vendredi 06 dcembre 2019 13:07:52

Béjaia : Moments de joie

La veille de la célébration de la fête de l’Aïd El-Kébir, synonyme de sacrifice du mouton, les citoyens de Bejaia se sont rendus au petit matin au marché de la plaine les Babors pour s’approvisionner en fruits et légumes pour le repas de l’Aïd.

PUBLIE LE : 13-08-2019 | 1:00
D.R

La veille de la célébration de la fête de l’Aïd El-Kébir, synonyme de sacrifice du mouton, les citoyens de Bejaia se sont rendus au petit matin au marché de la plaine les Babors pour s’approvisionner en fruits et légumes pour le repas de l’Aïd. Les carottes, courgettes, navets, oignons, pomme de terre et surtout les cardes étaient fraîchement  exposés et disponibles en quantité bien que le prix ait connu une hausse vertigineuse. Ainsi, les cardes qui sont plus que nécessaire pour le couscous de l’Aïd ont été cédés a 200 DA la botte. Les navets et carottes a 150 DA le kg, la courgette a 180 DA/kg, l’oignon a 50 DA/kg et la pomme de terre a 60 DA/kg. Le bouquet de menthe qui sert a agrémenté « la douara « a atteint les 60 DA. C’est l’occasion pour les commerçants de faire un bénéfice de plus vu que la demande dépasse largement l’offre. Une fois le couffin bien rempli, les citoyens se tournent vers les rémouleurs, qui reviennent  chaque année en cette occasion avec leur petite table sur lesquelles sont fixées les meules qui servent à aiguiser les couteaux et ustensiles tranchants pour le sacrifice du mouton. Ainsi, les quelques citoyens qui gardent encore jalousement de vieux couteaux, bien que toute une gamme est disponible sur le marché et prête à servir, préfèrent les affûter et s’en servir encore.  Mais dans certaines localités rurales, les gens utilisent les pierres à aiguiser pour affûter leurs couteaux. Sur la rue de la liberté, certains commerces proposent des barbecues, des sachets de charbon et des tiges de brochettes. Tous ces ingrédients doivent être prêt pour le jour  J.  Le premier jour les fidèles se sont rendus en masse aux mosquées pour accomplir la prière de l’Aid. Les hauts parleurs des minarets diffusés des récitations  «Tesbih» repris en chœur par les fidèles. Après la prière collective et le prêche dont l’imam axe sur la solidarité et le pardon  mutuel entre les musulmans, les fidèles se sont donnés l’accolade en se souhaitant une bonne fête de joie, de bonheur et de pardon avant de regagner leurs domiciles. Dans les quartiers, les enfants profitaient encore des derniers moments avec leur mouton avant l’acte du sacrifice. Ainsi, tous les voisins se sont retrouvés au bas de leur immeubles pour se souhaiter une bonne fête et égorger leur mouton en s’entraidant à achever le rituel au plus vite face a la canicule du jour. Une fois l’opération achevée, les femmes nettoient les abats et préparent quelques grillades pour le déjeuner, car la viande ne sera repartie que le lendemain.  Le deuxième jour de l’Aid a été réservé a la découpe en morceau  de la carcasse du mouton ou des parts sont offertes aux démunis et a la famille. Le couscous bien garni de légumes, a réuni tous les membres de la famille. Ensuite, les familles ont organisé des visites aux plus proches pour une rencontre entre parents et leurs enfants comme l’exige les traditions de cette fête religieuse. Ainsi, a Bejaia la fête de l’Aid El Adha a été une occasion forte pour que des familles émigrées sont venues spécialement passer cette occasion avec leurs proches.  Ainsi l’Aïd El Kebir restera toujours une occasion  de pardon et de solidarité entre les citoyens.
M. Laouer
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions