mardi 17 septembre 2019 01:38:27

«Avec toi je perds mes repères», de Fateh Boumahdi : Un amour imposture

Ce récit montre bien l’intérêt que porte la frange juvénile au monde culturel et plus précisément au livre et à l’écriture. C’est un témoignage d’une génération dévouée aux lettres

PUBLIE LE : 24-08-2019 | 0:00
D.R
Le talentueux et jeune écrivain vient de publier son premier ouvrage intitulé :
 «Avec toi je perds mes repères»,  aux éditions El Ibriz 2019. Cette maison d’édition est connue pour la qualité de ses ouvrages. 
 
Ce récit montre bien l’intérêt que porte la frange juvénile au monde culturel et plus précisément au livre et à l’écriture. C’est un témoignage d’une génération dévouée aux lettres. Le jeune auteur, né en 1998 à Alger, titulaire d'une licence en droit privé de l'Université d'Alger I, Benyoucef-Benkhedda et étudiant en langue espagnole à l’Institut Cervantès d’Alger, amoureux de la langue de Molière et féru de littérature depuis son plus jeune âge, décide de se mettre à l'écriture dès l’âge de 20 ans. Il est sorti du cadre habituel dans lequel se situent beaucoup de jeunes de sa génération : les nouvelles technologies, internet…. mais ce n’est pas le chemin qu’il a choisi. Aujourd’hui, il fait un pas dans le monde de la littérature avec ce premier récit. C’est une sorte de récits romantiques puisés du vécu quotidien de notre société (les histoires du cœur) où il a essayé de raconter le vécu d’une jeune fille nommée Sara, de la même génération que lui, en relatent son histoire d’amour difficile. Baya se sent bloquée dans ses sentiments avec un homme (Nassim) qui avait plusieurs facettes : «il était d’humeur changeante et complètement imprévisible d’une minute à l’autre, jouant plusieurs personnages à la fois», lit-on. L’écrivain retrace bien cette douleur déchirante, cette mélancolie et cette cruauté sadique vécue par une jeune fille; bien qu’elle soit algéroise, belle, jeune (21 ans), intelligente, modeste, instruite, puisqu’elle est étudiante aux beaux-arts, épanouie et indépendante, mais le destin lui joue un autre tour. Elle se trouve «emprisonnée» dans cet amour et ne sait plus quoi faire pour s’en détacher ou même s’ouvrir à une nouvelle histoire. On dit que «l’amour est aveugle». C’est le cas pour Baya qui subit les atrocités d’un homme qui ne l’a jamais valorisée. Il lui donne toujours le sentiment de douleur, de mépris, de rejet et même de supériorité. Sa première douleur est le sentiment de trahison envers son amie Amel, «amie d’enfance et de cœur». D’ailleurs, c’est le pire sentiment que puisse ressentir une femme ! Mais le cœur à toujours sa raison d’être. Il vrai de dire que les sentiments sont incontrôlables et qu’on se fait avoir en amour comme dans n’importe quel autre domaine. bien que Nassim est le petit copain de son amie d’enfance, Amel, mais Baya ne peut contrôler ses sentiments. Elle tente sa chance et opte pour l’amour au détriment de l’amitié. Pour Nassim, Baya est «inexistante»... il tenait toujours à lui briser le cœur, à lui dire des méchancetés et même à l’humilier en la traitant de différents surnoms avilissants : « tu ne sais strictement rien faire de ta vie….», «tu es le dernier de mes soucis… ». Il était même brutal avec elle au point de la gifler… Baya n’en revenait pas de cette situation. C’est un scénario jamais imaginé pour elle. A force que les choses et les faits se multiplient et sont identiques, Baya sombre dans la mélancolie et la dépression. Elle perd goût à la vie, sans pouvoir changer quoi que ce soit dans cette situation. Or que chaque chose à une fin. Même la naïveté et la stupidité ont une fin. C’est le destin qui joue son rôle avec elle, en lui mettant une personne à caractère fort et solide qui lui tend la main.
Dans ces moments difficiles, la rencontre de Sarah (sa cousine) était plus qu’importante. Elle lui a permit d’ouvrir les  yeux et de voir la réalité en face. Il était temps pour Baya de prendre réellement conscience de ce vécu maladif. Sarah lui démontre le vrai visage de Nassim. Après une bonne discussion entre cousines, Sarah a réussi le pari de pousser Baya à trouver une explication à sa situation. Elle cherche sur le net l’explication de ce que lui a dévoilé sa cousine. Sur un forum, elle trouve l’explication à son malheur. Tout correspond. Chaque note qu’elle prend semble parler d’elle. Chaque détail est une description fidèle de Nassim. Baya saisit enfin l’ampleur de son drame et le risque qu’elle encourt en continuant à fréquenter Nassim. Elle décide d’agir, elle consulte un psychologue et tente de se débarrasser de ce sentiment destructeur….. On laisse le soin aux lecteurs de poursuivre la lecture pour connaitre le reste de l’histoire.
Kafia Ait Allouache

 
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions