mardi 15 octobre 2019 20:19:53

Paiement électronique : Levier de développement

Le paiement électronique était, hier, au centre des débats, à l’occasion d’une rencontre organisée à l’École supérieure algérienne des affaires (ESAA) (Alger).

PUBLIE LE : 10-07-2019 | 23:00
Ph. Billal

Le paiement électronique était, hier, au centre des débats, à l’occasion d’une rencontre organisée à l’École supérieure algérienne des affaires (ESAA) (Alger).

S’exprimant en marge de cette rencontre, M. Madjid Messaoudene, directeur général du Groupement intérêt économique monétique (GIE) a souligné que l’objectif, de la rencontre, est de vulgariser le paiement électronique, de voir quelles sont les mesures nécessaires à mettre en place pour inciter les commerçants et porteurs de cartes à utiliser ce moyen de paiement.  Il dira dans ce sens qu’en 2019, il y a trois types d’utilisations de paiement à savoir, le premier concerne le retrait au niveau des guichets électroniques qui a connu une croissance à deux chiffres, le deuxième c’est le paiement à travers les Terminal de payement électronique (TPE), chez les commerçants où a-t-il précisé «près de 21 000 TPE qui ont été installés dont 2.200 de porteurs de cartes électroniques enregistrés uniquement au niveau des banques». Quant au troisième moyen de paiement, il a fait savoir que celui-ci concerne les transactions et les achats qui se font via l’internet. À ce propos il a précisé qu’à ce jour près de 32 web- marchants et sociétés qui ont été créés.  Ce qui dénote, d’après lui, une progression constante de l’utilisation des cartes de payement par les clients et promet un essor de ce système de payement avec plus de 21 millions d’Algériens sur le réseau internet. Notre interlocuteur n’a pas manqué d’afficher davantage son enthousiasme quant à l'avenir radieux de système de paiement en Algérie puisque a-t-il dit « la population accorde de plus en plus l’importance aux Technologies de l'information et de la communication (TIC)». De son côté, M. Yazid Benmouhoub, directeur général de la Bourse d'Alger a souligné que «plusieurs moyens ont été mis en place par les pouvoirs publics, pour permettre de développer de ce type de paiement».  Il a ajouté que « aujourd’hui le secteur financier est en train de déployer des efforts considérables pour aller vers une finance basée essentiellement sur les nouvelles technologies ». Il a estimé à cet effet que le E-payement, constituera, sans nul doute, un moyen important dans le développement de l’économie national. Il a insisté sur la nécessité de faire un travail de proximité, notamment au niveau des commerçants détaillants. Selon lui, le développement de ce système nécessite la participation de tout le monde. Pour sa part, le professeur à la faculté des sciences commerciales et des sciences de gestion, Mme Seddiki a souligné que la levée de toutes les contraintes qui entravent la généralisation du paiement électronique est l’affaire de tous. elle dira dans ce sens qu’il est urgent d’installer un climat de confiance qui permettait un changement culturel dans les habitudes de paiement des algériens.  Pour accélérer le processus de bancarisation, Mme Seddiki estime qu’on devait prendre exemple sur certains pays africains qui ont développé le E-paiement à travers un cadre législatif et réglementaire adéquat. D’autre part, le professeur et expert en économie Mahfoud Koubi a indiqué que dans le contexte actuel où la situation économique nationale est archaïque, le développement de E-paiement est impossible. Il a indiqué que «le développement des systèmes des transactions monétaires électroniques est tributaire d’une économie avancée».
Makhlouf Ait Ziane
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions