lundi 21 octobre 2019 14:00:08

L’adoration des idoles

De nombreux descendants d'Ismaël, ayant quitté La Mecque, commencent à vénérer des pierres de la Mosquée qu'ils ont emportées avec eux. Peu à peu, l'adoration des pierres se répand à la place de celle de Dieu, y compris à La Mecque.

PUBLIE LE : 03-06-2019 | 23:00
D.R

Par : Mahmoud Hussein

De nombreux descendants d'Ismaël, ayant quitté La Mecque, commencent à vénérer des pierres de la Mosquée qu'ils ont emportées avec eux. Peu à peu, l'adoration des pierres se répand à la place de celle de Dieu, y compris à La Mecque.

Depuis qu'Ismaël, fils d'Abraham, s'était installé à La Mecque, il avait engendré une nombreuse descendance, qui s'était unie à la descendance des 'Amalîq et des Jurhum. Mais, la ville devenant trop étroite pour les contenir tous, ils commencèrent à se déchirer et à se livrer des guerres. Les Jurhum chassèrent les 'Amalîq, qui se dispersèrent dans le pays à la recherche de moyens de subsistance.
C'est alors, à ce qu'on raconte, qu'ils commencèrent à adorer les idoles, pour la raison que chacun d'eux, quittant La Mecque et par attachement pour elle, emportait avec lui une pierre de la Ka'ba. Il la posait à l'endroit où il s'établissait et commençait à tourner autour de la pierre comme il avait pris l'habitude de tourner autour de la Ka'ba. Ce fut d'abord un geste de dévotion pour la Ka'ba et d'amour pour la Mosquée, que les Arabes conti¬nuèrent de vénérer.
Mais cela les conduisit par la suite à adorer les pierres au lieu d'adorer Dieu. Remplaçant la religion d'Abraham et d'Ismaël par une autre, ils commencèrent, comme tant d'autres peuples avant eux, à placer leur foi dans les idoles. Pourtant ils gardèrent des traces de la religion d'Abraham et d'Ismaël, puisqu'ils restèrent attachés à la Mosquée. Ils ne cessèrent de la visiter, d'y venir en pèlerinage, de tourner autour, de se tenir sur 'Arafa et al-Muzdalifa et de faire les sacrifices rituels.
Puis il advint, à l'époque des Jurhum, que les eaux inondèrent la Ka'ba et la détruisirent. Les Jurhum la rebâtirent comme l'avait bâtie Abraham. Mais par la suite, ils négligèrent la Mosquée. Ils allèrent jusqu'à s'y comporter de manière offensante, à y commettre des actes intolérables.
La Mosquée possédait un trésor, constitué de toutes les offrandes qui lui avaient été faites et qui étaient déposées au fond d'un puits. Ce puits n'étant alors pas recouvert d'un toit, il se trouva cinq hommes de Jurhum qui décidèrent de voler le trésor. Quatre d'entre eux étant postés aux coins de la Mosquée, le cinquième s'engagea dans le puits. Alors le Tout-Puissant fît que la tête de l'homme passa au-dessous de ses pieds, qu'il tomba et qu'il mourut. Les quatre autres prirent la fuite.
Lorsque les méfaits de Jurhum à La Mecque se multiplièrent, l'un d'entre eux, Maddâd ibn 'Amrû, se leva et dit :
—Vous tous, prenez garde, la haine est une calamité pour ceux qu'elle aveugle. Vous avez vu les malheurs qui ont frappé vos prédécesseurs, les 'Amalîq, lorsqu'ils ont négligé leurs devoirs à l'égard de la Mosquée, lorsqu'ils ont cessé de la glorifier et qu'ils ont commencé à se disputer entre eux. Dieu vous a alors conduits à les combattre, vous les avez vaincus et ils se sont dispersés au loin.
Ne commettez pas à votre tour les mêmes méfaits, ne négligez pas vos devoirs à l'égard de la Mosquée, ne profanez pas la Demeure de Dieu, n'opprimez pas ceux qui viennent la glorifier ou s'y réfugier. Si vous persistez à le faire, je crains que vous n'en soyez chassés comme avant vous les 'Amalîq, que vous ne soyez forcés de partir d'ici, humiliés et affaiblis, que vous ne puissiez même plus revenir visiter la Mosquée, qui est le plus sûr des refuges pour tous les êtres vivants, les hommes aussi bien que les oiseaux.
L'un des habitants s'écria :
—Qui donc pourrait nous chasser de la Mosquée ? Ne sommes-nous pas les Arabes les plus puissants, les mieux pourvus en biens et en armes ?
Maddâd répondit :
—Lorsque l'heure est venue, ces choses ne comptent plus.
Rappelez-vous le sort que Dieu a réservé aux 'Amalîq. Il les a exilés loin de la Mosquée et a lâché sur eux de petites fourmis pour leur transmettre la gale. Ils durent quitter La Mecque et revenir vers leurs terres d'origine. Là Dieu leur a envoyé le déluge...
Mais ces paroles restèrent sans écho et Jurhum continua de commettre ses méfaits. Voyant cela, Maddâd s'empara des trésors de la Ka'ba, deux gazelles de marbre et plusieurs sabres incrustés de nacre, et il les enfouit dans un trou creusé durant la nuit sur l'emplacement de Zamzam.
Ce fut alors qu'arrivèrent à La Mecque, conduites par 'Amrû ibn 'Âmir, les tribus yéménites venant de Ma'rib.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions