas tant que toutes les revendications exprimées ne sont pas totalement prises en charge avec notamment la mise à l’écart des symboles de l’ancien système. Du chemin a été parcouru et nous nous en félicitons mais cette dynamique doit être consolidée pour construire une Algérie forte, unie et prospère, fière de sa jeunesse qui constitue, il ne faut pas l’oublier, le potentiel le plus important», souligne Brahim un jeune, drapé de l’emblème national qui entonne avec tous ces Hirakistes, l’hymne national et les «Tahia el Djazair». Au cœur de ce rassemblement, comme partout à travers la cité du 8-Mai-1945 et les nombreuses communes de cette wilaya, un vibrant hommage est rendu à l’institution militaire. Les manifestants ont insisté sur la nécessité d’aller rapidement vers des élections présidentielles.
«Personne ne peut nier sa fierté à l’endroit de l’Armée nationale populaire pour l’apport indéniable qu’elle apporte à la sécurité et la stabilité du pays dans cette conjoncture particulière, donnant par la même une réponse cinglante à tous ceux qui attendaient de voir l’Algérie succomber dans un bain de sang. De ce fait, nous approuvons entièrement la proposition du moudjahid Gaïd Salah d’aller rapidement dans la transparence vers des élections présidentielles et en finir avec cette attente qui a trop duré», estime Abdelkader.
«Où va-t-on comme çà et jusqu’à quand ? C’est trop ! La situation du pays implique aujourd’hui que tous les enfants jaloux de leur patrie s’unissent pour mettre fin à cette crise qui passe par l’élection d’un président légitime à même de prendre en charge les destinées du pays», enchaîne un autre. 
Après 29 vendredis de revendications exprimées dans une dimension pacifique qui a permis par la même de montrer au monde entier l’image d’un peuple plus que jamais attaché à son unité, rejetant vigoureusement toute forme d’ingérence et prêt à édifier par la compétence et la force de ses enfants, une Algérie nouvelle, l’heure est donc à une élection présidentielle transparente, à la mesure des aspirations et défis de ce grand peuple.
F. Zoghbi  

MASCARA
Le rôle de l’ANP, salué

 
Les Mascaréens ont manifesté pour la 29e fois consécutive depuis le 22 février dernier. En empruntant le même itinéraire depuis le début de ce mouvement populaire, les marcheurs ont entamé la manifestation tout juste après la grande prière du vendredi et ont sillonné les principales artères de la ville avant de se regrouper à la grande place publique «émir Abdelkader». 
Des centaines de femmes, d’hommes, d’enfants issus de toutes les franges de la société ont battu le pavé à Mascara. Une foule compacte et impressionnante en dépit la chaleur caniculaire de ce mois de septembre. La foule a passé la demi-journée à manifester pacifiquement, en scandant des slogans hostiles au pouvoir mais sans haine ni esprit de vengeance en estimant que les Algériens veulent pouvoir vivre dignement dans leur pays. 
Des attitudes qui montrent que la population est consciente de l’importance de préserver les institutions de la République pour éviter un effondrement et instaurer la démocratie. A ce propos, il est expliqué que la situation n'est pas alarmante. Un membre du mouvement associatif indique que l'Algérie a des institutions permettant au peuple de choisir ses dirigeants via les urnes. La conjoncture actuelle en Algérie ne peut être comparée à celle ayant marqué certains pays arabes. La convocation du corps électoral et la tenue de l’élection présidentielle dans de brefs délais témoignent de la volonté de bâtir une nouvelle République. Les manifestants mettent en exergue le caractère pacifique des marches et l'absence de dépassements. C’est désormais une tradition à Mascara : les marches populaires se sont poursuivies avec les mêmes slogans et mots d’ordre réclamant le changement radical. Les premiers groupes des manifestants ont commencé à affluer vers l’esplanade de la Grande place, avant d’être rejoints par d’autres venues des autres localités de la région de Béni Chougrane. Les manifestations se sont ébranlées par la suite pour sillonner les différentes artères de la capitale de l’émir. Les manifestants scandaient à tue-tête les mêmes slogans exigeant la mise à l’écart de tous ceux qui ont été à l’origine de la crise que traverse le pays et beaucoup se félicitent du rôle de l’ANP pour accompagner les Algériens vers une sortie de crise tenant compte de leurs revendications légitimes pour une Algérie forte, prospère, démocratique et moderne. Les manifestants marchent depuis plusieurs mois dans l’espoir d’instaurer un meilleur avenir, demandant en toute légitimité le droit à la parole. Hier, ils étaient plus nombreux et plus unis, défiant tous ceux qui veulent faire taire leur voix et demandent que tous les anciennes figures du régime partent en scandant en chœur : «Yrhlou gaa». Ils fustigent les partis qui brillent par leur absence dans ce mouvement populaire. 
Les manifestants campent sur leur position comme on peut lire sur les pancartes. Les manifestants ont également exprimé, à travers d'autres slogans, leur attachement à une Algérie unie. 
A. Ghomchi
BéJAïA
Privilégier le dialogue 
 
La marche grandiose organisée hier a Bejaia a marqué le 29e vendredi consécutif de la contestation populaire avec les mêmes revendications exprimées depuis le 22 février. Le Hirak a réussi à rester mobilisé durant les trois mois de vacances en maintenant la pression à travers la rue pour le départ du système et de ses figures ainsi que celui de tous ceux qui ont dilapidé les richesses du pays ces dernières années. Ils étaient très nombreux, hier, hommes, femmes, vieux, jeunes et même des enfants à battre le pavé des artères principales de la ville de Bejaia. Des membres des associations et des militants se sont regroupés dans des carrés au milieu de la foule. Drapés de l’emblème national et brandissant des banderoles et pancartes portant les expressions «Ni dialogue ni élections avant le départ du système», «Le peuple est la seule source de pouvoir». Durant tout le trajet emprunté, les manifestants ont réitéré la revendication du départ du gouvernement et le refus de dialoguer avec l’Instance nationale de médiation qui n’aurait pas pris en compte les revendications du peuple mais s’est concentrée sur la préparation des élections présidentielles. De l’esplanade de la maison de la culture, lieu de rassemblement jusqu’à la place Saïd Mekbel, les manifestants ont exigé à ce que leurs revendications soient prises en compte par le pouvoir, comme ils ont demandé la libération des manifestants arrêtés lors des précédentes marches. Arrivés au niveau du carrefour CNS à proximité de la cité Naceria, les manifestants ont scandés fort «Nous marcherons toujours jusqu’à ce que le système tombe» et «Ulach l’vote» (Pas de vote). 
La foule a observé une halte devant le siège de la wilaya pour dénoncer le refus de l’administration de l’organisation de l’université de l’association RAJ la semaine dernière à Tichy et le rassemblement de cette association jeudi dans la haute ville de Bejaia. Beaucoup de manifestants ont souhaité que cette crise qui perdure depuis sept mois trouve une solution rapide en répondant favorablement aux revendications du mouvement populaire exprimé chaque vendredi et mardi à travers la rue avec un dialogue constructif, responsable avec toutes les couches sociales qui aspirent à une Algérie meilleure avec des institutions stables et légitimes à travers des élections où le choix du peuple sera roi.
M. L.

Annaba
Un état démocratique 
 
Le vingt-neuvième vendredi consécutif de mobilisation populaire (Hirak) depuis le 22 février a été marqué hier, à Annaba, par la présence d'une foule nombreuse de manifestants des deux sexes. Comme à l'accoutumée, les manifestants se sont rassemblés devant le théâtre régional Azzedine-Medjoubi face au cours de la Révolution, place emblématique de la contestation pour battre une nouvelle fois le pavé réitérant leurs revendications habituelles contre le régime en place et ses symboles. Ce 29e vendredi qui coïncide avec la rentrée scolaire et sociale, en dépit d'une chaleur suffocante, a vu une forte mobilisation de manifestants composés de femmes, hommes, et de jeunes qui se sont constitués par la suite en carrés pour battre le pavé. Les marcheurs scandaient des slogans hostiles au pouvoir en place, appelant à un Etat démocratique ainsi qu'à l'application des articles 7 et 8 de la Constitution. Brandissant l'emblème national, des pancartes et des banderoles, les contestataires ont une nouvelle fois rejeté la tenue des élections présidentielles dans les conditions actuelles. Ils ont scandé «Djazair Hora Démocratia». 
Déterminés plus que jamais à poursuivre leur mouvement jusqu'à la satisfaction de leurs revendications, les manifestants se sont dispersés dans le calme sous le regard des forces de l’ordre présentes tout le long du cours de la Révolution et les quartiers limitrophes.
B. G.
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions