vendredi 13 dcembre 2019 10:18:40

Nucléaire : Les nouvelles mesures de l’Iran sont « réversibles »

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a déclaré que toutes les nouvelles mesures de l’Iran «restent réversibles» si les trois pays européens, signataires du Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien (PGAC) à savoir, la France, l’Allemagne et la Grande Bretagne, montrent que leurs engagements envers l’Iran, liées à l’Accord de Vienne de 2015, ne s’expriment pas par des discours, mais aussi par des actions concrètes.

PUBLIE LE : 09-07-2019 | 0:00
D.R

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a déclaré que toutes les nouvelles mesures de l’Iran «restent réversibles» si les trois pays européens, signataires du Plan global   d’action commun sur le nucléaire iranien (PGAC) à savoir, la France, l’Allemagne et la Grande Bretagne, montrent que leurs engagements envers l’Iran, liées à l’Accord de Vienne de 2015, ne s’expriment pas par des discours, mais aussi par des actions concrètes.  
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, s’exprimant dans un message posté sur sa page Twitter, «s’attarde sur la deuxième étape du plan de la réduction des engagements de l’Iran, lancé   aujourd’hui 7 juillet, au titre de l’article 36 du PGAC, pour dire que l’Iran se réserve le droit de continuer à prendre des mesures légales dans le cadre de l’Accord nucléaire, pour compenser l'impact des sanctions   américaines et protéger ses intérêts face aux terrorisme économique US».
«Il revient à la troïka (France, Allemagne, Grande-Bretagne), et à l’Union européenne d’au moins soutenir, après avoir manqué à leur engagements, dont   ceux tenus après le retrait américain, les mesures compensatoires de l'Iran, prises conformément au paragraphe 36 du PGAC, à l’agence   internationale de l’Energie atomique (AIEA)», a insisté Zarif.  M. Zarif a finalement insisté sur le fait que «la troïka européenne n'a aucun prétexte pour s'abstenir de prendre une position politique décisive pour préserver le PGAC face à l'unilatéralisme américain». L'Iran vient d'annoncer avoir dépassé le taux d’enrichissement de l'uranium, établi par le PGAC à 3.67%. C'est au terme d'un délai de 60 jours donné à l'Europe et en réponse au refus européen de contrer les sanctions américaines que l'Iran annonce cette décision.
Cette nouvelle réduction des engagements de l'Iran au titre du Plan global d'action commun a été annoncée lors d'une conférence de presse conjointe du vice-ministre des Affaires étrangères pour les affaires politiques, Abbas Araqchi, du porte-parole du gouvernement, Ali Rabiei, et du porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Behrouz Kamalvandi, le dimanche 7 juillet à Téhéran.
«Il s'agit d'une mesure parfaitement légale suivant les termes mêmes de   l'accord de Vienne qui autorise l'Iran à réduire ses engagements en cas de non-respect des autres signataires de leurs engagements et en vertu des   articles 26 et 36», a-t-on souligné.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions