lundi 17 juin 2019 14:52:45

Diplomatie : Dix ambassadeurs remettent leurs lettres de créance au chef de l’état

Le chef de l'État, Abdelkader Bensalah, a reçu, hier, au siège de la présidence de la République, les ambassadeurs de dix pays qui lui ont remis leurs lettres de créance.

PUBLIE LE : 13-06-2019 | 0:00
D.R

Le chef de l'État, Abdelkader Bensalah, a reçu, hier, au siège de la présidence  de la République, les ambassadeurs de dix pays qui lui ont remis  leurs lettres de créance.

Il s'agit des ambassadeurs de Grèce, Mme Nike Ekaterini Koutrakou, du   Ghana, M. Nana Kwesi Arhin, de Bahreïn,   M. Fouad Sadek Mohamed Al-Baharna, de la Gambie, M. Habib Tamasa Baba Jarra, du Mexique, M. Gabriel Rosenzweig Pichardo, de la République de Corée, M. Lee Eun-Yong, du Mozambique, M. Carvaliio Muaria, d'Ethiopie, M. Amin Abdelkader Berkat, de Norvège, M. Knut Langeland et de la Suisse, M. Lukas Rosenkranz. 
L'ambassadeur de Suisse a affirmé, à cette occasion, la volonté du gouvernement de son pays à "poursuivre" et à "intensifier les bonnes relations que la Suisse entretient historiquement avec l'Algérie", soutenant que "la Suisse apprécie fortement les efforts de l'Algérie pour la résolution pacifique des conflits et pour la préservation de la   stabilité régionale".
"La Suisse, comme nos voisins européens, partage avec les pays du Sud de la Méditerranée un destin commun",  a-t-il déclaré à la presse à l'issue de l'audience, soulignant la coopération étroite existante pour "gérer des défis communs comme la sécurité dans la région, la promotion de l'économie, la thématique migratoire ou encore le changement climatique".   L'ambassadeur de la Norvège à Alger a exprimé, de son côté, le souhait de son pays de "renforcer" et d' "élargir" les liens de coopération avec   l'Algérie, rappelant que la Norvège a, depuis 2007, une présence diplomatique à Alger et que les deux pays échangent régulièrement des visites.  M. Langeland a souligné, à l'occasion, que les deux pays ont établi des partenariats dans divers domaines, comme l'énergie, la communication, l'industrie ou encore le secteur maritime, soutenant que plusieurs compagnies norvégiennes souhaitent s'engager en Algérie. Sur le plan politique, l'ambassadeur de la Norvège a relevé une   convergence de vues entre les deux pays sur plusieurs questions politiques. 
L'ambassadeur d'Ethiopie a affirmé, pour sa part, sa détermination à   "œuvrer pour le renforcement des relations entre les deux pays dans tous   les domaines", assurant qu'il s'est attelé, dès son arrivée à Alger, à   "consolider les relations bilatérales entre les deux peuples frères". 
L'ambassadeur du Mozambique a exprimé, quant à lui, la gratitude de son pays pour "toute l'aide apportée par l'Algérie aux Mozambicains dans le domaine de la formation", précisant que plus de 300 étudiants mozambicains suivent des formations dans des universités algériennes.  M. Muaria a affirmé, dans ce contexte, que le Mozambique souhaite élargir la coopération entre les deux pays aux domaines économiques, citant notamment le secteur gazier.
L'ambassadeur de la République de Corée a réitéré, pour sa part, la disponibilité de son pays à accompagner l'Algérie "ce grand pays frère" dans sa stratégie de développement global, soulignant que les relations entre les deux pays se sont renforcées davantage depuis la signature, en 2006, de l'accord de partenariat stratégique.  "La visite du Premier ministre sud-coréen en décembre 2018 a été l'occasion de réaffirmer la volonté de la Corée de renforcer davantage les relations entre les deux pays et œuvrer à concrétiser les projets communs", a-t-il indiqué. M. Eun-Yong a salué, à l'occasion, le caractère "pacifique et démocratique" de la révolution algérienne, se disant "convaincu" que "cette étape importante de l'histoire" du peuple algérien le mènera vers "un avenir prospère".
Soulignant l'excellence des relations bilatérales avec l'Algérie, l'ambassadeur du Mexique a affirmé que "les gouvernements algérien et mexicain entretiennent un dialogue et une collaboration fluides", rappelant que "les deux pays sont liés par une amitié solide et profonde qui remonte à l'époque de la guerre d'indépendance de l'Algérie".
 "Au cours de ces deux dernières années, les échanges entre les deux pays   se sont intensifiés dans différents domaines", a-t-il ajouté, relevant l'existence d' "un grand potentiel" pour les renforcer, notamment dans les   domaines économiques. 
L'ambassadeur de Gambie a exprimé, de son côté, la   disponibilité des autorités de son pays à coopérer avec l'Algérie sur le plan économique et pour le développement des deux pays.  Il a assuré, à cet égard, avoir évoqué avec M. Bensalah la situation dans la région et dans la sous-région et discuté avec lui des questions d'intérêt commun dans divers domaines, tels que l'économie, la santé, l'éducation et les nouvelles technologies. 
L'ambassadeur du Ghana s'est dit, pour sa part, "convaincu" que les relations algéro-ghanéennes peuvent être "renforcées davantage", soulignant la nécessité d'établir un programme de travail pour "hisser ces relations à un niveau important", notamment sur le plan économique. 
"Il est de notre devoir de faire en sorte que ces relations soient renforcées et pérennes dans l'intérêt des deux peuples", a-t-il encore ajouté, estimant que le renforcement de ces relations est "la seule voie de   développement pour tout le continent africain".
 L'ambassadeur de la Grèce a exprimé également le souhait de son pays de renforcer la coopération avec l'Algérie et de l'élargir à d'autres domaines, notamment dans les secteurs du tourisme, de l'agriculture et des   nouvelles technologies. 
L'ambassadeur de Bahreïn a affirmé, quant à lui, sa détermination à œuvrer pour le développement des relations bilatérales  et de les hisser à un niveau supérieur au bénéfice des deux peuples frères.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions