vendredi 18 octobre 2019 17:19:25

Moudjahid et membre fondateur de l’UGTA : Tahar Gaïd n’est plus

Le défunt est l’un des membres fondateurs de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) en 1956, aux côtés d’Aïssat Idir, Benyoucef Benkhedda et Abane Ramdane.

PUBLIE LE : 10-07-2019 | 23:00
D.R

Le défunt est l’un des membres fondateurs de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) en 1956, aux côtés d’Aïssat Idir, Benyoucef Benkhedda et Abane Ramdane. Le moudjahid Tahar Gaïd est décédé ce mardi 9 juillet, à l’âge de 90 ans. Ses amis, très nombreux, ont tenu à rendre hommage à ce militant de la première heure, qui a voué toute sa vie au service de sa patrie.
En hommage à cette carrière hors du commun, le forum El Moudjahid avait même organisé une cérémonie en son honneur et à son parcours en 2015. A cet effet, l’association Machaâl Echahid, partenaire du forum, avait invité de nombreux compagnons d’armes de Tahar Gaïd et diverses personnalités nationales. Ils ont tous été unanimes pour témoigner, et à juste titre d’ailleurs, de la grande valeur de l’homme.
En fait, «Ammi Tahar», comme l’appelaient ses compagnons, avait 15 printemps à peine, lorsqu’il avait entamé son parcours militant, et à 24 ans, il était déjà responsable à l’échelle nationale ; c’est dire toute la prédisposition de cet homme à devenir leader.
Né le 22 octobre 1929 à Timengache, dans la commune de Guenzet (Sétif), le défunt a fait ses études secondaires à la médersa de Constantine, et ensuite à celle d’Alger. Il en sort diplômé et aguerri, ce qui lui permet d’avancer plus dans ses études supérieures, dans les deux langues. Il en devint un professeur émérite qui allait contribuer à l’éducation, l’émancipation et l’éveil de la jeunesse algérienne.
 Tahar Gaïd a été à l’origine de la constitution des premières cellules du PPA/MTLD à la medersa El-Thaâlibiyya d’Alger. Il a été auparavant un militant de ce parti révolutionnaire à Constantine où il a commencé ses études à la medersa en 1947.
Arrivé à Alger en 1950, Tahar Gaïd a patiemment travaillé à mettre sur pied une organisation nationaliste dans cet établissement avec le concours de nombre de militants. Il a été responsable d’un groupe de vingt et un militants jusqu’en juin 1954. En quittant la medersa, à la fin de ses études, il avait laissé derrière lui des militants aguerris. Tahar Gaïd a répondu à l’appel du FLN, dès le 1er novembre 1954, en constituant des cellules de fidaiyine à Tegherif (wilaya de Mascara) où il était enseignant. De retour à Alger, il se met à la disposition de l’organisation du FLN et devient un des assistants d’Abane Ramdane. Dans ce contexte, il est responsable de plusieurs secteurs de la ville d’Alger avec d’autres médersiens, Amara Rachid, notamment. Toujours fortement engagé, Tahar Gaïd a été avec Aïssat Idir et d’autres, co-fondateur de l’UGTA en 1956. Il a contribué efficacement à mettre sur orbite cette organisation. Arrêté durant la lutte de Libération nationale, il a été emprisonné et a subi les sévices de l’occupant.
Après 5 années d’emprisonnement, il est libéré et devient le premier ambassadeur de l’Algérie indépendante au Ghana. Il occupera d’autres postes diplomatiques en Afrique et au ministère des Affaires étrangères.
Une fois retraité, Tahar Gaïd se consacre à l’écriture et se spécialise dans l’islamologie. Il se distinguera par ses traductions de l’arabe au français, et par la rédaction de plusieurs publications, dont Une encyclopédie thématique de l’islam. Dans les années 1990, le défunt a même collaboré à El moudjahid, pour l’élaboration des pages Ramadhan avec les défunts Zoheir Ihaddadène et cheikh Bouamrane.
D’illustres personnalités, à l’image de Kamel Bouchama, du Dr Saïd Chibane et du moudjahid Mohamed Laïd Lachguar, ont rendu hommage à Tahar Gaïd. Chacun a apporté un poignant témoignage. Selon M. Bouchama, «il y avait un décret non publiable pour Tahar Gaïd. En fait, il était le sixième au secrétariat national de l’UGTA». Autre élément d’information, parmi les informations rapportées par M. Bouchama, c’est que M. Tahar Gaïd était co-auteur du chant patriotique consacré aux travailleurs.
À retenir, enfin, et comme le résumera si bien le président de l’Association des anciens médersiens, Tahar Gaïd appartient à cette ancienne génération de médersiens qui ont ouvert aux générations suivantes, la voie du militantisme et de l’esprit d’engagement.
Amel Z.

-----------------------------

Condoléances

Le secrétaire général de l’UGTA, Selim Labatche, ayant appris avec tristesse le décès de Tahar Gaïd, membre fondateur de l’UGTA, présente à sa famille et à ses proches ses plus sincères condoléances et les prie de trouver ici l’expression de sa profonde compassion et de sympathie émue.
Que Dieu, le Tout-Puissant accueille, le défunt en Son Vaste Paradis et lui accorde Sa Sainte Miséricorde.
A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions