samedi 21 septembre 2019 08:17:35

Situation politique : Partis et organisations pour hâter la présidentielle

Le président du Front El-Moustakbal reçu par Karim Younès : Rapprocher les positions pour réussir le dialogue

PUBLIE LE : 21-08-2019 | 0:00
D.R

Un calendrier des rencontres avec les partis et acteurs de la vie politique sera établi prochainement, en concertation avec tous ceux qui sont prêts à prendre part au processus de dialogue, a annoncé, hier à Alger, le coordinateur de l’instance national du dialogue et de médiation, Karim Younès.

C’est lors d’un point de presse organisée à l’issue de la rencontre des membres de l’instance avec le président du Front El Moustaqbal, M. Abdelaziz Belaid, au siège de son parti, que M. Karim Younès a annoncé que les membres du panel partiront à la rencontre des leaders du parti Talaie El Houriyat (aujourd’hui), ainsi que le Mouvement El-Binâa.
Réaffirmant que «la philosophie qui anime l’œuvre de l’Instance est celle de la médiation», M. Karim Younès a tenu a préciser que «les portes de l’instance sont ouverte à tous les acteurs partisans du dialogue comme seule voie pour une sortie de la crise».
Il a aussi fait référence au message du chef de l’Etat, à l’occasion de la célébration du double anniversaire du 20 aoute 1955-1956 dans lequel, M. Abdelkader Bensalah a appelé «à un dialogue national sérieux, élargi et sans exclusion, garantissant aux peuple le droit de choisir le président de la République» dans les meilleures délais.
M. Karim Younès a rappelé également que dans le cadre des consultations, l’Instance insiste toujours «sur les mesures d’apaisement» pour parvenir à regrouper l’ensemble des acteurs autour de la démarche délibérative consensuelle. Il a assuré également que le chef d’Etat a affirmé être disposé à répondre favorablement à ces attentes.
«Les portes sont grandes ouvertes à tous les acteurs de la société civile et ceux issus de la sphère politique, sans exclusion», a-t-il ajouté, en précisant qu’aucun représentant de la communauté algérienne établie à l’étranger n’a été désigné.
De son côté le président du parti Front El-Moustaqbel, a déclaré que son parti «refuse de s’inscrire dans la logique d’exclusion qui n’a d’autres conséquences que d’enrichir la polarisation» au sein de la vie politique, et risque d’exacerber ce qu’il a qualifié de «radicalisme politique».
M. Belaid a plaidé pour «la sincérité et la confiance mutuelle» entre les parties prenantes, pour parvenir à rapprocher les points de vue et positions, et faire réussir le dialogue «qui devrait se tenir entre les acteurs politiques uniquement». Pour lui, l’institution militaire doit s’occuper de ses missions, à savoir la préservation de la sécurité du pays» et «n’est pas appelée à jouer un rôle politique». M. Belaid estime que la crise politique qui persiste aujourd’hui est «la conséquence de la dégradation de l’espace politique» ces dernières années.
Par ailleurs, l’Instance nationale de dialogue et de médiation a salué, dans un communiqué rendu public hier, la position du Conseil du Cheikh Ba Abderrahmane El-Kourthi, Haute instance des notables des tribus de la Vallée du M’zab dans la wilaya de Ghardaïa, en faveur du processus de dialogue comme cadre civilisationnel «pour sortir de la crise que traverse le pays».
Le Conseil du Cheikh Ba Abderrahmane El-Kourthi «affirme son soutien au processus de dialogue comme cadre civilisationnel pour sortir de la crise que traverse la pays vers la concrétisation des aspirations légitimes du Hirak national populaire, et attache un grand intérêt aux mesures d’apaisement à même de favoriser une large adhésion de la société civile et des partis politiques pour faire aboutir le dialogue».
Tahar Kaidi
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions