lundi 23 septembre 2019 10:11:28

Chine - Etats-Unis : La roulette russe

Entre la Chine et les Etats-unis le bras de fer ne faiblit pas. Après les tensions commerciales qui perdurent malgré des signes annonciateurs d’une reprise des négociations entre les deux capitales, Washington n’a pas raté les évènements de Hongkong pour rajouter un grain de sel dans les relations entre les deux puissances, à leurs plus bas niveau d’ailleurs, en menaçant, cette fois-ci, de renoncer aux rounds de discussions sur le volet commercial, si Pékin fera usage de la force à l’encontre des manifestants

PUBLIE LE : 22-08-2019 | 0:00
D.R

Entre la Chine et les Etats-unis le bras de fer ne faiblit pas. Après les tensions commerciales qui perdurent malgré des signes annonciateurs d’une reprise des négociations entre les deux capitales, Washington n’a pas raté les évènements de Hongkong pour rajouter un grain de sel dans les relations entre les deux puissances, à leurs plus bas niveau d’ailleurs, en menaçant, cette fois-ci, de renoncer aux rounds de discussions sur le volet commercial, si Pékin fera usage de la force à l’encontre des manifestants. Et comme si cela ne suffisait pas, la Maison-Blanche s’apprête à vendre à l’île de Taiwan 66 chasseurs F-16. Une démarche qui a fait régir l’empire du milieu. Pékin a, non seulement, dénoncé ce «geste hostile» mais également promis de sanctionner les entreprises américaines impliquées dans ce contrat. Les Etats-Unis avaient annoncé la veille avoir approuvé l'octroi de ces appareils à l'île pour un montant estimé à 8 milliards de dollars, un mois après une autre vente d'armes qui avait déjà fait polémique. "La Chine prendra toutes les mesures nécessaires pour protéger ses intérêts, y compris en imposant des sanctions sur les entreprises américaines impliquées dans cette vente d'armes à Taïwan", a déclaré lors d'un point de presse le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Geng Shuang. La vente est "une ingérence grave dans nos affaires internes et mine notre souveraineté et nos intérêts en matière de sécurité." La République populaire de Chine considère Taïwan comme une de ses provinces. L'île est dirigée par un régime rival qui s'y était réfugié après la prise du pouvoir des communistes sur le continent en 1949, à l'issue de la guerre civile chinoise. Taïwan n'est pas reconnu comme un Etat indépendant par l'ONU. Et Pékin menace de recourir à la force en cas de proclamation formelle d'indépendance à Taipei ou d'intervention extérieure, notamment de Washington. Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a indiqué mardi que le président Donald Trump avait approuvé la vente après que le Congrès en eut été officiellement informé la semaine dernière. Les F-16 sont "conformes aux arrangements et à la relation historique entre les Etats-Unis et la Chine", a déclaré M. Pompeo. "Nos actions sont conformes aux politiques américaines passées. Nous ne faisons qu'honorer des engagements que nous avons pris auprès de toutes les parties." La Chine a dit avoir adressé une protestation diplomatique contre l'accord et exhorté les Etats-Unis à "renoncer immédiatement à ce projet de vente d'armes, à cesser de vendre des armes à Taïwan et à couper les contacts militaires avec Taïwan". Washington l’entendra-t-il de cette oreille ? Pas si sur quand on sait que le locataire du bureau ovale fera feu de tout bois pour faire inhiber les ambitions commerciales de la Chine.                                                          
                                                                 M. T.  

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions