samedi 21 septembre 2019 08:06:18

Évasion fiscale : Contrôler les revenus et leur utilisation

Les phénomènes de détournement de l’argent public, d’évasion fiscale, de fuite des capitaux et de blanchiment d’argent, ont tendance à prendre des proportions extrêmement inquiétantes en Algérie.

PUBLIE LE : 19-08-2019 | 0:00
D.R

Les phénomènes de détournement de l’argent public, d’évasion fiscale, de fuite des capitaux et de blanchiment d’argent, ont tendance à prendre des proportions extrêmement inquiétantes en Algérie. Plusieurs actions ont été menées pour juguler ce phénomène. L’expert en énergie, Mourad Preure, livre son point de vue sur ce problème qui ne cesse de nuire à l’économie nationale. A ce propos, il estime que le meilleur moyen de neutraliser la corruption, qui est un véritable cancer qui détruit l’économie et le fonctionnement de l’Etat, est de contrôler les revenus et leur utilisation. Dans une publication sur sa page Facebook, il souligne que « l’évasion fiscale et la corruption sont les deux faces d’une même pièce. Tapez sur un côté, vous touchez l’autre ». Il dira dans ce sens que « pour combattre efficacement la corruption, inutile de chercher les fameux dossiers », avant d’ajouter que « les criminels sont suffisamment outillés pour dissimuler leurs méfaits. Ces derniers corrompent et détruisent en profondeur les organes étatiques de contrôle ». Et de poursuivre : « La méthode est simple et éprouvée. Mission régalienne de l’Etat par excellence, elle doit être menée systématiquement et avec une rigueur absolue ».
Elle porte essentiellement sur les déclarations de revenus, la transparence des transactions, et donc l’usage obligatoire du chèque et de la carte de crédit au- delà d’un certain seuil de dépenses. Aussi, la méthode doit porter sur le contrôle systématique des signes extérieurs de richesse, des immobilisations et leur nécessaire correspondance avec les revenus du détenteur, l’encadrement —dans certains pays, comme la Tunisie, leur interdiction— des comptes détenus à l’étranger par des résidents, ainsi que la sévérité des sanctions pénales contre les contrevenants. M. Preure souligne à ce titre que l’autorité de l’Etat, l’assainissement de l’économie, l’éthique dans les affaires et, en dernière analyse, la garantie d’une croissance économique robuste et durable ne sont possibles qu’avec ces garde-fous absolument indispensables. Il y a lieu de noter que le porte-parole de l’Association algérienne de lutte contre la corruption, M. Djillali Hadjadj, avait déclaré, lors de son passage sur les ondes de la radio nationale Alger chaîne III, que selon les estimations d’organismes internationaux, sur la période des 15 dernières années, ce sont quelque 60 milliards de dollars qui ont été détournés, des chiffres dont il précise qu’il faut y ajouter ceux concernant la fuite des capitaux, l’évasion fiscale et autre blanchiment d’argent.
M.A.Z.

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions