mardi 20 aot 2019 15:10:25

Les allées couvertes d’Ath Rhouna : un site funéraire mégalithique à préserver

La sensibilisation à la préservation

PUBLIE LE : 31-07-2019 | 0:00
D.R

Les allées couvertes d’Ath Rhouna, un des rares sites funéraires mégalithiques (Méga : grand et lithique : pierre) au monde, situé dans le village d’Ath Rhouna dans la commune côtière d’Azeffoun (60 km au nord de Tizi-Ouzou), mériteraient une opération de restauration et de préservation au regard de l'importance patrimoniale du site.
Appelés aussi «allées dallées» ou encore «tombes géantes», ces monuments préhistoriques (le mégalithique ayant marqué le passage du paléolithique au néolithique) qu’on découvre partiellement, dissimulés par la végétation à une dizaine de kilomètres de la ville d’Azeffoune, sont des tombes collectives.
Elle sont composées de deux parties dont une supérieure, une sorte de chambre en forme de couloir construit avec de gros blocs de grés taillés, et recouvert de grandes dalles dont certaines dépassent 3 mètres de longueur d’où l’appellation «allées couvertes» donnée par l’archéologue Gabriel Camps qui les a découvertes en 1953. Cette chambre d’une hauteur de 2 à trois mètres servait aux rituels funéraires et aux offrandes pour les morts. Le parterre de la chambre est recouvert, lui aussi, d’énormes dalles qui ferment un long caniveau de 15 à 18 mètres et de 7 à 8 mètres de profondeur, situé juste en dessous et qui servait de sépulture pour les morts, découvert lors d’une sortie sur site au profit d’élèves du CEM d’Ath Rhouna, organisée par la même direction à l’occasion de la célébration du mois du Patrimoine (18 avril-18 mai).
Dans son ouvrage "Allées couvertes (Kabylie)", Gabriel Camps rapporte que "ce type très original de monuments mégalithiques, découverts dans le nord-est de la Kabylie, n’a son équivalent nul part ailleurs au Maghreb alors que se manifestent certaines affinités entre ces monuments et d’autres aux Iles Baléares et en Sardaigne, connus respectivement sous les noms de Navetas et de Tombes des Géants", ajoutant que ces allées, implantées le plus souvent sur des versants à forte pente, ont nécessité au préalable le creusement d’une large tranchée donnant l’aspect d’entrée de galerie de mine. Les habitants d’Ath Rhouna désignent ces monuments sous l’appellation Tikhamine Iroumyen (les chambres des étrangers) en référence à leurs constructeurs, le mot Iroumyen ayant aussi bien désigné dans le parler local, les Romains que les Français en référence à l’étranger qui vient de la rive nord de la Méditerranée.
Selon l’Office de gestion et d’exploitation des biens culturels (OGEBC), ce type de sépultures n’existe qu’en Kabylie. On les retrouve à Ath Rhouna (Azeffoun), au nombre de 10, dont trois sont des abris naturels qui ont été aménagés et les sept autre construits. Trois allées similaires à celles d’Ath Rhouna ont été également découvertes du côté d’Ibarissen à l’ouest de  Toudja (Bejaia) dont une porte le nom d’Ifri N’Waghzen (la grotte de  l’ogre).

Ossements humains et mobilier funéraire

Des ossements humains et d’animaux, particulièrement de moutons qui auraient été sacrifiés, accompagnés de céramiques à vernis noir, des perles en pâte de verre et des objets en métal (anneaux, clous) ont été découverts dans le caveau et dans la chambre. La présence de mobilier récent tel que les perles en pâte de verre laisse supposer que ces monuments ont continué à être utilisés longtemps après leur construction.
Selon les explications fournies sur place, un caniveau peut contenir plusieurs corps enterrés couchés sur le côté avec leurs bijoux et d’autres biens dont des jarres pour la nourriture. Lors des fouilles menées par des archéologues français dont Gabriel Camps, il a été découvert dans une sépulture les ossements d’une femme et d’un enfant. La femme avait été enterrée avec ses bijoux. Mais aussi du mobilier funéraire dont des poteries. Une partie des objets découverts dans ces tombes sont actuellement au niveau du musée du Bardo, a-t-on appris auprès de la direction de la Culture, mais une grande partie y compris des ossements ont été emportés par des archéologues étrangers, regrettent les habitants du village. Des vieux d’Ath Rhouna se souviennent que, lors des fouilles, les archéologues étrangers avaient fait appel à la main d’oeuvre des villageois. «Nous creusions jusqu’à une certaine profondeur, puis ils nous demandaient de partir et de ne revenir que le lendemain. Plus tard nous avions compris que c’était pour s’emparer des objets et ossements découverts et dont nous ignorions jusqu’à l’existence", se rappelle Ali, un octogénaire.

La sensibilisation à la préservation

Eparpillées sur un monticule au milieu d’une végétation composée essentiellement d’arbustes et de rares oléastres et frênes, les allées couvertes d’Ath Rhouna, classées au patrimoine national, sont relativement protégées par Dame nature qui les cache aux éventuels visiteurs et par les associations et comité de village d’Ath Rhouna qui, jusque là, ont réussi à les préserver en interdisant toute utilisation des pierres provenant du site pour la construction. L’ouverture d’une carrière qui est restée en activité de 1990 à 2007 à proximité d’Ath Rhouna pour les besoins de construction des ports d’Azeffoun et de Tigzirt, a sérieusement endommagé l’allée couverte.
Les fortes explosions n’ont pas été sans conséquences sur le site archéologique. Sept tombes ont été déstabilisées selon des témoignages recueillis et les constatations faites sur place. Les villageois et l’association Ivahriyen avaient alors saisi la direction de la Culture et d’autres services pour la fermeture de la carrière. La direction de la Culture finira par avoir gain de cause en obtenant la fermeture de cette carrière.
Toutefois, les membres de l’association Ivahriyen qui lutte pour la protection du site, s'inquiètent en montrant de nouvelles constructions. «Le risque de dégradation pèse toujours sur ce patrimoine qui mérite de faire l’objet d’études pour éclairer cette page de notre histoire et de l’histoire de l’humanité», ont-ils préconisé.
En effet, un amas de pierres taillées, qui rappellent curieusement celles aperçues à proximité des allées dallées, jouxte une battisse en cours de construction. Ce trésor du patrimoine avait été le sujet de plusieurs articles l’année dernière, en espérant que les vœux de protection et de preservation seront dument exhaussés.
R. C.

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions