dimanche 16 juin 2019 08:52:27

Bureau national d’Etudes pour le Développement rural : Encadrer les jeunes investisseurs

Le ministre de l’Agriculture, de Développement rural et de la Pêche appelle les responsables du Bureau national d’Etudes pour le Développement rural (BNEDER) à « assurer » l’encadrement des projets des jeunes investisseurs dans le secteur agricole, dont ceux qui seront lancés incessamment, notamment dans l’exploitation des sous-produits de la forêt.

PUBLIE LE : 25-05-2019 | 0:00
D.R
Le ministre de l’Agriculture, de Développement rural et de la Pêche appelle les responsables du Bureau national d’Etudes pour le Développement rural (BNEDER) à « assurer » l’encadrement des projets des jeunes investisseurs dans le secteur agricole, dont ceux qui seront lancés incessamment, notamment dans l’exploitation des sous-produits de la forêt. 
 
En visite « inopinée »aux sièges du BNEDER et du laboratoire national de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), situés tous deux à Chéraga (Alger), Chérif Omari a instruit, selon un communiqué de presse repris par l’APS, les responsables concernés pour « rapprocher » le BNEDER, à travers ses bureaux d’études et ceux appartenant au secteur privé, des zones de production sur tout le territoire national notamment au sud du pays, et ce, afin de « répondre » à la demande des investisseurs et des agriculteurs au niveau local en matière d’analyse et de classification du sol et d’irrigation. 
 
Il a insisté à cette occasion sur le rôle « stratégique » que doit jouer ‘‘BNEDER’’ pour « développer » la capacité d’engineering et d’expertise au profit du secteur agricole, de la pêche et de l’aquaculture et relevé son rôle pour « trouver » des solutions et des moyens d’entretenir les retenues collinaires vu leur rôle importance dans l’irrigation agricole, saluant au passage le niveau de « performance » et de « maîtrise » atteint par cette structure en matière d’études et d’expertise. 
 
Tout en sillonnant les différents services du Bureau national d’Etudes pour le Développement rural, le ministre s’est attardé au niveau de la salle de documentation qui est une mémoire numérisée de tout le secteur agricole depuis l’indépendance à ce jour. Elle comprend une cartothèque, un système d’information géographique et du laboratoire d’analyse de sol et des eaux. 
Le ministre de l’agriculture n’a pas omis de signaler la contribution de ‘’BNEDER’’ dans la modernisation des systèmes de production et d’exploitation rationnelle de ressources naturelles (eau et sol) notamment dans les filières stratégiques tels que les céréales, le lait, la pomme de terre et les forêts. 
 
Au niveau du siège de l’Office interprofessionnel des céréales (OAIC), Omari a insisté sur l’importance de ces structures d’analyse d’un produit stratégique et de large consommation, qui veille sur la qualité des céréales aussi bien celles produites localement que celles importées. Il a exhorté à ce propos les responsables de l’Office à ouvrir le laboratoire aux autres établissements techniques afin de travailler en « synergie » et « améliorer » le travail de la recherche dans ce domaine et donné des instructions pour travailler avec les producteurs en vue « d’améliorer » la qualité de la production locale de céréales et légumes secs. Et Au terme de sa visite, le ministre a demandé d’entamer le processus d’accréditation du laboratoire du ‘‘BNEDER’’ et celui de l’OAIC. 
 
Pour rappel, Omari a tenu dernièrement une réunion de travail dont l’objectif est d’arriver à établir une feuille de route intersectorielle dédiée à la redynamisation des projets d’investissements au profit des jeunes, notamment dans les zones rurales et le sud du pays.
Le ministre avait mis à cette occasion la nécessité de réunir toutes les conditions nécessaires pour réussir des projets d’investissements chez les jeunes notamment la formation, l’accompagnement technique et le financement en mobilisant les outils de soutien à l’emploi des jeunes dont les banques, l’Angem et la CNAC.
 
Le ministre a indiqué que des mesures seront prises en coordination avec tous les secteurs concernés pour mieux accompagner les jeunes investisseurs y compris ceux issus de la communauté algérienne établie à l’étranger. Outre la mobilisation des outils de soutien à l’emploi, M. Omari a évoqué la récupération des terres agricoles non exploitées pour les redistribuer aux jeunes, notamment les diplômés.
L’accent sera mis sur certaines activités dont la valorisation des produits et sous produits des forêts, l’aquaculture et la production des produits agricoles de primeurs.
 
Le ministre a rappelé que la nouvelle vision du secteur est de protéger la ressource par la valorisation, l’exemple étant celui des forets qui offre plusieurs opportunités d’investissements (l’exploitation des plantes médicinales et aromatiques, le liège...).
Ces projets visent à donner des chances aux jeunes de créer des entreprises et de l’emploi et à renforcer la sécurité alimentaire du pays.
Salima Ettouahria
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions