lundi 09 dcembre 2019 18:23:23

Sahara Occidental : Le PCF appelle le Maroc a cesser la répression et les crimes

Solidarité avec le peuple sahraoui

PUBLIE LE : 16-06-2019 | 0:00
D.R

Le Parti communiste français (PCF) a demandé au Maroc de cesser la répression et les crimes de la colonisation au Sahara occidental, dénonçant complicité de la France et de l’Union européenne. «Le Parti communiste français dénonce la politique criminelle du régime marocain, la complicité de la France et de l’Union européenne au Sahara occidental, l’extension des accords UE/Maroc et les obstacles réitérés à l’organisation d’un référendum d’autodétermination», a indiqué un communiqué publié sur son site, appelant les démocrates à «amplifier la solidarité avec les Sahraouis et le Front Polisario». Pour ce parti français, la colonisation du Sahara occidental et la répression «terrible», dont font l’objet les Sahraouis, «constituent des crimes», estimant que tous les Etats, notamment la France et les pays de l’Union européenne, «qui s’en rendent complices participent au crime de l’occupation, de la violation des droits humains, de la légalité internationale et au pillage des ressources naturelles».
Il a rappelé que l’intransigeance du Maroc ainsi que les entraves de la France au Conseil de sécurité de l’ONU «ont ruiné les espoirs de la mission de paix de l’ONU conduite par Horst Köhler», qui a été contraint à rendre le tablier en tant qu’Envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara occidental, ajoutant que «Paris s’était déjà opposé à une extension des prérogatives de la Minurso sur les droits humains dans les territoires occupés». Le PCF a indiqué que ces dernières semaines, des enlèvements suivis d’assassinats se sont produits au Sahara occidental occupé, tandis que les agressions de la police contre les femmes sahraouies prennent une «ampleur inégalée». «Des parodies de justice sont organisées, condamnant des démocrates à de lourdes peines de prison, après avoir subi d’innombrables tortures», a-t-il précisé, faisant observer par ailleurs que le Parlement européen, «en violation de sa propre juridiction», a adopté une extension des accords commerciaux UE/Maroc au Sahara occidental en contournant le consentement du peuple sahraoui et de son représentant le Front Polisario. «Alors que le Maghreb est devenu une zone de tensions, où les équilibres sont partout bousculés, alors que les ingérences étrangères font peser de lourdes menaces, le peuple sahraoui et le Front Polisario respectent le droit, le cessez-le-feu et agissent dans les territoires libérés pour promouvoir une société égalitaire et démocratique», a expliqué le PCF, se demandant combien de temps encore la France et l’Union européenne continueront-elles à soutenir le régime du Makhzen qui bafoue les droits humains.

Solidarité avec le peuple sahraoui

Les participants à une conférence organisée récemment à Abuja (Nigeria), par le Mouvement nigérian pour la libération du Sahara occidental, ont affirmé leur «solidarité de principe» avec la lutte du peuple sahraoui, dénonçant les pratiques du colonisateur marocain et l'irresponsabilité de l'Espagne dans la décolonisation de son ancienne colonie. La conférence, organisée jeudi dernier, a mis en avant «la solidarité de principe avec la lutte du peuple sahraoui et son refus catégorique des pratiques coloniales de l'occupation marocaine dans le Sahara occidental, tout en dénonçant le rôle +décevant+ de l'Espagne qui n'assume toujours pas sa responsabilité dans le processus de décolonisation de son ancienne colonie, précise l'Agence de presse sahraouie (SPS). Les intervenants ont mis l'accent sur la nécessité pour les peuples d'Afrique et du monde d'agir afin de mettre terme à cette injustice dont pâtit le peuple sahraoui, aux violations graves des droits de l'homme commis par l'occupant marocain et au pillage des ressources naturelles sahraouies, «avec la complicité honteuse de parties connues de l'Union européenne». Les participants à la conférence, dont les travaux ont été présidés par l'ancien ministre nigérian des Affaires étrangères, Ibrahim Gambari, ont plaidé pour l'intervention de l'Union africaine, en général, et du Nigeria, en particulier, «afin d'amener le Maroc à respecter et à appliquer l'Acte constitutif de l'UA et d'exercer toutes les pressions nécessaires sur ce pays pour qu'il se retire des territoires occupés du Sahara occidental».
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions