lundi 17 juin 2019 14:57:50

Plan directeur de résilience urbaine de la capitale : Parer aux catastrophes naturelles

Alger, à l’instar de nombreuses villes du pays, est sérieusement exposée à de nombreuses catastrophes (séismes, inondations, glissements de terrain… ).

PUBLIE LE : 12-06-2019 | 0:00
Ph. Y. Cheurfi

Alger, à l’instar de nombreuses villes du pays, est sérieusement exposée  à de nombreuses catastrophes (séismes, inondations, glissements de terrain… ). L’importance de sa population, la vétusté de grandes parties de son tissu urbain,  sa topographie tourmentée, l’étroitesse de la plupart des voies de circulation,  la présence d’industries dangereuses, mais également son rôle de capitale  aggravent sa vulnérabilité.

Des scénarios avancent des pertes de plusieurs dizaines de milliers de morts en cas de séisme similaire à celui du 21 mai 2003 et serait à l’origine de la dévastation d’un important parc immobilier, des services vitaux (hôpitaux, eaux, électricité, etc.) et, par voie de conséquence des coûts très élevés qui dépasseraient plusieurs dizaines de milliards de dollars. La gravité des dommages sera amplifiée par le fait qu’Alger, en tant que capitale et centre de décision, sera précisément affectée dans sa capacité à assurer (même si ce n’est que de façon temporaire) les fonctions permettant la continuité des activités de l’Etat. Conscients de cette situation, les pouvoirs publics ont pris les mesures nécessaires en mettant en œuvre un plan de réduction des risques de catastrophes visant à développer la résilience d’Alger, c’est-à-dire sa capacité à réduire l’impact d’une catastrophe, à la fois sur les vies humaines et sur les biens, mais aussi sa capacité à se rétablir rapidement tout en continuant à assurer les fonctions vitales de commandement et de coordination.
Ainsi, pour atteindre cet objectif, «la wilaya d’Alger a procédé à l’élaboration et à la mise en œuvre d’un Plan directeur de résilience urbaine (PDRU), outil performant mis en œuvre dans plusieurs grandes mégapoles mondiales», a indiqué hier le directeur de ce projet Mohamed Smaïl. S’exprimant à l’occasion d’une rencontre avec la presse nationale, Mohamed Smaïl, qui est également wali délégué de la circonscription de Chéraga, a expliqué que la réalisation de ce plan permettra, tout en ayant les premiers résultats à court et moyen termes, d’assurer la résilience d’Alger à long terme. Le même responsable explique que ledit plan est encore au stade d’étude, sous la loupe d’experts locaux et étrangers. Il s’agit, en fait, «d’un programme interdisciplinaire et ministériel conçu pour aider les autorités de zones urbaines complexes, telles que la wilaya d’Alger à Réduire les risques de catastrophe (RRC)», a-t-il fait savoir. Pour le mettre au point, la ville d’Alger va se faire assister par Earthquakes and Megacities Initiative (EMI), un organisme scientifique qui a mis au point cette procédure et qui a réalisé des travaux similaires dans plusieurs mégapoles internationales (Istanbul en Turquie, Dakka au Bangladesh, Mumbai en Inde, Quezon City et Pasig City aux Philippines et Amman en Jordanie). En vue d’assurer la pérennité du projet lancé en 2018, les spécialistes algériens d’EMI travailleront en étroite collaboration avec les experts algériens des différentes institutions nationales. Basé sur une approche participative qui mobilise, aux côtés des autorités de la wilaya, les responsables, les services de sécurité, les élus, les représentants des institutions techniques et scientifiques, la société civile, le secteur privé, les universitaires, les médias, et autres acteurs concernés. Ainsi, le PDRU sera le résultat d’une collaboration entre les compétences nationales et les experts internationaux mondialement reconnus dans leurs domaines respectifs. Les médias sont également conviés à accompagner les autorités dans cette démarche. «Nous voulons que les médias nous accompagnent. Ils assument leur devoir d’informer tout en veillant à assurer la sécurité des citoyens», a souligné M. Smaïl.
«Le PDRU fournira à la wilaya d’Alger une vision commune d’une ville résiliente, une feuille de route réaliste pour la prise des décisions et la conduite des actions à moyen et long termes visant à réduire les risques ainsi que des mécanismes de programmation budgétaires des projets de réduction de risques». «Il offrira également la possibilité aux citoyens, aux communautés et aux institutions, de participer à l’amélioration de la sécurité de la capitale lors de la survenue de toute catastrophe ou aléa naturel». Enfin, il est à rappeler que le PDRU a été approuvé par le gouvernement le 19 février 2018, à la suite d’une période de discussions qui a débuté en 2016. Sa mise en œuvre a été assignée à la wilaya d’Alger qui est parvenue à un accord de partenariat avec EMI pour la réalisation du PDRU. Outre la wilaya d’Alger, le PDRU implique plusieurs parties prenantes incluant des institutions, des entités gouvernementales locales, le secteur privé, l’université et les organisations civiles. La mise en œuvre du PDRU par la wilaya d’Alger en partenariat avec EMI sera entreprise par des experts nationaux et des experts algériens issus de la diaspora.
Salima Ettouahria
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions