mardi 20 aot 2019 15:06:29

Les résultats du bac à partir de 18 heures

Dès 18h par SMS en composant le *567# .

PUBLIE LE : 17-07-2019 | 23:00
D.R

«Les résultats du bac seront publiés à partir de 18 heures, sur le site http://bac.onec.dz/»,  a annoncé, mardi, le ministère de l’Éducation nationale.

La nouvelle a été rendue publique par un communiqué publié via les comptes Twitter et Facebook du ministère de l’Éducation nationale. En effet, il est possible que tout un chacun consulte les résultats sur le site électronique de l’Office national des examens et concours. Les candidats pourront également consulter leurs moyennes via un SMS valable pour tous les opérateurs : Mobilis, Djezzy et Ooredoo.
Les candidats pourront consulter dans le confort les résultats à partir d’un sms via le téléphone portable à partir de 18h, en composant le numéro *567#, précise le même document. Les listes des lauréats seront affichées le même jour et la même heure au niveau des établissements scolaires.
Il faut dire que l’opération de correction des copies des épreuves du baccalauréat a pris fin il y a enivrons une semaine, les enseignants correcteurs ont enregistré une nette amélioration des résultats par rapport aux années précédentes, en raison de la clarté des sujets proposés aux candidats qui étaient directement puisés dans le programme et ne comportant pas de pièges. D’après les constats faits par les enseignants correcteurs, ceux-ci affirment que les résultats obtenus dans la filière des sciences expérimentales sont excellents, cette année. Les premières évaluations issues de cette opération font également état de résultats «satisfaisants» dans l’ensemble des filières,
Concernant les notes obtenues en philosophie, la matière la plus redoutée de candidats au bac, celles-ci ont connu une nette amélioration par rapport aux années précédentes, et cela dans toutes les filières, excepté les langues étrangères, dont la moyenne n’a pas dépassé le 11 sur 20 sur cette matière, est-il précisé.
Il convient de rappeler que les épreuves de l’examen du bac session 2019, qui se sont déroulées dans la sérénité, ont été marquées par «l’absence de fuites de sujets», et ce grâce à la bonne organisation et aux dispositions rigoureuses prises à cet effet. Cette session a vu pas moins de 674.831 élèves qui se sont présentés aux épreuves.
Ils étaient répartis à travers 2.339 centres d’examens sur tout le territoire national. Sur le total des candidats, 411.431 sont scolarisés et 263.400 libres, outre 4.226 candidats détenus qui ont passé leur bac au niveau de 43 établissements pénitentiaires agréés par le ministère de l’Éducation nationale, en tant que centres d’examens, sous la supervision de l’ONEC. Les procédures du baccalauréat ont été reconduites, cette année, à l’instar de la demi-heure supplémentaire et des deux sujets au choix pour chaque matière et chaque filière.

Les préinscriptions des bacheliers  du 20 juillet au 3 août

Initialement prévus pour le 20 juillet, les résultats ont été avancés de deux jours, chose qui va permettre aux nouveaux bacheliers de mieux s’organiser pour leur inscription universitaire.
La première phase des inscriptions, qui se déroulera du 20 juillet au 3 août, portera sur l’exploitation des résultats du baccalauréat et la détermination des moyennes nationales minimales pour participer au classement dans certaines filières (20 au 22 juillet), les préinscriptions (22 au 24 juillet), la confirmation des préinscriptions (25 au 26 juillet), le traitement des vœux (27 juillet au 3 août) et la proclamation des résultats des affectations (3 août au soir).
La deuxième phase, qui s’étale du 4 au 17 août, portera sur la confirmation ou la réorientation ou les tests et entretiens pour les filières concernées (4 au 8 août), l’ouverture du portail «hébergement» (8 au 17 août), le 2e traitement des cas d’échecs aux tests/entretiens et des demandes de réorientations (14 au 17 août au matin) et la proclamation des résultats des affectations (17 août).
La troisième phase, qui s’étendra du 2 au 8 septembre, concernera les inscriptions définitives et les dossiers œuvres universitaires, alors que la 4e phase, qui se tiendra du 2 au 12 septembre, portera sur le traitement des cas particuliers par les EES (PROGRES) et la réouverture du portail hébergement, bourse et transport. Le ministère souligne que la date limite du 12 septembre clôture, « définitivement », les inscriptions au titre de l’année universitaire 2019-2020. Ce calendrier, qui sera précédé par des portes ouvertes au niveau des établissements d’enseignement supérieur du 15 au 23 juillet 2019.
Il convient de noter, à ce propos, que le ministère de l’Enseignement supérieur a décidé d’élever les moyennes minimales dans certaines filières, fixant à 16/20 la moyenne d’admission à la faculté de médecine. Une décision prise en raison du nombre important de candidats désirant faire des études en médecine et qui dépassent les capacités d’accueil des facultés de médecine.
Il faut savoir que le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique s’est lancé, depuis quelques années, dans un processus de numérisation et s’employait à «améliorer» les procédures d’enregistrement des nouveaux bacheliers. Pour ce faire, il a été décidé de procéder à la généralisation de l’utilisation des nouvelles technologies pour les inscriptions post-bac. Ainsi, les nouveaux candidats n’ont qu’à télécharger une application électronique sur le site web du ministère, où ils trouveront tous les détails des étapes nécessaires à l’inscription à l’université.
Sarah A. Benali Cherif

---------------------------------

L’heure du verdict

Les parents des candidats à la dernière session du baccalauréat sont sous tension. Plus que quelques heures nous séparent de l’annonce des résultats.
Le stress, à la pelle, on compte les secondes pour que tout se passe bien. Rester zen, dans de pareilles situations, pour les parents et les élèves aussi, est hors de question. En fait, les loisirs, les projets, les vacances et tout le tam-tam qui caractérise généralement, la fin de l’année scolaire, donc, l’été, est carrément, en stand-by. L’attente semble trop longue, et tout le monde est sur le qui-vive. L’échec, des notes en deçà des attentes et des aspirations, bref, les pires scénarios taraudent les esprits, avant l’échéance envisagée, pour l’affichage des listes des heureux bacheliers. Le verdict attendu sera une délivrance pour certains, une déception pour d’autres. Traverser la période d’attente, sans y laisser des plumes, n’est pas une mince affaire, ni pour les élèves, encore moins pour leurs parents.
Gérer la période de l’attente des résultats est difficile. Ça équivaut à un véritable supplice de Tantale. Tous les jours, un cocktail d’angoisse, d’idées noires traverse tel un courant électrique tout le corps de tous les membres de la famille qui refusent toute autre éventualité, mis à part la réussite. L’université est un visa, se disent-ils, pour tracer l’avenir et voir plus clair. Si, sous d’autres cieux, les parents vont jusqu’à consulter des psychologues pour contrôler leur excès d’émotions afin de ne point transmettre leur stress à leurs enfants, ce n’est pas le cas chez nous, où beaucoup de familles exercent très souvent une grande pression, pour la simple et unique raison qu’elles accordent, peu ou prou d’importance au fameux sésame. Les candidats à ces épreuves sont du coup victimes de la peur de leurs parents, et ils ne savent plus à quel saint se vouer. Et la seule alternative demeure, pour ces derniers, de vivre avec le sentiment de la peur, en attendant le jour «j» pour être fixés. Il faut dire que se louer les services d’un psychologue, dans de telles situations et de manière générale dans les moments difficiles, ne fait pas partie des mœurs de la famille algérienne et des parents, plus particulièrement qui excellent dans l’art de placer des remarques et des reproches, là où il ne faut pas, au lieu de rassurer leur progéniture en leur expliquant que le bac est avant et après tout un examen comme les autres, donc il ne faut pas en faire un cas ou une montagne. Les parents ne sont pas préparés à ce genre de situations, et même ceux qui ont déjà emprunté ce chemin, avec des enfants ayant décroché le baccalauréat, ne semblent pas retenir des leçons des précédentes expériences. Une chose est sûre, les dernières heures qui précèdent les résultats, vont être très dures pour tout le monde. Il faut tenir bon et surtout relativiser un examen, comme les autres. Du moins, il est censé l’être.
Samia D.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions