vendredi 13 dcembre 2019 10:15:34

Marché Pétrolier : toujours sous tension

Les cours du pétrole ont légèrement remonté la pente, hier, après avoir enregistré une baisse la veille, dans un contexte fait de tensions entre les États-Unis et l’Iran, cette fois-ci autour du nucléaire iranien.

PUBLIE LE : 18-07-2019 | 0:00
D.R

Les cours du pétrole ont légèrement remonté la pente, hier, après avoir enregistré une baisse la veille, dans un contexte fait de tensions entre les États-Unis et l’Iran, cette fois-ci autour du nucléaire iranien.

Le marché pétrolier qui reste particulièrement réceptif aux moindres bouleversements géostratégiques s’avère toujours instable en attendant la tournure que prendront les évènements dans les prochains jours. Aussi, «la décision de l'OPEP et ses alliés au début du mois de prolonger de neuf mois leur accord de réduction de la production pour soutenir les prix ne changeait pas la perspective d'un marché «excédentaire», avait souligné l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans son rapport mensuel publié dernièrement. L'agence a indiqué que ses dernières prévisions «font apparaître un surplus mondial au deuxième trimestre 2019 de 0,5 million de barils par jour, contre auparavant une prévision de déficit de 0,5 millions». Une situation qui pourrait se prolonger au second semestre de l’année avec impact sur les prix.
Dans le même contexte, l'Energy Information Administration (EIA), l’agence américaine d’information sur l’énergie, a prévu «que les prix au comptant du Brent se situeront en moyenne à 67 dollars  au second semestre de 2019 et devront se maintenir à ce niveau en 2020. Dans ses prévisions, l’agence américaine prévoit que les stocks mondiaux de pétrole augmenteront de 0,1 million de barils par jour, en 2019 et 2020.
Cette hausse des stocks mondiaux de pétrole traduit, en grande partie, les perspectives baissières de la demande mondiale de pétrole en 2019. Cette dernière devra augmenter de 1,1 million  de b/j en 2019, soit 0,2 million de b/j de moins que prévu dans les statistiques de juin dernier. Pour 2020, l'EIA prévoit une croissance de la demande moyenne de 1,4 million de b/j. L’analyse de l'EIA prévoit également que la production de pétrole brut aux États-Unis atteigne, en moyenne 12,4 millions de b/j en 2019 et 13,3 millions de b/j en 2020. Une tendance qui confirme que les États-Unis deviendront un exportateur net de pétrole brut et de produits pétroliers.  Une donne qui bouleversera certainement le marché pétrolier, et qui incitera l’OPEP à rechercher d’autres alternatives pour stabiliser les cours de l’or noir. Selon le rapport mensuel de l’OPEP, publié le 11 juin, la demande mondiale pour le pétrole brut de l'Opep diminuera en 2020 tandis que la demande mondiale dépassera 100 millions de barils par jour. L’OPEP prévoit une demande pour son pétrole de 29,3 millions de barils par jour (b/j) en 2020, en baisse de 1,3 million b/j par rapport à 2019.
 Toutefois, «même si de grandes incertitudes subsistent, les prévisions de croissance tablent sur l'absence d'autres risques pouvant influer à la baisse sur le marché, et notamment sur le fait que les problèmes liés au commerce international ne s'aggraveront pas davantage», a souligné dans ce sens le cartel.
D. Akila
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions