jeudi 19 septembre 2019 03:12:53

Archives nationales : Risque de détérioration

Une politique de conservation des archives nationales «est impérative», a estimé hier à Oran le chercheur et historien Fouad Soufi au cours d’une conférence sur la préservation des fonds archivistiques.

PUBLIE LE : 17-06-2019 | 23:00
D.R

Une politique de conservation des archives nationales «est impérative», a estimé hier à Oran le chercheur et historien Fouad Soufi au cours d’une conférence sur la préservation des fonds archivistiques. Le conférencier, chercheur au Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle d’Oran (CRASC), a mis en exergue, dans sa communication intitulée «Nouvelles archives, nouvelle histoire», la nécessité de se doter des meilleurs outils pour la préservation et la conservation des archives nationales «menacées par le risque de détérioration». «La loi sur les archives en Algérie existe. Elle demeure encore d’actualité, mais elle ne peut être efficace si on ne la dote pas de textes d’application et d’outils pratiques afin de pouvoir conserver et d’exploiter judicieusement ces fonds d’archives», a-t-il indiqué, lors de cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre des séries d’activités scientifiques de la division socio-anthropologie de l’histoire et de la mémoire du CRASC.
Le conférencier, un expert dans le domaine des archives, a estimé que la situation dans laquelle se trouvent les archives nationales est due à la sous-exploitation de ces fonds par les utilisateurs, les historiens et les chercheurs en sciences humaines en l’occurrence. Cet état de fait «est lié à l’absence de visibilité sur les modalités de l’accès aux archives», a-t-il précisé. Fouad Soufi a soulevé également plusieurs sujets ayant trait à diverses utilisations des fonds d’archives nationales en Algérie, notamment en termes d’authenticité, de fiabilité, d’intégrité et d’accessibilité.
     Le conférencier a mis en avant l’importance d’accorder un regard sur l’avenir de la gestion et du développement du fonds archivistique, tout en appelant les chercheurs spécialistes en la matière à travailler sur d’importants fonds d’archives produits par des événements nationaux phares, tels que le mouvement populaire «Hirak» enclenché le 22 février dernier.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions