dimanche 18 aot 2019 06:04:01

Assurances : «Nécessité d’une communication ciblée»

«Le marché des assurances crédit en Algérie est caractérisé par un taux de pénétration faible, eu égard au potentiel assurable», a indiqué Mourad El-Besseghi, expert financier.

PUBLIE LE : 14-07-2019 | 23:00
D.R

«Le marché des assurances crédit en Algérie est caractérisé par un taux de pénétration faible, eu égard au potentiel assurable», a indiqué Mourad El-Besseghi, expert financier. Dans un entretien publié dans le n° 24  de la Revue des assurances, il a souligné que ce marché est de moins de 1% par rapport au PIB, ce qui classe l’Algérie bien en deçà de la moyenne en Afrique qui est de 2,8% et loin derrière nos voisins immédiats.

Appuyant ses dires, il cité à titre d’exemple qu’en 2017 le Maroc avait un taux de pénétration de 3,49% et la Tunisie 2,04 %, soit quasiment plus du double, selon les données publiées dans Atlas magazine de juillet 2018. Il a ajouté que ce niveau faible du marché national des assurances, en comparaison du potentiel assurables, est dû essentiellement à l’absence de diversification des produits proposés et au manque d’exploration d’autres domaines pour élargir l'activité de l'assurance en Algérie.
L’expert a insisté à cet effet, sur la nécessité aux compagnies d’assurances d’inventer de nouvelles couvertures et soutenir les produits par une communication ciblée. « La marge de croissance est tellement importante que tout est en faveur d’un développement important, d’autant que le marché est suffisamment bien protégé administrativement», a-t-il dit. S’agissant de produit assurance-crédit l'export, il a fait savoir que celui-ci est un mécanisme de couverture des risques liés aux opérations d’exportation et transactions commerciales avec l’étranger. Selon lui, ce type d’assurance s’impose en tant que produit d’assurances, parce qu’elle facilite la relation entre les différents intervenants (fournisseurs, acheteurs, banques, etc.) dans une transaction internationale.
Evoquant à cet effet la compagnie d'Assurance et de Garantie des Exportations (CAGEX) il a rappelé que celle-ci a été créée en 1996, afin d’appuyer les exportations avec des mesures d’accompagnement telles que les informations sur les marchés extérieurs. M El Besseghi n’a pas manqué de mettre l’accent sur l’assurance-crédit à la consommation indiquant qu’elle a connu également une sensible augmentation depuis quelques années.
«La remise en place du crédit à la consommation, depuis quelques années, a permis à ce créneau de se développer dans des proportions non négligeables», a-t-il souligné. Quant à l’assurance crédit agricole, il a indiqué qu’en Algérie, selon les statistiques, l’agriculture présente entre 8 et 12% du PIB. Elle occupe plus de deux millions de personnes et fait vivre plus de 20% de la population. Comparée aux autres secteurs de l’économie, l’agriculture présente certaines spécificités ; elle est exposée à des risques d’exploitation particuliers concernant les cultures engendrées, essentiellement, par les aléas climatiques et les catastrophes naturelles sans négliger, bien sûr, les maladies qui peuvent aussi nuire considérablement à la production et, par conséquent, au revenu et au bien-être des agriculteurs.
M.A.Z

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions