lundi 17 juin 2019 15:02:30

Développement durable : Pérenniser les ressources naturelles

« L’Algérie dispose de ressources humaines et naturelles qui la qualifient à faire partie des pays agricoles au niveau mondial. »

PUBLIE LE : 12-06-2019 | 0:00
D.R

La réalisation du développement durable dans le secteur de l’agriculture, l’amélioration des chaînes de valeur agricoles et la pérennité des ressources naturelles sont autant de points qui figurent parmi les priorités d’un programme conjoint signé entre l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Algérie. Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, M. Cherif Omari, qui a supervisé, à Alger, les travaux de signature du deuxième cadre de programmation par pays entre l’Algérie et la FAO — définissant les domaines de coopération entre les deux parties de 2019 à 2022 — a souligné que ce programme vise à «aider les ressources humaines nationales veillant à son exécution, la valorisation des efforts des agriculteurs, des pêcheurs et des commerçants dans le cadre des engagements internationaux en vue de consolider la sécurité alimentaire et résorber la pauvreté». Il fera remarquer dans ce sillage qu’un intérêt particulier est accordé aux régions vulnérables, et ce, eu égard aux changements   climatiques. Le ministre, qui s’exprimait à l’issue des travaux de signature, s’est également félicité du rôle de l’Algérie et de ses engagements à réaliser le développement durable de l’agriculture respectueuse de l’environnement à travers la réalisation des Objectifs de Développement du Millénaire (ODM) 2030. Il évoquera dans ce cadre «la consolidation de la coopération continue en vue de soutenir le potentiel professionnel, technique et scientifique pour une meilleure exploitation des richesses, des terres et des forêts ainsi que la préservation de l’écosystème». Poursuivant ses propos, M. Omari fera rappeler l’initiative de l’Algérie «pionnière» dans la lutte contre la désertification, à travers «le projet du barrage vert, le renforcement et la valorisation des voies de modernisation des moyens et systèmes de production, outre l’exploitation rationnelle des richesses nationales», a-t-il mis en exergue. Le ministre de l’Agriculture s’est exprimé par ailleurs à propos du rôle fondamental de la FAO dans «le renforcement de la sécurité alimentaire à travers l’accompagnement scientifique et technique du développement de l’agroalimentaire en Algérie, d’autant que le secteur possède un tissu industriel solide susceptible de préserver la sécurité alimentaire et le développement des capacités productives et de la qualité, mettant en valeur  le rôle de cette organisation dans la promotion des exportations algériennes hors hydrocarbures». 

« L’Algérie dispose de ressources humaines et naturelles qui la qualifient à faire partie des pays agricoles au niveau mondial. »

Pour sa part, le représentant de la FAO en Algérie, M. Nabil Assaf, a relevé toute l’importance de la sécurité alimentaire et la «souveraineté alimentaire» des pays menacés par les guerres et la pollution, ayant entraîné le gaspillage des ressources énergétiques et des ressources en eaux. 
Aussi et après avoir fait part de l’existence d’une coopération «stratégique» entre l’Algérie et la FAO qui la soutient dans son processus de développement afin de réaliser la sécurité alimentaire, M. Assaf a déclaré que «l’Algérie dispose de ressources humaines et naturelles qui la qualifient à faire partie des pays agricoles au niveau mondial». Il convient de signaler, ici, que le cadre de la programmation par pays 2019-2022 vient, en fait, «sanctionner une   série de consultations et de négociations entre le gouvernement algérien et la FAO», comme indiqué par M. Assaf. L’on saura également que parmi les missions du cadre de la programmation par pays figure «la participation dans l’appui des programmes et des stratégies nationales à travers la présentation des meilleures pratiques innovantes au monde».
  Il est bon de savoir dans ce même contexte que «le cadre de la programmation par pays reflète l’ensemble des projets et des activités   choisis par les ministères concernés et la FAO lors des différentes rencontres, en fonction des plans et des priorités sectoriels, et ce, en prenant en considération les missions de la FAO et ses objectifs stratégiques», comme il en ressort d’ailleurs des explications fournies par le représentant de la FAO en Algérie.
Soraya Guemmouri

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions