lundi 30 mars 2020 02:04:11

Colloque international sur la contrefaçon : 2 millions d’articles saisis

«Les Douanes algériennes ont saisi près de 2 millions d’articles contrefaits de l’année de 2017 au premier trimestre de 2019», a indiqué, hier, Djamel Brika, chargé de communication à la Direction générale des Douanes (DGD).

PUBLIE LE : 25-06-2019 | 0:00
D.R

«Les Douanes algériennes ont saisi près de 2 millions d’articles contrefaits de l’année de 2017 au premier trimestre de 2019», a indiqué, hier, Djamel Brika, chargé de communication à la Direction générale des Douanes (DGD). Intervenant, à l’occasion de la tenue de la 5e édition du colloque international sur la contrefaçon, il a précisé qu’«entre 2017 et le 1er trimestre 2019, plus de 1,4 million d’articles ont été saisis officiellement, et près de 400.000 autres sont toujours sous contrôle douanier».

Selon le bilan de la DGD, la majorité des biens contrefais saisis en 2018 proviennent de Chine, soit 323.432 produits. Cela représente un taux de plus de 71% du total des produits contrefaits, introduits frauduleusement sur le territoire national en 2018. Le reste des produits contrefaits a été importé, essentiellement, du Bangladesh de l’Inde, de la Malaisie, de la Turquie, ainsi que d’autres pays. M. Brika a fait savoir à cet effet que «la douane a deux modes d’interventions à savoir, le 1er où la douane intervient selon la demande des opérateurs économiques et le 2e concerne l’intervention d’office. Il a précisé qu’en ce qui concerne le 2e mode d’intervention la douane, le fait d’une manière directe et sans aucun problème, par contre en termes d’intervention sur la demande cela nécessite l’aide des opérateurs. «Il est très difficile à un agent de douane de reconnaître si les produits présentés au dédouanement sont vrais ou contrefait», a-t-il dit, tout en insistant à ce propos sur la nécessité d’organiser des formations au profit des agents des douanes pour pouvoir reconnaître facilement la nature des produits. Selon lui, dans le contexte actuel, il est très difficile de lutter contre le phénomène de la contrefaçon, car la demande est très importante. De son côté, Tibaoui Ahmed, general manager de CEO du WTCA, fait savoir que «l’Algérie n’est pas épargnée par ce fléau. La contrefaçon est devenue en quelque années à la faveur de l’ouverture du commerce extérieur, un phénomène ravageur». Il a ajouté qu’il est possible d’y trouver des marques illégalement reproduites ou imitées ainsi que des quantités et variétés de biens destinés tant à la consommation des ménages que de l’économie. Appuyant ses dires, il a cité à titre d’exemple le bilan des douanes, qui indique qu’en 2017 près de 700.000 produits présumés contrefait ont été retenus avec une forte prévalence des articles de sport (38% du nombre total), suivi des produits alimentaires, des cosmétiques et des chargeurs de téléphone. Et de poursuivre «ce fléau, dont les incidences touchent directement aussi bien le consommateur que l’économie nationale peut difficilement être combattu en raison d’une part le marché informel qui ne permet pas une traçabilité du produit, et d’autre part le peu d’implication des titulaires de marques qui, parfois, hésitent à lutter frontalement contre ce phénomène, notamment pour des raisons d’image de marque». Pour lutter contre ce phénomène, le general manager de CEO du WTCA a estimé qu’il est impératif de développer une collaboration entre plusieurs intervenants. Mettant par ailleurs, l’accent sur cette journée, il a indiqué que celle-ci verra l’intervention de spécialistes mais également des services chargés de la lutte contre ce phénomène, notamment les services de douanes qui ont déjà signé des conventions avec les titulaires de marques et les institutions concernées ainsi que les services du commerce qui sont eux sur le terrain.
 Makhlouf Ait Ziane
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions