mercredi 18 septembre 2019 14:36:31

Nouvelles de BéJAïA

Compte tenu du retard qu’accuse la réalisation des logements AADL dans la commune de Béjaïa, les souscripteurs, lassés d’attendre depuis des années, ont interpellé les autorités locales pour accélérer la cadence des travaux, dont les logements AADL 1 qui accusent un retard de 18 ans, alors que l’AADL 2 en enregistre 6 années.

PUBLIE LE : 22-06-2019 | 23:00
D.R
Les souscripteurs AADL mécontents 
Des années de retard 
 
Compte tenu du retard qu’accuse la réalisation des logements AADL dans la commune de Béjaïa, les souscripteurs, lassés d’attendre depuis des années, ont interpellé les autorités locales pour accélérer la cadence des travaux, dont les logements AADL 1 qui accusent un retard de 18 ans, alors que l’AADL 2 en enregistre 6 années. 
 
A cet effet, l’association El Amel des souscripteurs AADL 2001/2002 de la commune de Bejaia a attiré l’attention des responsables que ces logements prévus pour 2019 risquent de dépasser les délais fixés vu le retard des VRD du site Ighil Ouzarif de Oued Ghir, de même le problème de la délocalisation de la décharge de la commune d’Oued Ghir dont l’entreprise en charge de la réalisation des VRD exige le déplacement avant le lancement des travaux. 
Les travaux d’alimentation du site en gaz, eau potable et électricité n’ont connu aucun démarrage. Face à cette déplorable situation, une réunion a été tenue entre l’association et le wali qui a assuré les futurs bénéficiaires du lancement des travaux. Il a souligné que le choix des entreprises pour l’achèvement des VRD se fera par voie de consultation, après que le ministère leur a interdit le gré à gré, ce qui va engendrer un retard supplémentaire tout en signalant qu’une enveloppe de 500 milliards de centimes a été mise à la disposition du pôle pour les travaux des VRD, mais elle reste insuffisante pour achever les travaux. Il a aussi informé les présents que l’alimentation en électricité du pôle urbain d’Oued Ghir se fera à partir de la commune d’El Kseur et l’eau à partir du barrage de Tichy Haf et de la station de dessalement de Toudja. 
Des stations d’épuration verront le jour incessamment pour soulager le volet assainissement. Cela dit, bien que les services de la direction de l’urbanisme et de la construction soient en contact avec des entreprises, la distribution de ces logements risque encore de s’éloigner des délais fixés. Rappelons que le wali a effectué récemment une visite du site du pôle urbain d’Ighzer Ouzarif accompagné des directeurs de wilaya pour s’enquérir de la situation. 
Le projet, dont la superficie est de 250 ha, s’inscrit dans le cadre d’une politique urbaine et d’aménagement du territoire afin de répondre à un besoin d’étalement spécial du chef-lieu de wilaya et de mettre un terme à l’extension anarchique de la ville. Ce site va abriter 16.000 logements répartis entre 7.000 logements LPL et 9.100 logements location-vente (AADL) avec des équipements publics. Lors de cette visite, le wali a mis l’accent sur la nécessité de viabiliser les logements et d’assurer un cadre de vie digne ; il a instruit les directeurs de l’urbanisme, du logement, de l’hydraulique et de énergie, afin d’exprimer les besoins réels en matière de viabilisation des logements en précisant le montant des crédits nécessaires par catégorie (gaz, électricité, AEP, assainissement et voirie). Un dossier qui englobera toutes le fiches techniques qui concernent les travaux prévus, dont la réalisation des amenées d’électricité et gaz, ainsi que les réseaux d’assainissement, et sera transmis aux ministères concernés afin de débloquer les enveloppes financières nécessaires. 
La plus grande attention sera accordée à la réalisation des équipements de drainage des eaux pluviales qui doivent être en mesure de faire face à la superficie du site (bassin versant et relief accidenté). Par ailleurs, le wali a pris la décision de réserver des locaux sur ce site pour abriter les services en : santé, poste, ADE, Sonelgaz et ailleurs il est prévu de privilégier les technologies LED et l’énergie solaire en matière d’éclairage public et de fonctionnement des équipements publics.

Centre Hospitalo-Universitaire
Extension des structures 
 
La proposition du wali d’affectation des locaux à usage professionnel de Sidi Ali Lebhar, dans la commune de Bejaia, au profit du Centre hospitalo-universitaire, pour le développement des activités de soins et de formation médicale a reçu un avis favorable du Premier ministre qui a saisi le ministère des Finances afin d’inscrire dans le cadre du budget de 2019 une opération pour l’étude de ce projet. Cette proposition a été faite dans le cadre de la Commission d’arbitrage du ministère des Finances, portant sur l’inscription d’un projet de réhabilitation des 100 locaux commerciaux à Sidi-Ali Lebhar, à la périphérie du chef-lieu de wilaya, a été approuvée. Cela permettra l’extension des services du CHU de Bejaia. La Commission ministérielle avait siégé, le 12 mai dernier, dans le cadre de la préparation du programme de développement 2020. Une fois l’étude finalisée, il sera procédé à son aménagement et à son équipement directement. Les médecins spécialistes et les praticiens seront consultés et associés à toutes les étapes de ce projet. 
Les structures actuelles du CHU de Bejaia ne sont pas adaptées aux normes de fonctionnement d’un tel établissement et sont caractérisées par un état de vétusté avancé et l’exiguïté des structures actuelles. Cette option d’affectation des locaux à usage professionnel offre plusieurs avantages ; le site est aisément accessible à travers plusieurs voies et sa proximité avec de grands axes routiers permet, de par sa situation excentrée par rapport à la ville, la rapidité des interventions. 
Ajoutons à cela sa proximité directe avec le nouveau centre de transfusion sanguine, une polyclinique en cours de réalisation et l’actuelle faculté de médecine. 
De même que la disponibilité sur le même site d’une assiette foncière réservée à la construction d’une nouvelle faculté de médecine, d’une capacité de 4.000 places pédagogiques, et l’existence d’une assiette foncière mitoyenne pouvant être exploitée pour une future extension. 
Ces locaux ont été réalisés en 2007 et sont restés inoccupés et dans un état de délabrement avancé. Cette proposition du wali a été saluée par le président de l’APW, le recteur de l’Université ainsi que le directeur général du CHU, elle s’inscrit dans l’intérêt à la fois des secteurs de la santé et de l’enseignement supérieur, mais aussi de la population qui espère toujours la réalisation d’un CHU, avec toutes les normes requises. 
BéJAïA INFOS
Desserte Béjaïa - Alger 
par le train Coradia El-Djazaïr 
 
 Les voyageurs empruntant la ligne Bejaia-Alger seront desservis à partir du 24 juin par le train rapide «Coradia El Djazair». Cette desserte qui va offrir toutes les commodités (accueil, facilité d'accès aux personnes à mobilité réduite, petite restauration, nettoyage en ligne) remplacera l'ancien train circulant actuellement sur cet axe. Ainsi l’axe Bejaia-Alger sera desservi quotidiennement par une navette aller et retour par rame Coradia ainsi qu’une navette Alger sur Bejaia et retour par des voitures de grande ligne nouvellement réhabilitées. Il est prévu également deux navettes Bejaia-Beni Mansour en aller-retour par rame de banlieue nouvellement réhabilitées.
 
 Tichy
100 baraques démolies et les plages toujours payantes 
 
 Cent baraques illicites érigées à proximité des plages de Taghzouit et de la cité Ben Saïd (ex-Baccaro), ont été démolies dernièrement par les services de la wilaya. Cette opération s'inscrit dans le cadre de l'application des directives du wali, elle a été menée par le secrétaire général de la wilaya, le chef de daïra et le président de l'APC de Tichy ainsi que les services de sécurité de la wilaya. L'opération va se poursuivre pour éradiquer toutes les baraques illicites implantées au bord des plages. Plusieurs plages des huit communes côtières sont squattées par des constructions illicites et anarchiques qui nécessitent des opérations similaires. La saison estivale qui a débuté le 1er juin n’a pas connu d’amélioration. Les plages sont payantes, les parkings à 200 DA et la location des chaises et parasols est imposée aux baigneurs.
 
Un complexe de traitement et recyclage des déchets
 
Bejaia bénéficiera prochainement d’un complexe de traitement et de recyclage des déchets ménagers implanté dans la zone industrielle Fenaia-Il Matten dans la commune d’El Kseur. Ce complexe sera réalisé par un investisseur privé, ayant bénéficié d’une parcelle de terrain dans la zone, alors que le suivi et l'accompagnement seront assurés par l'entreprise Vauché (35 ans d'expériences et 200 réalisations) spécialisée dans la conception et la fabrication d'usines de tri, de traitement et de vaporisation de déchets. Ce projet traitera 800 tonnes de déchets par jour et permettra le recrutement d'environ 360 jeunes diplômés de la formation professionnelle. L’étude réalisée par le bureau GAB a pris en compte toutes les normes de traitement des déchets pour régler le problème épineux des immondices et va permettre d'éradiquer les décharges sauvages qui polluent l’environnement.
 
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions