dimanche 13 octobre 2019 23:48:26

Nouvelles de Mascara, Tighennif : retour à la corvée d’eau

Collectivités locales : Deux dossiers au conseil de wilaya

PUBLIE LE : 14-07-2019 | 23:00
D.R

Page réalisée par Abdelkader Ghomchi

Depuis plusieurs semaines, la ville de Tighennif est confrontée au problème d'eau. Les habitants se plaignent du manque d'eau qui perdure. Questionné sur cette pénurie, un responsable de l'ADE a bien voulu nous répondre qu'il s'agissait d'une panne
de la pompe, qui, selon lui, va bientôt être réparée, mais les habitants ne l’entendent pas de cette oreille, eux qui subissent les affres des corvées d’eau ou recourent à s’approvisionner carrément en citernes des colporteurs qui se frottent les mains pour leur  faire payer cette matière vitale à prix d’or, 1.200 DA, nous a-t-on déclaré.

Plusieurs quartiers de la ville sont concernés par cette coupure, mettant ainsi les habitants dans l'embarras, ne sachant où s'approvisionner, alors que les responsables concernés auraient pu trouver une solution de rechange, à savoir un approvisionnement à l'aide des citernes, en attendant mieux. Les résidents des différents quartiers au niveau de la ville de Tighennif font tout pour faire entendre leur voix, en protestant contre la pénurie d’eau qui se fait sentir au niveau de cette ville ; les habitants reçoivent l’eau une heure tous les sept jours, sans aucune explication. Ce rationnement en eau sous cette plage horaire, qui satisfait jusqu’à présent les habitants, faisant pour ainsi dire «bon cœur contre mauvaise fortune», ne savent plus à quel saint se vouer maintenant, car  l’eau devient rare dans les robinets, comme nous l’a attesté K. B., qui fait face à ce manque d’eau depuis plusieurs semaines et il crie son ras-le- bol sur tous les toits en saisissant par écrit tous les responsables ; et s’est même manifesté sur la toile du web, mais il n’a pas manqué de nous le faire savoir en exprimant son désespoir, en attendant de jours meilleurs.

-----------------------------

41 familles relogées

Dans le cadre de l’éradication de l’habitat précaire, 41 familles ont été relogées durant la nuit du 2 au 3 juillet 2019. L’opération a touché les habitants de la rue Zaghloul, la rue Nasreddine, la rue Boukhedemi et la rue Brisée. L’opération s’est déroulée devant le mécontentement de certains citoyens habitant dans les immeubles mitoyens, dont les immeubles sont dans un état de dégradation très avancée, mais n’ont pas vu la visite du CTC, ces derniers se voient lésés par rapport a leurs voisins. Dans l’ensemble, le relogement s’est déroulé dans une atmosphère de fête, les responsables qui ont été chargés de veiller à l’opération méritent un encouragement pour leur mobilisation et leur personnel.

-----------------------------

Collectivités locales
Deux dossiers au conseil de wilaya

Le  palais des Congrès de la wilaya de Mascara a abrité le conseil de wilaya, présidé par le wali, pour étudier   deux dossiers inscrits à l’ordre du jour. Il s’agit du dossier du tourisme, que le bureau d’études a présenté l’étude dans sa deuxième phase, un travail qui a déjà été présenté durant les précédents conseils et qui a fait l’objet de réserves de la part des autorités locales de la daïra de Bouhanifia, en particulier au niveau de l’urbanisme. Le deuxième concerne la direction des moudjahidine, un secteur sensible puisqu’il touche à l’histoire du pays, la révolution algérienne contre le colonialisme, et qui touche également aux symboles de la révolution algérienne. En effet, le directeur des moudjahidine a présenté un dossier où il s’est étalé sur les différents volets, dont l’histoire de la wilaya et le rôle joué durant la Révolution, et le nombre de chahids tombés au champ d’honneur, les camps de tortures qui furent tous éradiqués ne laissant aucune trace de ce qu’ont vécu nos aïeux, les moudjahidine qui portent toujours les séquelles de la Révolution. Le directeur a surtout mis l’accent sur les vestiges qui retracent la période coloniale. Le wali est, de temps à autres, intervenu, pour donner des instructions aux parties concernées, pour l’exécution de l’opération, en particulier au niveau des cimetières de chouhada.

-----------------------------

Un programme pour la biodiversité
Une force de la nature

L’Association verte de la wilaya de Mascara et la Coordinatrice du programme UICN viennent de lancer un programme pour œuvrer à l’intégration de la biodiversité dans les politiques nationales et locales, publiques et privées, ainsi que pour assurer une cohérence entre les politiques sectorielles. Pour cela, ils renforcent la mobilisation des différents acteurs en faveur de la biodiversité, à travers les établissements publics, entreprises et collectivités locales. Certaines associations se sont impliquées pour mettre en œuvre le lancement du programme. L’Association verte, en présence de la Coordinatrice du programme UICN, Mme Aït Kaci Rachida, a animé une journée en présence de plusieurs acteurs, dont des universitaires au niveau d’une association  forte de ses responsabilités, pour répondre aux enjeux de la biodiversité sur le territoire de la wilaya de Mascara, celle-ci se trouve en face d’un ensemble d’acteurs, qui comptent, avec l’aide des politiques et des responsables, développer la zone humides de la Macta  et mettre en œuvre ce programme. L’association a fait appel à des universitaires, des professeurs, des forestiers et même des responsables qui sont intéressés par l’environnement et la biodiversité. Les collectivités locales ont un rôle majeur à jouer pour contribuer à préserver, à restaurer et à valoriser la biodiversité dans un environnement qui a besoin d’être préservé, conformément aux règles qui la régissent, en particulier la zone de la Macta, une zone classée et protégée par la convention de Ramsar. L’échelle locale est en effet celle de l’action, indispensable pour mettre en œuvre les mesures de préservation nécessaires et adaptées aux enjeux et aux spécificités des territoires. Afin de renforcer l’implication des collectivités en faveur de la biodiversité, de valoriser leurs actions auprès de l’ensemble des acteurs territoriaux et d’encourager leur participation au sein du réseau, l’UICN développe, au côté de ses membres et des collectivités, un certain nombre de démarches et de travaux, tant au niveau national que local, afin de renforcer l’application du droit de l’environnement. La recommandation de la communauté internationale de la conservation de la nature, réunie lors du Congrès mondial de la nature, en septembre 2016,  invitait les États membres de l’UICN à établir, conformément à leurs systèmes juridiques nationaux, leurs propres tribunaux pour l’environnement et de leur conférer une autorité suffisante, pour aboutir à une application plus efficace et cohérente du droit de l’environnement ; ceci permettra sans doute de mettre fin aux agissements des riverains à l’égard des plaques indicatrices du statut de la zone, la protéger contre les pollueurs qui se permettent de jeter sauvagement leurs ordures, de laisser pâturer leurs troupeaux qui nuisent énormément aux oiseaux.

-----------------------------

Campagne de nettoyage dans 47 communes
Le grand coup de ballet

En exécution des instructions des pouvoirs publics, la campagne de nettoyage, qui a débuté dans tous les quartiers des 47 communes que compte la wilaya de Mascara, connaît un vif succès, tant la mobilisation des citoyens était forte et  plusieurs milliers de volontaires ont participé à l’initiative d’«Algérie Propre», la plus grande opération de nettoyage des quartiers jamais réalisée. L’opération a été présidée par le wali en personne, en présence des élus locaux et des cadres de la wilaya. Tous les moyens matériels ont été mis à la disposition pour cette grande opération de toilettage dans les quartiers, les espaces verts qui ont été aménagés pour la circonstance, à nous indiquer sur la nécessité absolue d’impliquer le citoyen dans cette opération de nettoyage qui ne doit être conjoncturelle. Dans chaque quartier, entre voisins, entre citoyens, plusieurs bénévoles ont pris part à la plus grande opération de nettoyage jamais réalisée dans la cité de  l’Émir. L’initiative de la guerre déclarée aux ordures par des citoyens conscients de l’importance de la propreté de leur ville doit continuer dans le temps et l’espace, dans cette action citoyenne intéressante. Les volontaires, appelés à ramasser les détritus qui polluent leur quartier et à sensibiliser les citoyens à l’importance de jeter leurs ordures dans les poubelles et non pas à même le sol. Une campagne de nettoyage  où chacun a mis du cœur à l’ouvrage. La campagne a drainé une foule de volontaires, dont les amoureux de la nature, des scouts, représentants de la direction des forêts et des services techniques  communaux, le mouvement associatif, les comités de quartiers et de cités d’habitation. La propreté du milieu environnant, qui va de pair avec le civisme, a été longuement évoquée par le intervenants, au cours de cette campagne de nettoyage qui ne pourra jamais  avoir de succès sans l’adhésion de la population. Le wali a rappelé aux jeunes les bons gestes de nos parents pour qui l’hygiène et la propreté étaient un devoir sacré. Il a saisi l’occasion pour sensibiliser à l’utilité de la collecte des ordures ménagères. Sur les lieux, un bénévole assure que «c’est notre devoir de contribuer à ce genre de campagnes. Notre environnement mérite plus». «Ce n’est pas la première opération de nettoyage que nous avons organisée. Nous en avons initié plusieurs. Notre mission est d'éliminer les décharges sauvages qui envahissent notre cité», renchérit un autre voltaire. Une campagne destinée à sensibiliser les jeunes au respect et à l’amélioration du cadre de vie du citoyen, tout un chacun a tenu à saluer cette belle initiative. Une vaste opération de nettoyage a été menée. Des centaines de bénévoles ont pris part à cette opération, au terme de laquelle des quantités non négligeables de détritus ont été collectées et acheminées vers la décharge communale. Selon les initiateurs de cette action, l’idée de lancer cette campagne a été motivée par la dégradation des paysages et de l’environnement, à cause de la présence de nombreux détritus et déchets qui les avilissent et donnent une mauvaise image de ces lieux fréquentés par les habitants des quartiers et de cités d’habitation de toute la wilaya. «Cette campagne, devait rappeler le wali, a pour objectif d’inculquer, aux jeunes, le souci écologique.»

-----------------------------

Le prix du poulet en baisse
Poids plume

Le prix du poulet bat de l’aile et commence à atteindre un niveau sans précédent, cette semaine. En effet, à travers tous les marchés de volaille de la wilaya de Mascara, cette viande blanche est écoulée entre 190 et 210 DA le kilogramme, soit une baise de près de 40%, comparativement à une période très proche où le poulet était vendu à 390 DA. Cette baisse  des prix a suscité le soulagement  des citoyens, et chacun y va de son analyse pour commenter une telle baisse qui commence à faire du bien aux poches de ménagères, et cela, nous dit un boucher, risque de prendre des proportions de baisse conséquente, notamment en cette période estivale. Cette baisse soudaine du prix du poulet de chair et qui, à défaut de viande rouge inaccessible, eu égard à son prix pour les bourses moyennes, voilà que ce substitut alimentaire protéinique est sujet de discussion des ménages qui expriment un sentiment de satisfaction, et tous se ruent vers le  poulet rôti, dont le prix ne dépasse guère, ces jours-ci, histoire de se faire plaisir et partager cela avec sa famille ou les invités du jour.
C’est une vraie aubaine pour de nombreux habitants, notamment ceux qui célèbrent les fêtes de mariage et autres, et l’on ne comprend plus rien à rien, en l’absence totale des services censés contrôler les prix. Un revendeur de poulet explique cette situation par l’éternelle équation de l’offre et de la demande ; toutefois, il était à dix mille lieues de convaincre sa clientèle, car selon ce dernier, cette baisse du prix du poulet s’explique, notamment en raison de l’importante offre de ce produit avicole en cette période, qui a fait dégringoler le prix de la viande blanche.
De arguments avancés ici et là , mais il y a quelques jours, le professionnels de l’élevage avicole de ce segment de production nous ont fait la certitude que hausse et flambée du poulet, il n’y en aura pas, cela se vérifie aisément sur les étals des marchés, la question de la baisse des prix de la viande blanche reprend le dessus, au grand bonheur  des consommateurs qui se rabattent sur le poulet,  compte tenu de son prix jugé abordable aux limites du pouvoir d’achat à ne pas dépasser, comme c’est la cas du prix de la volaille, en cette fin d’été. Les plus sceptiques et les optimistes parmi les citoyens vivent dans l’expectative et attendent des jours meilleurs.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions