lundi 17 juin 2019 14:55:13

Pétrole : Le Brent à plus de 63 dollars

L’Opep prendra une décision concertée sur la production

PUBLIE LE : 11-06-2019 | 0:00
D.R

Les prix du pétrole montaient légèrement hier en cours d’échanges européens, alors que les ministres de l’Énergie de la Russie et de l’Arabie saoudite se retrouvaient à Moscou pour aborder l’avenir de l’accord de l’Opep. Dans la matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 63,41 dollars à Londres, en hausse de 12 cents par rapport à la clôture de vendredi.

A New York, le baril américain de WTI pour le contrat de juillet gagnait 30 cents à 54,29 dollars. Malgré un rebond en fin de semaine dernière, les prix du pétrole restent en très forte baisse par rapport aux sommets atteints fin avril, les investisseurs s’inquiétant d’un affaiblissement de la croissance mondiale et d’une hausse des stocks américains, deux indicateurs d’une demande faible.
Dans ce contexte, et alors que le premier producteur mondial, les Etats-Unis, pompe à un niveau record, l’accord de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avec d’autres pays pétroliers prend une importance particulière. Alors que les prix du pétrole poursuivaient leur chute la semaine dernière, les ministres de l’Energie de ces pays producteurs ont tenté de rassurer le marché, «avec, comme d’habitude, le ministre saoudien Khaled al-Faleh en première ligne», a commenté un analyste.
Hier, M. al-Faleh a rencontré son homologue russe, Alexandre Novak, pour débattre de la nécessité de poursuivre l’accord de baisse de la production au-delà des six premiers mois de l’année. Les producteurs russes sont plus nerveux que ceux du Moyen-Orient à l’idée de limiter volontairement leurs extractions, au risque de perdre des parts de marché au profit des Etats-Unis. «Il existe actuellement de grands risques de surproduction», a cependant constaté M. Novak après la rencontre.
«Nous devons tout analyser pour prendre une décision équilibrée en juillet», a-t-il ajouté. La prochaine réunion de l’OPEP+ est officiellement toujours prévue pour la fin du mois de juin, mais la Russie a demandé à ce qu’elle soit reportée.

L’Opep prendra une décision concertée sur la production

Les pays signataires d’un accord d’encadrement de la production pétrolière en vigueur depuis le début de l’année parviendront à une décision concertée sur l’avenir de ce pacte lorsqu’il arrivera à expiration fin juin, a déclaré le vice-ministre de l’Energie russe, Pavel Sorokine.
 Quoi qu’il arrive, la coopération se poursuivra entre les membres du pacte, signé par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés extérieurs, dont la Russie, regroupés sous le vocable Opep+, a dit Pavel Sorokine à une agence de presse étrangère.
La décision sur l’avenir de l’accord dépendra de l’état du marché pétrolier et de son éventuel équilibre, une situation qui devrait être plus claire lorsque s’ouvrira le sommet du Groupe des Vingt (G20) à Osaka, au Japon, fin juin, a observé le vice-ministre. «Nous prendrons une décision qui sera fondée sur les besoins du marché», a-t-il dit, dans un entretien donné la semaine dernière en marge du Forum économique international de Saint-Pétersbourg et qui a pu être publié hier. «Nous prendrons une décision concertée et quoi qu’il en soit la coopération se poursuivra», a ajouté Sorokine, notant que l’état des relations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis sera l’un des éléments du marché à prendre en compte. La Russie est le seul exportateur pétrolier qui reste indécis sur l’opportunité de prolonger jusqu’à la fin de l’année l’accord d’encadrement, a par ailleurs déclaré le ministre saoudien de l’Energie, Khaled al Faleh, dont les propos ont été rapportés par l’agence russe Tass. Venu à Moscou pour s’entretenir avec son homologue russe Alexandre Novak, Khaled al Faleh a ajouté qu’il y avait à l’évidence des désaccords en Russie sur cette question, qui doit faire l’objet d’une décision lors de la prochaine réunion de l’Opep à Vienne à la fin du mois.
«Il y a à l’évidence un débat dans le pays sur le volume exact que la Russie devrait produire au second semestre», a-t-il dit. Le président russe, Vladimir Poutine, a admis jeudi dernier des divergences entre son pays et l’Opep sur le juste prix du pétrole, tout en assurant que les deux parties trouveraient un terrain d’entente lors de leur prochaine rencontre sur le sujet.
De son côté, le PDG du groupe pétrolier russe Rosneft, Igor Setchine, a mis en garde contre la prolongation d’un pacte dans lequel il voit une menace stratégique pour la Russie car il pourrait permettre, selon lui, aux Etats-Unis de s’octroyer une part du marché russe.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions