lundi 17 juin 2019 15:02:19

L’entrefilet : Massacre archéologique

Dans les wilayas de Constantine et Batna, la sonnette d’alarme est tirée. Deux sites archéologiques majeurs sont en danger de disparition à cause de la prédation de quelques entrepreneurs et la malveillance de responsables locaux.

PUBLIE LE : 03-06-2019 | 0:00
D.R

Dans les wilayas de Constantine et Batna, la sonnette d’alarme est tirée. Deux sites archéologiques majeurs sont en danger de disparition à cause de la prédation de quelques entrepreneurs et la malveillance de responsables locaux.
Selon la presse locale, le site mégalithique de Bounouara, dans la daïra d’El Khroub, wilaya de Constantine, est un trésor archéologique dont certains dolmens qui s’y trouvent remontent à la préhistoire. Bounouara, qui contient 3 à 4000 dolmens, est le plus grand site mégalithique d’Afrique. Aujourd’hui, ce site commence à être détruit par des entrepreneurs privés dans le cadre d’octroi de concessions de carrières de gravier par la direction de l’Industrie et des mines de Constantine.
C’est grâce à l’alerte donnée par une citoyenne italienne, qui a lancé une pétition pour le sauvetage du site, que l’information s’est propagée sur les réseaux sociaux.
Selon des sources dans l’administration locale,  « la direction des mines et de l’industrie (DMI) de la wilaya de Constantine aurait renouvelé des titres d’exploitation minière sur ces territoires de dolmens à des opérateurs privés, sans en avertir la direction de la Culture de la wilaya. Pourtant, ce site d’une grande valeur historique mondiale est protégé par la loi, et toute intervention, de quelque nature que ce soit, doit d’abord obtenir l’aval du ministère de la Culture».
Non loin de là, dans la wilaya de Batna, sur le site romain de Labaesis (Tazoult actuellement), c’est un promoteur immobilier qui a construit 47 villas sur la réserve archéologique pourtant protégée.
C’est le maire de la ville qui a alerté l’opinion publique, malheureusement bien après l’achèvement des constructions, alors qu’il venait de recevoir une demande de raccordement au réseau électrique qu’il a refusée.
Ce qui est étonnant c’est l’absence de réaction des autorités alors qu’un véritable village était en construction à l’entrée de la ville et sur un site archéologique classé.
R. C.

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions