mardi 18 juin 2019 07:04:27

Premier tête-à-tête entre délégués de Maduro et Guaido à Oslo : Paix norvégienne ?

Le ministère norvégien des Affaires étrangères a affirmé que les camps Guaido et Maduro «ont décidé de retourner à Oslo la semaine prochaine pour poursuivre le processus de médiation, mené par la Norvège».

PUBLIE LE : 27-05-2019 | 0:00
D.R

Le ministère norvégien des Affaires étrangères a affirmé que les camps Guaido et Maduro «ont décidé de retourner à Oslo la semaine prochaine pour poursuivre le processus de médiation, mené par la Norvège».

«Nous réaffirmons notre engagement à continuer à soutenir la recherche d'une solution négociée entre les parties au Venezuela», avait ajouté le ministère. Une annonce qui traduit le passage à une étape supérieure dans la voie du règlement de la crise vénézuélienne. Ainsi, des délégués du président vénézuélien et de son rival Juan Guaido vont se rencontrer pour la première fois en tête-à-tête. M. Guaido a indiqué que ses représentants «s'entretiendront aussi bien avec le gouvernement norvégien qu'avec les représentants du régime» de M. Maduro. Ce premier contacte bilatéral a été salué par Maduro qui  a exprimé sa gratitude au gouvernement norvégien pour avoir édifié cette plate-forme de dialogue en vue de parvenir à un accord politique mettant ainsi fin à une crise interne qui s’est aggravée depuis le 23 janvier, lorsque Juan Guaido, dirigeant de l’opposition et président du parlement, s’est autoproclamé «président par intérim»  lors d’un rassemblement dans la capitale, Caracas. Mais pour le président autoproclamé et reconnu par une cinquantaine de pays, les rencontres d’Oslo doivent véhiculer un vrai dialogue avec le camp du président élu. «Ici, plus jamais on ne va nous tromper avec un faux dialogue», a lancé Juan Guaido. Si la méfiance est palpable dans les deux camps, la volonté d’aller de l’avant et de surmonter les différends est grande pour faire sortir le pays du chaos et mettre fin au statut quo. Car, à la crise politique, émaillée de violences ayant fait des dizaines de morts, s'ajoute la pire crise économique de l'histoire récente de ce pays où, selon l'ONU, sept millions de personnes, soit un quart de la population, ont besoin d'une aide humanitaire urgente. Au pays du Nobel, il n’y a pas de place à l’échec.
M. T.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions