mercredi 19 juin 2019 03:02:43

Industrie : L’investissement utile

Urgente ? C’est un long processus. Inévitable est l’industrie 4.0. Une affirmation qui charrie son lot d’interrogations : sommes-nous très en retard ?

PUBLIE LE : 13-06-2019 | 0:00
D.R

Urgente ? C’est un long processus. Inévitable est l’industrie 4.0. Une affirmation qui charrie son lot d’interrogations : sommes-nous très en retard ? Disposent-on des moyens humains et financiers pour espérer un meilleur atterrissage sur ce «tarmac» technologique non exempt de risques ? À ce sujet, Farouk Benabdoun, CEO Siemens Algérie, souligne que cette industrie connectée «n’est pas un rêve de scientifique, mais un investissement économique très rentable qui pourrait être l’avenir de l’Algérie». Avec force arguments, il relève, sentencieux, que la réussite de la diversification de l’économie algérienne est fortement tributaire de la part accordée au développement de l’industrie et à la modernisation de l’outil de production. Optimiste, M. Benabdoun précise que les entreprises algériennes «ont les moyens et doivent avoir l’ambition de s’engager sur cette voie. Il faudrait le faire maintenant». Pour le CEO Siemens Algérie «au-delà de l’aspect technologique, on pourrait se demander quel est l’intérêt des entreprises à adopter l’industrie 4.0, dans les sites de production». Réponse : les entreprises peuvent gagner sur plusieurs plans, explique-t-il, «en augmentant la productivité, en réduisant les coûts de fabrication, en optimisant la gestion des stocks, avec une adaptation des niveaux en temps réels, et même des commandes automatiques et en améliorant les conditions de travail dans les usines et en renforçant l’autonomie des équipes».
Toutefois, les défis auxquels font face les entreprises avec l’arrivée de l’industrie 4.0 sont nombreux. Il est question, d’abord, des nouvelles compétences requises avec un enjeu majeur et multiple pour l’entreprise : former les employés, recruter de nouvelles ressources, trouver l’approche la plus adéquate pour que l’entreprise réussisse à reconfigurer la chaîne de valeur et qu’elle préserve ou construise ses avantages concurrentiels. L’autre défi a trait à la sécurité des données. La venue d’une multitude d’objets connectés, souvent délocalisés et accessibles via Internet, impose maintenant la gestion de la cyber sécurité. Il s’agit également des besoins en investissements pour intégrer de nouvelles technologies numériques. Ainsi, l’élaboration d’une stratégie « industrie 4.0 » et d’un plan numérique est un incontournable. Le plan numérique doit être enchâssé dans la planification stratégique de l’organisation.
Passer à l’industrie 4.0, c’est se donner l’infrastructure et les moyens pour innover, être compétitif, saisir les occasions d’affaires et prospérer. Cette industrie dite également intelligente promet de réinventer l'ensemble des processus de l'entreprise grâce à la transformation digitale. Dans ce contexte, la maîtrise des risques industriels évolue et devient plus simple, plus fiable et prédictive. Notons également que l’industrie 4.0 fait suite à la 3e révolution industrielle marquée par l’apparition de la production automatisée dans les années 70, la 2e révolution à la fin du 19e siècle correspondant à la production de masse et enfin, la première révolution industrielle marquée par la production mécanique au milieu du même siècle.
    Fouad Irnatene
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions