dimanche 22 septembre 2019 00:38:01

Accomplir les missions : avec professionnalisme

Une cérémonie de sortie de la 23e promotion des caporaux contractuels de la Gendarmerie nationale a eu lieu jeudi au centre d’instruction Bouchikhi-Abderahmane de Djeniene Bourezg (Naâma), présidée par le chef de département régional des unités d’intervention du 2e Commandement régional de la Gendarmerie nationale d’Oran, le colonel Riadh Adhamou.

PUBLIE LE : 25-08-2019 | 0:00
D.R

Une cérémonie de sortie de la 23e promotion des caporaux contractuels de la Gendarmerie nationale a eu lieu jeudi au centre d’instruction Bouchikhi-Abderahmane de Djeniene Bourezg (Naâma), présidée par le chef de département régional des unités d’intervention du 2e Commandement régional de la Gendarmerie nationale d’Oran, le colonel Riadh Adhamou.  La cérémonie de sortie de cette promotion, qui porte le nom du moudjahid Imzi Boubekeur, est composée de 363 caporaux contractuels, a débuté avec la revue des membres de la promotion par le représentant du 2e Commandement de la Gendarmerie nationale, suivie de la remise des grades et des diplômes aux majors de promotion. La famille du moudjahid a été, pour sa part, honorée, en présence des autorités civiles et militaires et de la famille révolutionnaire. Les caporaux contractuels de cette promotion rejoindront les unités de la Gendarmerie nationale, après avoir reçu les principes militaires et professionnels nécessaires des cadres du centre d’instruction, sachant que le stage de la promotion a duré six mois, durant lesquels les élèves ont reçu «un entraînement et une formation allant de pair avec les différents progrès les préparant à accomplir leurs missions avec professionnalisme», a indiqué, dans son allocution, le colonel Riadh Adhamou. Le moudjahid Imzi Boubekeur est né dans la région de Djeniene Bourezg et a rejoint les rangs de l’ALN en 1957 à l’âge de 17 ans, dans la zone 8 de la Wilaya V historique. Il participa à la célèbre bataille d’Imzi, dans les monts de la région, du 6 au 8 mai 1960, durant laquelle les forces coloniales avaient utilisé les bombes au napalm, interdites mondialement. Imzi Boubekeur, qui exerça au sein de l'Armée nationale populaire, décéda en 1969, sept ans après le recouvrement de l’indépendance.

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions