ANGEM : Les bénéficiaires peuvent contracter un nouveau crédit

Dorénavant, il est accordé la possibilité aux citoyens ayant bénéficié d’un prêt au titre du microcrédit ANGEM, pour l’achat de matières premières et ayant déjà remboursé la totalité du montant du premier prêt, de contracter un nouveau prêt non rémunéré, au titre de l’achat de matières premières.
PUBLIE LE : 18-05-2019 | 23:00

Dorénavant, il est accordé la possibilité aux citoyens ayant bénéficié d’un prêt au titre du microcrédit ANGEM, pour l’achat de matières premières et ayant déjà remboursé la totalité du montant du premier prêt, de contracter un nouveau prêt non rémunéré, au titre de l’achat de matières premières.

Le montant du prêt non rémunéré ne saurait dépasser cent mille dinars (100.000 DA). Il peut atteindre deux cent cinquante mille dinars (250.000 DA) au niveau de certaines wilayas du grand sud, à l’instar d’Adrar, Béchar, Tindouf, Biskra, El Oued, Ouargla, Ghardaïa, Laghouat, Illizi et Tamanrasset.  C’est ce qui ressort du décret exécutif n°19-137 du 23 chaâbane 1440 correspondant au 29 avril 2019 complétant le décret exécutif n° 04-15 du 29 dhou el kaâda 1424 correspondant au 22 janvier 2004 fixant les conditions et le niveau d’aide accordée aux bénéficiaires du microcrédit, et publié dans le Journal officiel n°29. Ce décret précise aussi qu’un nouveau prêt non rémunéré, au titre de la création d’activités, est destiné à l’acquisition de petits matériels et matières premières nécessaires au démarrage du projet, complétant l’apport personnel du bénéficiaire et le crédit bancaire.
Le montant de ce prêt non rémunéré est fixé à 29 % du coût global de l’activité, qui ne saurait dépasser un million de dinars (1.000.000 DA). A ce propos, la ministre de la Solidarité nationale, Mme Ghania Eddalia, a fait état récemment d’une mesure rendant évolutifs les microcrédits « les porteurs de projets qui auront remboursé un crédit de 250.000 dinars pourront bénéficier d’un crédit d’un million de dinars auprès de l’ANGEM afin de consolider leur activité». Mme Ghania Dalia a expliqué que l’ANGEM ne connaissait pas de grands problèmes de recouvrement et que les bénéficiaires des microcrédits ne connaissaient pas des problèmes liés au remboursement «car ils sont bien accompagnés, du début à la fin, dans la conduite de leur projets».  Pour rappel, le gouvernement avait décidé d’accorder de nouveaux avantages aux jeunes chômeurs pour les encourager à octroyer des micro-crédits dans le cadre de l’Agence nationale du micro- crédit (ANGEM), afin qu’ils puissent monter leurs petits projets et ainsi mettre fin à leurs problèmes financiers au quotidien. A ce titre, l’ANGEM comptait lancer, en 2019, quelque 47.000 nouveaux projets dans plusieurs domaines, notamment l’agriculture, l’environnement et la solidarité en faveur des jeunes chômeurs, indique une source officielle proche du ministère de la Solidarité. En outre, les candidats au micro-investissements bénéficieront désormais d’encouragements. Il s’agit de nouvelles mesures de facilitation visant l’allégement des dossiers des demandeurs de microcrédit pour le financement bancaire de leurs micro-entreprises. Ce n’est pas tout, les jeunes promoteurs peuvent bénéficier d’autres facilitations, indique la même source. Il s’agit de l’introduction d’une nouvelle application permettant aux promoteurs de bénéficier de microcrédits à partir de leur domicile. Cette mesure sera effective en février prochain.
L’Agence y a consacré une enveloppe de 181 milliards de centimes, soit 10 milliards de dinars supplémentaires par rapport à l’année précédente.
Les pouvoirs publics ont décidé de prendre cette mesure dans la perspective d’augmenter les chances d’accès aux crédits à plus de demandeurs, et de financer près de 47.731 projets au cours de l’année 2019 en faveur des jeunes chômeurs pour qu’ils puissent investir dans plusieurs activités, notamment l’agriculture, la pêche, l’environnement et enfin la solidarité. Il convient de préciser, enfin, que le financement ANGEM est un dispositif de microcrédit, qui offre la possibilité de bénéficier d’un accompagnement pour la réalisation d’un projet professionnel. Le montant du crédit bancaire peut atteindre jusqu’à 70% du coût global du projet, avec un maximum de 1.000.000 DA. La durée du crédit bancaire est de huit années, dont trois années de différé de remboursement du principal crédit.
    Salima Ettouahria

 


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com