vendredi 18 octobre 2019 17:35:29

Cour suprême : Poursuite des auditions

Des nouvelles auditions de hauts responsables, anciens et actuels, par le magistrat instructeur de la Cour suprême seront de nouveau relancées au courant de cette semaine.

PUBLIE LE : 23-06-2019 | 23:00
D.R

Des nouvelles auditions de hauts responsables, anciens et actuels, par le magistrat instructeur de la Cour suprême seront de nouveau relancées au courant de cette semaine.
Les concernés seraient impliqués dans des faits de corruption et sont poursuivis pour une série de griefs se rapportant notamment au détournement de deniers publics, infraction au code des marchés publics, octroi d’indus privilèges…
Autant de griefs qui dénotent de l’ampleur de la prédation et des ramifications tentaculaires de la pratique de la corruption, un fléau que la justice algérienne s’emploie à éradiquer à travers l’opération «Mains propres» enclenchée depuis quelques semaines et qui s’est traduite par des résultats historiques.
 Une opération qui s’est matérialisée par l’ouverture en instruction de plusieurs dossiers en cours de traitement par le parquet général près la cour d’Alger, par la Cour suprême où sont convoqués les hauts responsables en vertu de l’article 573 du code de procédure pénal.  La semaine dernière, le parquet général près la Cour d’Alger avait transmis, rappelle-t-on au procureur général de la Cour suprême le dossier de l’affaire Tahkout Mahieddine en vue de l’audition, dès cette semaine, de hauts responsables, il s’agit d’Ahmed Ouyahia, ex-Premier ministre, d’Abdelkader Benmessaoud, ministre du Tourisme en exercice et ex-wali de Tissemsilt, d’Abdelghani Zaalane, ex-ministre des Travaux publics et des Transports, de Youcef Yousfi, ex-ministre de l’Industrie et des Mines, d’Abdelkader Zoukh, ex-wali d’Alger, de Sif El Islam Louh, actuel wali de Saïda, de Djeloul Boukerbila, ex-wali de Saïda, d’Abdellah Benmansour, ex-wali d’El Bayadh, de Mohamed Djamel Khenfar, wali d’El Bayadh et de Fouzi Benhocine, ex-wali de Chlef et de Skikda.
Rappelons également qu’en mai dernier, le parquet général près la Cour d’Alger avait également adressé à la Cour suprême le dossier des 12 responsables impliqués dans l’affaire Haddad. Dans ce cadre quatre anciens ministres n’ont pas été encore auditionnés. Il s’agit d’Abdelkader Bouazghi, d’Amar Ghoul, d’Abdesselem Bouchouareb et de Boudjema Talaï.
A propos de ce dernier, la commission juridique devait se réunir hier pour statuer sur la levée de son immunité parlementaire réclamée par le ministère de la Justice. En outre, et dans le cadre du traitement de l’affaire Haddad, deux anciens cadre du ministère de l’Industrie auraient été auditionnés hier par le magistrat instructeur de la Cour suprême. Selon plusieurs sources concordantes, les concernés auraient été entendus dans une affaire d’octroi d’indus privilèges concédés au «Tycoon» algérien opérant dans les travaux publics ainsi que de passations de marchés illégales.
Rappelons, par ailleurs, qu’au moment de son installation en tant que premier Président de la Cour suprême, Abderrachid Tabi avait soutenu que «les grands défis qui se posent au secteur de la justice en cette période interpellent magistrats, fonctionnaires et auxiliaires de justice, notamment le collectif de défense, quant à l’impératif d’intensifier les efforts et d’unifier les rangs pour être à la hauteur des aspirations du peuple qui a exprimé son souhait de vivre au sein d’une société juste, ambition légitime, régie par un pouvoir judiciaire indépendant dont tous les membres doivent faire preuve d’éthique et mener à bien, chacun en ce qui le concerne, les rôles qui leur sont assignés.»
Karim Aoudia

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions