dimanche 13 octobre 2019 23:53:57

Exportations : Tirer profit des opportunités en Afrique

«Le lancement de la ZLECAF est prévu le 7 juillet, à l’occasion du 12e sommet extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement africains à Niamey (Niger), mais son entrée en vigueur aura lieu en juillet 2020», a indiqué le ministre du Commerce, Saïd Djellab.

PUBLIE LE : 14-06-2019 | 23:00
Ph. Y. Cheurfi

«Le lancement de la ZLECAF est prévu le 7 juillet, à l’occasion du 12e sommet extraordinaire des chefs d’État et de gouvernement africains à Niamey (Niger), mais son entrée en vigueur aura lieu en juillet 2020», a indiqué le ministre du Commerce, Saïd Djellab. 

Intervenant à l’occasion de la cérémonie de remise d’Export Trophy 2018, organisée jeudi soir par le World Trade Center Algiers (WTCA), le ministre a souligné que «cette zone de libre échange constitue une très bonne opportunité aux opérateurs économiques algériens pour placer leurs produits et services sur le continent en franchise de droit de douane, développer les régions et zones frontalières algériennes et accélérer l’accès aux nouveaux marchés du continent, notamment ceux d’Afrique de l’Ouest. Il a appelé à cet effet l’ensemble des entreprises algériennes à tirer profit de la ZLECAF afin de renforcer la position des produits locaux sur les marchés d’Afrique. Selon lui, la ZLECAF prévoit plusieurs instruments juridiques et techniques pour le développement des échanges commerciaux intra-africains : le démantèlement sur 5 ans de 90% des lignes tarifaires, l’élimination des barrières non tarifaires au commerce, l’instauration de mesures de sauvegarde et de défense commerciale ainsi que la mise en place d’un mécanisme de règlement des différends. A ce propos M. Djellab a fait savoir qu’une série de réunions de concertation avec les associations professionnelles et les représentants des filières ont été programmées pour les semaines à venir afin de préparer l’offre algérienne en matière d’accès au marché des marchandises. 
 
Construire une démarche participative et inclusive 
 
Ces réunions, précise-t-il, «visent principalement à construire une démarche participative et inclusive», soulignant la nécessité d’accorder une « attention particulière» aux besoins des consommateurs africains en produits agro-industriels, domestiques, alimentaires avec l’accroissement du pouvoir d’achat sur le continent.
 Sur ce point, le ministre a rappelé l’importance du marché africain dont le nombre d’habitants dépasse actuellement 1,2 milliard, 250 millions d’entre eux disposeront d’un revenu de 500 dollars par mois, au moins, d’ici 2020. Mettant l’accent sur la nouvelle stratégie nationale des exportations, il a indiqué qu’elle s’étale à moyen terme, dans une première étape, sur la détermination des aspects suivants : l’élaboration d’une feuille de route pour le développement des exportations qui détermine les bases et les grands axes de cette stratégie, la sélection de quatre secteurs comme modèle comportant des capacités suffisantes pour l’export et la sélection de quatre missions horizontales d’appui au commerce dans tous les secteurs. 
Mettant à profit cette occasion, le ministre à réitéré l’importance accordée par les pouvoirs publics au développement et à la diversification des exportations hors hydrocarbures. Il dira dans ce sens que la démarche adoptée par le gouvernement dans ce domaine vise la concrétisation de trois objectifs, à savoir, l’amélioration du cadre juridique et réglementaire régissant tous les aspects de l’export et la mise en place de facilités pour la promotion des exportations, la promotion et le développement des activités de soutien au profit des opérateurs nationaux pour leur permettre de répondre aux défis de la concurrence internationale. Elle vise aussi le renforcement du cadre institutionnel pour le suivi et l’encouragement des exportations, notamment à travers l’amélioration des instruments d’appui au profit des entreprises exportatrices. De son côté, le directeur général du WTCA, Ahmed Tibaoui, a exprimé sa pleine satisfaction quant à la tenue de cette 16e édition, indiquant que depuis la première édition d’Export Trophy en 2003, 162 entreprises ont été nominées et 75 lauréates ont été mises à l’honneur sur les 500 exportateurs qui ont pu se placer sur les marchés internationaux durant les deux dernières décennies. Il a souligné que la diversification de l’économie constitue dans le contexte actuel une nécessité pour satisfaire la demande locale et celle des marchés africains. Il a ajouté que «les investissements réalisés par l’Etat, notamment en matière de développement des infrastructures, ont facilité davantage l’émergence des investissements et permis l’augmentation de la croissance». 
Et de poursuivre : «Aujourd’hui, nous sommes convaincus qu’à travers les efforts de tous, on va faire face aux différents défis et construire une économie solide et forte et développer en conséquence nos exportations, en particulier vers l’Afrique.» S’agissant des objectif de ce Trophy, il a indiqué qu’ils consistent, entre autres, au développement du commerce extérieur, à la dynamisation de l’esprit d’initiative à l’export et la promotion des entreprises algériennes de toutes tailles qui développent une démarche réfléchie en matière d’exportation.
 
Le trophée du meilleur exportateur algérien 2018 attribué à Condor
 
Le trophée de la meilleure entreprise algérienne exportatrice hors hydrocarbures pour l’année dernière «Export Trophy 2018» a été décerné à la société privée Condor Electronics, spécialisée dans la fabrication des équipements électroniques et électroménagers. S’exprimant à cette occasion, le représentant de Condor Electronics Adel Hadji a indiqué que celle-ci exporte depuis 2016 ses produits électroniques et électroménagers vers 16 pays d’Afrique, l’Asie et l’Europe». Il a jouté que le chiffre d’affaires de l’entreprise en 2018 a atteint plus de 30 millions de dollars, soulignant l’ambition de Condor Electronics d’étendre ses opérations d’exportation à 35 pays d’ici fin 2020. Les jurys d’Export Trophy ont également décerné deux prix d’encouragement. Le premier a été attribué à Sider El Hadjar, qui opère dans les industries métallurgiques et sidérurgiques. Cette société publique, filiale d’Imetal, ambitionne de réaliser un chiffre d’affaires à l’export de plus de 200 millions de dollars en 2020, grâce notamment au lancement de sa deuxième phase d’investissement suite à la décision du gouvernement en 2018 d’apporter un soutien financier supplémentaire. Quant au deuxième prix d’encouragement, il a été attribué à la Société de distribution des matériaux de construction (Sodismac), filiale du groupe public GICA. 
S’agissant du «trophée de primo exportateur», celui-ci a été remporté par Tabet Aoul Sidi Mohamed, une société de fabrication de polyptère et de fibres synthétiques issues de recyclage de bouteilles plastiques. 
Le prix spécial du jury a été attribué à la société Général Emballage, spécialisée dans l’industrie du carton ondulé et qui a réalisé ses premières exportations en 2002. El Sewedy Câbles Algeria, spécialisée dans les métiers de l’électricité, a reçu de son coté la «mention spéciale du jury pour les efforts accomplis».
Makhlouf Ait Ziane
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions