lundi 22 juillet 2019 13:57:42

Fermeture de mosquées en France : L’ADM dénonce un manque de discernement

L’association Action droits des musulmans (ADM) a dénoncé dans un rapport la fermeture, depuis fin 2017, de sept mosquées en France qu'elle considère comme une «punition collective».

PUBLIE LE : 16-06-2019 | 0:00
D.R

L’association Action droits des musulmans (ADM) a dénoncé dans un rapport la fermeture, depuis fin 2017, de sept mosquées en France qu'elle considère comme une «punition collective». Ces décisions administratives de fermeture, rappelle-t-on, sont intervenues dans le cadre de la loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme, promulguée le 30 octobre 2017. Elle institue des mesures de prévention contre le terrorisme, comme les périmètres de protection, les assignations individuelles à un périmètre géographique, ou des perquisitions. A cet effet, le rapport de l'ADM dénonce des procédures «opaques et injustes» qui font l’amalgame entre les terroristes et l’ensemble des musulmans. L’association dénonce également la discrimination et la stigmatisation induites par les fermetures administratives de mosquées au nom de la lutte contre le terrorisme, notant que dans le cadre de cette loi, seules des mosquées ont été fermées. «Les différents plans de prévention sont orientés spécifiquement vers les musulmans pratiquants. ADM ne cesse de dénoncer ce traitement discriminatoire, comme le confirme le bilan de prévention de la radicalisation qui recense 4 écoles musulmanes et 7 lieux de culte fermés et des commerces musulmans, ainsi que l’expulsion de 300 étrangers», précise le rapport, soulignant que ce traitement «spécifique» en raison de l’appartenance religieuse «démontre la discrimination à l’égard des musulmans dans la lutte contre le terrorisme (état d’urgence permanent)». Pour cette association, l’amalgame alimente les discours racistes antimusulmans, en raison d’un «manque de discernement et de vision politique à moyen terme», déplorant des «erreurs d’analyse» sur l’extrémisme violent avec la concentration des ressources des renseignements sur les musulmans pratiquants, «alors qu’ils n’ont rien à voir avec le terrorisme». Elle a estimé qu'il est «impératif» de revoir la politique de prévention de la radicalisation, de lutter contre toutes les formes d’extrémisme violent, de cesser de confondre islam et terrorisme et d’amalgamer musulmans et terroristes.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions