lundi 17 juin 2019 14:56:37

Lutte contre la corruption : La justice rien que la justice

Ahmed Ouyahia placé en détention provisoire

PUBLIE LE : 13-06-2019 | 0:00
D.R

Le fait est plutôt rare, pour ne pas dire unique dans les annales de la justice. Ahmed Ouyahia, ex- Premier ministre, démis en mars dernier de ses fonctions, a été placé, hier, en détention provisoire à la prison d’El-Harrach sur décision du juge d’instruction de la Cour suprême qui l’a auditionné dans le cadre du traitement par cette haute juridiction de plusieurs affaires de corruption.

Ouyahia s’est présenté à la Cour suprême en début d’après-midi de ce mercredi 12 juin, une date que les Algériens garderont longtemps en mémoire, vu qu’elle incarne la chute d’un commis de l’Etat à la longue carrière qui l’a vu accéder à différents postes au sein des institutions de la République. A l’issue de son audition par le magistrat instructeur, qui a duré un peu plus de 3 heures, la décision tombe comme un couperet : Ouyahia transféré à la prison d’El-Harrach sous les yeux de plusieurs dizaines de représentants de médias et de citoyens agglutinés, dès les premières heures de la matinée d’hier devant le siège de la Cour suprême. L’ex-Premier ministre fait l’objet d’une série de griefs tous sévèrement punis par la loi, de même que l’ancien ministre des Travaux publics et des Transports Abdelghani Zaalane, dont la comparution, hier, devant le juge d’instruction de la Cour suprême, après celle d’Ouyahia a débouché sur une décision de contrôle judiciaire. Au total, ce sont 12 ex-hauts responsables de l’Etat dont les dossiers traitent de faits de corruption parmi lesquels figurent Abdelmalek Sellal ayant, lui aussi, occupé les fonctions de Premier ministre, d’ex-ministres ainsi que l’ex-wali d’Alger, Abdelkader Zoukh. Ils sont tous poursuivis dans le cadre «d’enquêtes préliminaires de la gendarmerie concernant des faits à caractère pénal», plus précisément «des faits relatifs à la conclusion de marchés publics et de contrats contraires à la réglementation et aux lois en vigueur» et qui sont punis par la loi. Des enquêtes qui ont révélé de graves dépassements en matière de gestion des affaires publiques et une série d’irrégularités. Il est question en effet de blanchiment d’argent, transfert de biens obtenus par des faits de corruption à l’effet d’en dissimuler la source illicite dans le cadre d’un groupe criminel, incitation d’agents publics à exploiter leur influence effective et supposée dans le but de bénéficier d’indus privilèges, bénéfice du pouvoir et de l’influence des agents de l’Etat, des collectivités locales, des entreprises et institutions publiques de droit public et des entreprises économiques publiques ou des établissements à caractère industriel et commercial (EPIC) durant l’établissement de contrats et marchés à l’effet d’augmenter les prix et de modifier, en leur faveur, la qualité des matières, services et approvisionnement. Selon des sources concordantes, la mise en détention préventive d’Ahmed Ouyahia aurait été décidée sur la base de son incrimination dans le cadre du dossier de l’homme d’affaires Ali Haddad actuellement en instruction au tribunal de Sidi M’hamed d’Alger. C’est donc une seule affaire parmi celles impliquant Ahmed Ouyahia et les autres ex-hauts responsables et qui sont en rapport avec les dossiers de Tahkout Mahieddine et des frères Kouninef, toujours en instruction au niveau du même tribunal. Par ailleurs, il est attendu aujourd’hui de voir l’ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal, ainsi que d’autres anciens ministres comparaître devant le magistrat instructeur de la Cour suprême. Cette haute institution de justice a, pour rappel, un nouveau premier président nommé par le chef de l’Etat en la personne de Abderrachid Tobi. Par la même occasion, le chef de l’Etat avait aussi procédé à d’autres nominations dans des postes clés du ministère de la Justice et au niveau de la Cour d’Alger où il a désigné le magistrat Djamel Gasmia au poste de président. Des nominations qui obéissent à la logique d’un traitement ferme des dossiers de lutte contre la corruption.
Karim Aoudia

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions