lundi 18 novembre 2019 01:15:38

Nouvelles de Mascara, Campagne moissons-battages : bonne récolte

Secteur forestier : Les atouts et les contraintes au développement

PUBLIE LE : 01-09-2019 | 1:00
D.R

 

Page animée par Abdelkader Ghomchi

Si la campagne moissons-battages s’est déroulée dans de bonnes conditions climatiques, où une bonne pluviométrie par rapport à l’année précédente a été enregistrée, les choses se sont gâtées à partir du printemps, vu le manque de pluie, avec seulement 183,3 mm enregistrés durant la période allant de décembre 2018 à mai 2019. 141.200 ha ont été emblavés, dont 40.300 ha en blé dur, 20.500 ha en blé tendre, 73.300 ha d’orge. 3.335 ha de céréales de multiplication, dont 1.814 ha de blé dur, 618 ha de blé tendre, 565 ha d’orge ont subi de fortes dégradations sur le plan végétatif.

Pour le traitement contre les insectes et la couverture des céréales, 22.141 ha ont été traités en engrais de couvertures, 33.800 ha avec des engrais de fonds et 42.000 has traités aux herbicides contre les mauvaises herbes. Pour faire face à la campagne moisson-battage, il a été mis a la disposition des fellahs 276 moissonneuses-batteuses dont 33 appartenant à la CCLS, 630 tracteurs dont 07 de la CCLS, 3.057 camions dont 09 de la CCLS et une importante quantité de sacherie (17.000 unités). Les capacités de stockage sont de l’ordre de 1,450 millions de quintaux dont 750.000 q, propres biens de la CCLS, et 700.000 q en location. La production cette année a atteint 1,200 million de q, soit un déficit par rapport à l’année dernière de 870.424 q. Les quantités collectées par la Coopérative des céréales (CCLS) sont de l’ordre de 362.421,80 q dont 28.000 q de blé dur, 14.900 q de blé tendre, 53.289 q d’orge et 6.381 q d’avoine. Le taux de rendement par variété est de 12,28% pour le blé dur, 11,29%, pour le blé tendre, 10,48% pour l’orge et 10,32% pour l’avoine. La wilaya de Mascara vit actuellement un problème d’eau. malgré l’existence de 5 barrages et autant de puits, elle n’arrive pas à satisfaire la demande des fellahs qui n’arrête pas de croître.

--------------------------

Secteur forestier
Les atouts et les contraintes au développement

Les actions d’investissements tendant à mettre en production et à valoriser les terres du domaine forestier national, menées par la conservation de la Wilaya de Mascara, ont été  officielles dès la mise en place des textes réglementaires régissant le droit et l’accès aux terres à vocation forestière. Néanmoins, ces actions d’investissement ont pour objectif de promouvoir une meilleure mise en application de la législation forestière, créer un environnement adéquat pour la participation de la population rurale et le secteur privé à la gestion forestière durable et au reboisement. Dans ce contexte, la conservation des forêts de la wilaya de Mascara s’engage pleinement à valoriser durablement les ressources forestières existantes tout en se donnant les moyens de l’atteindre d’une manière rationnelle pour améliorer les conditions de vie des populations. Vu l’importance de son potentiel forestier, la Wilaya de Mascara, à l’instar des autres wilayas de l’Algérie, peu compter sur son patrimoine forestier pour le redressement de son économie et l’amélioration des conditions  socio-économiques de sa population. La Wilaya de Mascara est une wilaya à vocation agrosylvicole prononcée compte tenu de son caractère  spécifique et de son patrimoine naturel. Elle couvre une superficie totale de 513.500 ha, dont un taux de boisement de 19,59% pour une superficie de 90.223 ha dont 35.696 ha de forêts et 47.977 ha de maquis, et a connu un reboisement de 6.550 ha. Les atouts de la wilaya sont les grandes potentialités de développement hydro-agricoles favorisées par la disponibilité de ressources superficielles mobilisées, l’existence de quatre barrages en exploitation et infrastructures de petits barrages et retenues collinaires, l’existence de 22 stations de lagunage facilitant le traitement des eaux usées destinées à l’irrigation arboricole, les potentialités en gisements utiles intéressantes pouvant être développées dans le cadre de la P.M.E et P.M.I pour l’exploitation de l’argile, de la pierre du marbre et de l’agrégat. Il y a également des potentialités intéressantes pouvant intéresser le domaine du tourisme, du thermalisme et des sites historiques.
Les contraintes dans ce secteur sont le phénomène de l’érosion des sols, en particulier la chaîne montagneuse des Béni Chougrane ayant entrainé la dégradation avancée du couvert végétal et l’envasement des barrages engendrant la diminution des capacités de démobilisation d’eau, la sécheresse due à la baisse de 40% de la pluviométrie enregistrée sur les 25 dernières années, un renforcement institutionnel en matière de découpage territorial. Quatre circonscriptions pour 16 daïras et 47 communes, la couverture reste insuffisante et cause des difficultés pour mener efficacement le suivi de proximité et l’ensemble des missions qui leurs sont dévolues. La Wilaya de Mascara est l’une des wilayas les moins desservies du point de vue des ressources biologiques, forestières, en terre et en eau. Sur les cinq essences forestières existantes dans ces forêts, seulement trois espèces sont exploitées et commercialisées dans le cadre des travaux d’assainissement et sylvicoles. En définitive, une superficie forestière de 90.223 ha et 12 massifs forestiers ne font pas l’objet d’une exploitation régulière en absence de toute étude d’aménagement forestier. Dans le cadre de l’investissement dans le secteur forestier, la Wilaya de Mascara a identifié 700,82 ha pour un nombre de 99 périmètres dont 14  ont été attribués à 25 bénéficiaires pour une superficie de 62,82 ha, le reste des périmètres, au nombre de 85, est en cours d’élaboration des arrêtés. 449 projets de proximité de développement rural intégrés sont initiés, dont 356 lancés au titre du programme de développement rural pour 46 communes touchées et 17.614 ménages. 

--------------------------

Nouveaux bacheliers
Orientation et vœux en question

Les élèves de terminale, qui ont eu la joie de décrocher avec brio leur bac cette année, ont été  quelque peu déroutés après les résultats d’orientation émanants de l’école nationale d’informatique. B. A. le père d’une bachelière, ne sait plus à quel saint se vouer. Sa fille, avec une moyenne de 15/20 à l’examen du bac, a vu son choix satisfait en s’inscrivant dans la filière sciences exactes à l’ENS d’Oran pour une formation de PEM, quitte à aller, ensuite, poursuivre ses études supérieures dans les autres écoles de kouba ou bouzareah. Mais  grande fut sa déception en lui refusant l’entretien oral pour l’entrée dans cette école, tout comme pour 42 autres nouveaux étudiants ayant une bonne note à l’examen du bac 2019. leur mise à l’écart  de cet entretien oral est injustifiée, sachant que le traitement informatisé des dossiers a permis de dégager 99 acceptations, dont seuls 42 ont été admis à l’entretien oral. les responsables ont justifié cela par la limite des places pédagogiques. D’autres étudiants ont eu gain de cause pour leurs demandes d’orientation et de satisfaction de vœux après s’être déplacés au siège du ministère de tutelle pour faire aboutir leurs doléances, somme toutes légitimes, selon eux, car au delà du changement de filière, le fonctionnement de traitement des vœux des étudiants n’est pas différent des autres années. Il n’y aura donc plus de tirage au sort en cas de surplus de candidatures : les universités devront prendre tous les candidats en fonction de leurs capacités d’accueil. Une fois celles-ci dépassées, elles pourront sélectionner leurs étudiants en fonction des attendus, des compétences requises, filière par filière, définies par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Un  portail internet aurait permis aux étudiants de s'inscrire à l'université en toute simplicité, nous dit ce parent d’élève, outré par des décisions arbitraires et non murement réfléchies. Finis les files d’attente, les passe-droits et les dates aléatoires pour s’inscrire à l’université dans les écoles ou les instituts. un portail internet unique regroupe toutes les formations post-bac du pays et simplifie les démarches d’orientation et d’inscription dans l’ensemble des institutions de l’enseignement supérieur. Bien que l’on soit pleinement dans l’ère des technologies de l’information et de la communication (TIC), certains des nouveaux bacheliers ont trouvé la difficulté à comprendre comment leurs vœux n’ont pas été satisfaits. «On ne peut pas transformer les choses s’il faut toujours attendre que tout le monde soit prêt», tranche cette étudiante déçue. D’ailleurs, la plupart des bacheliers se sont inscrits en ligne. L’autre avantage pour les lauréats du baccalauréat est qu’ils ne sont plus obligés de passer leurs vacances chez eux en attendant de savoir quand aura lieu la période d’orientation-inscription. «Désormais, en vacances ici ou ailleurs, ils peuvent s’inscrire ! », fait remarquer un cadre de l’éducation nationale en retraite, père d’une étudiante qui galère toujours pour trouver une bonne filière d’orientation pour la prochaine rentrée universitaire. l’objectif du ministère est d’avancer l’ouverture des préinscriptions au mois de septembre et d’intégrer dans la base de données tous les étudiants inscrits dans les établissements. Du côté des mécontents, quelques représentants d’associations de la société civile considèrent que l’on confisque aux étudiants leur liberté de choix. «Le bachelier choisit, dans un délai déterminé, la formation qu’il souhaite suivre. À partir de là, on l’oriente en fonction de sa moyenne dans les domaines où il veut se spécialiser et de la capacité d’accueil des établissements qu’il a choisi », explique M. B. «Si pour être en médecine il faut avoir une moyenne générale de 16 et plus et que le nombre de places est limité, ajoute-t-il, il va sans dire qu’on prendra les meilleurs»

--------------------------

Drogue  
Un trafiquant arrêté
 
Les éléments de la Brigade de lutte contre les stupéfiants relevant du Service de Wilaya de Police Judiciaire à la Sureté de Wilaya de Mascara ont réussi à neutraliser un trafiquant de stupéfiants âgé de 32 ans, avec la saisie d’une quantité de kif traité, des armes blanches et une somme d’argent des recettes du trafic illicite, et ce, suite à une descente effectuée par les éléments de la Brigade au niveau d’un quartier de la ville de Mascara, après exploitation de renseignements au sujet de l’activité illicite du suspect.
Les mesures légales ont été prises pour la perquisition du domicile familial du suspect, ce qui a permis de l’arrêter et de saisir 17 pièces de kif traité pesant 47,34 grammes, une arme blanche de type cutter utilisée par le suspect pour le découpage et la préparation à la vente des stupéfiants, ainsi que des armes blanches prohibées et une somme d’argent.
Le suspect a alors été conduit au siège de la Brigade où une procédure judiciaire a été instruite à son encontre, en vertu de laquelle il a été présenté devant la justice qui a ordonné son placement en détention.
 
--------------------------

Les auteurs du vol d’une motocyclette arrêtes à Sig  
 
Les éléments de la Brigade de Police Judiciaire relevant de la deuxième sûreté urbaine de Sig, à Mascara, ont réussi à arrêter deux individus âgés de 23 et 27 ans, impliqués dans le vol d’une motocyclette, suite à une plainte reçue par ledit service de la part d’un citoyen indiquant avoir fait l’objet d’un vol de l’intérieur de son domicile familial ayant ciblé une motocyclette.
Les éléments de la Brigade ont alors ouvert une enquête aboutissant, après exploitation des renseignements fournis par la victime, à identifier les deux suspects ainsi qu’à leur arrestation, avec la récupération de la motocyclette volée. Les procédures d’enquête ont été accomplies, et une procédure judiciaire a été instruite à l’encontre des deux mis en cause, en vertu de laquelle ils ont été présentés devant la justice.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions