mardi 15 octobre 2019 20:23:41

Tizi Ouzou : côte À la cote

Les plages des villes côtières sont, depuis la fin de Ramadhan, prises d’assaut par des centaines de milliers d’estivants à la recherche de détente et d’évasion en cette saison de fortes chaleurs.

PUBLIE LE : 10-07-2019 | 23:00
D.R

Les plages des villes côtières sont, depuis la fin de Ramadhan, prises d’assaut par des centaines de milliers d’estivants à la recherche de détente et d’évasion en cette saison de fortes chaleurs.

La canicule a précipité la venue en nombre des vacanciers de toutes les wilayas vers les communes côtières qui offrent à leurs hôtes de belles et subliminales vues naturelles mais aussi les meilleures commodités possibles pour un merveilleux séjour. A Tigzirt comme à Iflissen, Mizrana, Azeffoun et Ait Chaffaâ, toutes les plages sont bondées d’estivants. Durant les heures de pointes et les week-ends, il faut marcher pour pouvoir dénicher un petit espace où installer son parasol. Pour ajouter à cette beauté tout au long des 85 kilomètres de plage, les restaurateurs, hôteliers et autres commerçants ont mis à la disposition des estivants toutes les commodités pour qu’ils puissent passer leur séjour dans le calme et le bien être. Des contingents de vacanciers affluent chaque jour vers les plages autorisées à la baignade, voire même celles qui ne le sont pas pour se laisser emporter par la brise de mer et les vues panoramiques qu’offre cette côte. Des estivants en profitent pour découvrir les richesses des ces villes côtières, dont les antiques Iominium et Rozasus, respectivement Tigzirt et Azeffoun, où des ruines romaines résistent encore en dépit des aléas de la nature et des milliers d’années.
L’ilot se trouvant près du port de pêche et de plaisance est l’une des meilleures attractions des estivants. Les ruines romaines ont également la cote en cette saison estivale durant laquelle la ville de Tigzirt bouillonne de jour comme de nuit. La vie estivale plonge cette ville dans une ambiance qu’on ne trouve pas dans d’autres localités de la wilaya.
Tigzirt se transforme en cette saison, en ville cosmopolite où cohabitent, l’espace d’une saison, des gens de différentes régions du pays en plus de la communauté nationale établie à l’étranger. Idem pour Azeffoun et les trois autres villes balnéaires, à savoir Ait Chaffaa, Mizrana et Iflissen qui se métamorphosent en se parant de leurs plus beaux atours pour subjuguer leurs hôtes et les inviter à prolonger leur séjour.
Les tenanciers d’hôtels, de restaurants et autres structures d’accueil sont aux anges par l’affluence importante d’estivants leur permettant un plan de charge des plus importants, la saison estivale constitue pour eux la seule aubaine pour rentabiliser leurs établissements et pouvoir fonctionner le reste de l’année. La plupart des hôtels longeant la côte de la wilaya de Tizi-Ouzou affichent souvent complet durant l’été.
Les réservations se font généralement bien avant l’entame de la saison. A défaut de la disponibilité de places dans des hôtels et structures d’hébergement réglementées et l’excessif prix d’une nuitée, des estivants se rabattent sur les logements et habitations que proposent des habitants à des prix moins élevés qu’une suite où une chambre d’hôtel. Tout le monde trouve son compte dans cette formule apparue depuis quelques années dans toutes les villes balnéaires du pays.
Des nuitées sont proposées entre 6.000 à 9.000 DA dans ces appartements partiellement meublés et situés non loin des plages. Même si cette formule n’est pas à la portée de tout le monde, il n’en demeure pas moins qu’elle constitue un recours inéluctable pour les estivants aisés faute de disponibilité dans les hôtels. La réussite que ne cesse d’enregistrer chaque année la saison estivale dans cette wilaya est due à l’amélioration des conditions d’accueil par l’aménagement des plages, des fronts de mer, l’amélioration des prestations de service mais aussi la sécurité qui prévaut au niveau des sites touristiques. Les services de sécurité, police et gendarmerie ont mobilisé depuis l’ouverture de cette saison des centaines d’éléments pour veiller sur la sécurité des estivants. Ils sont partout. Ils interviennent efficacement pour réguler la circulation dans des centres urbains, particulièrement les carrefours, où des embouteillages monstres se constituent durant les heures de pointe. Les embouteillages sont un des points noirs de la saison estivale à Tizi-Ouzou, mais aussi dans toutes les villes balnéaires.
Parfois, des estivants mettent plusieurs heures pour parcourir en voiture une dizaine de kilomètres. Tout le monde se plaint de cette situation qui fait que plusieurs vacanciers passent plus de temps dans ces embouteillages que sur les plages. N’était ce la présence des forces de sécurité au niveau de ces grands centres urbains, la circulation resterait quasiment bloquée durant des heures, témoignent des estivants écœurés par ces longues attentes dans ces embouteillages infernaux. En dépit de cela, ils avouent qu’ils ne regrettent pas d’avoir choisi la côte tizi-ouzéenne pour passer en famille leurs vacances d’été et promettent de revenir la saison prochaine pour profiter davantage de l’hospitalité des habitants. La wilaya de Tizi-Ouzou prévoit d’accueillir à la fin de cette saison estivale pas moins de 11 millions d’estivants. La direction locale du tourisme compte mettre en exploitation 15 nouvelles infrastructures d’une capacité d’accueil de 1.660 lits. Il s’agit de trois hôtels, un meublé de tourisme, quatre auberges, une résidence touristique, un centre de vacances et un camp de toile.
La réception de ces infrastructures s’effectuera progressivement au cours de la présente saison, a-t-on assuré. Cinq sont déjà fin prêtes pour recevoir leur clientèle. Ces nouvelles structures touristiques viendront s’ajouter au parc existant dans la wilaya de Tizi-Ouzou qui est de 34 établissements hôteliers dont 15 urbains, 14 balnéaires et 5 climatiques.
Pour cette nouvelle saison estivale la wilaya compte une capacité d’accueil de 4.585 lits répartis notamment sur 14 établissements hôteliers totalisant 1.626 lits, 7 auberges de jeunesse (584 lits), 2 terrains de camping (900 lits) et 21 bungalows (120 lits). A toutes ces infrastructures hôtelières publiques et privées, il faut ajouter les maisons individuelles que louent en pareille saison les habitants des villes balnéaires. Ces appartements et maisons s’élèvent à plusieurs centaines dans chacune de cinq communes balnéaires de la wilaya, selon des estimations. L’hébergement chez l’habitant est une formule fortement prisée par les estivants qui préfèrent louer un appartement ou une maison individuelle non loin de la plage plutôt que de séjourner dans un hôtel dont le prix d’une nuitée est beaucoup plus élevé.
    Bel. Adrar
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions