mercredi 18 septembre 2019 07:55:19

Catégories vulnérables : Renforcer les établissements d’accueil

Vers l’ouverture de 2.100 postes d’encadreur.

PUBLIE LE : 22-08-2019 | 0:00
D.R
Plus de 2.100 nouveaux postes de travail seront ouverts dans le secteur de la Solidarité nationale, à l’occasion de cette rentrée sociale. Sur cet important nombre, les 1.722 postes concernent l’encadrement des classes spéciales et des établissements éducatifs spécialisés, tandis que 400 postes seront affectés à la formation spécialisée des bacheliers.
 
S’exprimant en marge d’une visite effectuée cette semaine dans la wilaya de Mila, la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme a indiqué que la décision prise par le Premier ministre portant sur la levée du gel sur le recrutement dans son secteur permettra de renforcer l’effectif en matière d’encadrement au niveau des centres spécialisés, en vue d’optimiser la prise en charge des personnes aux besoins spécifiques, notamment en matière d’enseignement. Ghania Eddalia a précisé à ce sujet que la date du concours de recrutement dans le secteur sera annoncée incessamment, soit juste après l’achèvement des procédures organisationnelles. Elle a fait part de la réception, à l’occasion de la prochaine rentrée, de nouvelles structures pour assurer la prise en charge des handicapés mentaux qui étaient, déjà, inscrits sur les listes d’attente.  Profitant de cette occasion, la ministre a indiqué que les portes de l’investissement sont ouvertes au privé en matière de prise en charge des catégories vulnérables, à savoir les personnes âgées et les personnes aux besoins spécifiques. « La décision portant ouverture de l’investissement au privé dans ce domaine intervient suite à l’augmentation du nombre de personnes souffrant de handicaps, notamment mentaux et d’autisme », a-t-elle ajouté dans des déclarations rapportées par la presse. Elle a, dans le même contexte, indiqué que cette mesure a été également décidée par la conjoncture financière difficile que vit le pays et la nécessité de renforcer les établissements d’accueil de cette frange de la société.  Pour Mme Eddalia, l’ouverture de l’investissement pour la création des centres et établissements spécialisés dans le secteur privé vient en appui aux efforts de l’Etat dans le domaine de la solidarité envers cette catégorie, tout en assurant que «l’Etat continuera à prendre en charge les personnes aux besoins spécifiques issues de milieux défavorisés». 
« La prise en charge des personnes aux besoins specifiques est un droit constitutionnel que l’Etat s’est engagé à garantir », a-t-elle noté, précisant que l’investissement dans le domaine est régi par un décret exécutif, publié l’année dernière au Journal officiel, accordant à ceux qui y adhérent des avantages fiscaux. La ministre, qui assure de l’accompagnement de toute initiative, a appelé les investisseurs à se lancer dans ce domaine en vue de renforcer les structures de prise en charge des personnes aux besoins spécifiques et les personnes âgées et a souligné l’importance de mettre en exploitation «dans un délai de trois mois» le centre spécialisé dans la protection de l’enfance et l’adolescence, sis à Oued Ennedja, dans la wilaya de Mila. « Il est impératif de mettre en service et d’exploiter ce centre dans les plus brefs délais », a-t-elle instruit lors de la baptisation du centre du nom du martyr Abderrahmane-Kaddour.  Mme Eddalia a également appelé à impliquer les futurs résidents du centre dans les opérations d’entretien, notamment les espaces verts et le reboisement, précisant que le centre a une capacité d’accueil de 60 mineurs, comprenant des pavillons pédagogique, sportif et récréatif. « Ces activités sont en mesure d’assurer une meilleure intégration des enfants et adolescents résidents », a-t-elle expliqué, ajoutant qu’elles peuvent également contribuer à leur inculquer une culture environnementale.  Au centre pédagogique et psychologique des enfants handicapés mentaux de Mila, la ministre a souligné l’importance d’une prise en charge «adéquate» de cette catégorie, appelant à un travail de coordination avec les associations et les autres secteurs, tels que la culture, la jeunesse et les sports, afin d’assurer diverses activités aux adhérents de ces centres.  S’exprimant sur le bilan de l’Agence nationale de gestion du microcrédit (ANGEM), Mme Eddalia a révélé que ce dispositif a, depuis sa création en 2005, octroyé plus de 18.974 microcrédits aux jeunes diplômés, pour un montant de 1,21 milliard de dinars. « Ces aides financières allouées à 886.000 bénéficiaires ont permis de créer plus de 28.000 postes d’emploi », a enfin précisé la ministre. 
Kamélia Hadjib
 
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions