mardi 21 mai 2019 00:54:12

Commentaire : Préserver l’outil économique

Chaque vendredi, la déferlante humaine dans toutes les villes d’Algérie composée majoritairement de jeunes et, chaque mardi, les grandes manifestations d’étudiants, rassemblements pacifiques jamais vus jusque-là, témoignent indéniablement de la force et du désir profond de la population pour un changement radical et constituent, à l’évidence, un exemple probant des valeurs du vivre ensemble en paix.

PUBLIE LE : 16-05-2019 | 0:00
D.R

 Chaque vendredi, la déferlante humaine dans toutes les villes d’Algérie composée majoritairement  de jeunes et, chaque mardi, les grandes manifestations d’étudiants, rassemblements pacifiques jamais vus jusque-là, témoignent indéniablement de la force et du désir profond de la population pour un changement radical et constituent, à l’évidence, un exemple probant des valeurs du vivre ensemble en paix. Les slogans se déclinent sur tous les modes de l’humour caustique et les marches se poursuivent, mais jusqu’à présent aucun courant véritablement représentatif du mouvement n’a émergé et les marches continuent à la régularité d’un métronome.
Cependant, et il convient de s’en féliciter, si le mouvement fait l’admiration du monde entier, de par son caractère pacifique, loin de toute destruction, force est de préciser que des arrêts de travail et des actions de grève commencent à émailler le tissu économique et font planer le spectre de la paralysie de l’appareil économique, notamment celle des secteurs névralgiques. Il faut donc raison garder, veiller à préserver l’intégrité et assurer le fonctionnement normal de l’outil de production et de gestion.  
L’administration, les grands services publics doivent être mis à l’abri de tout débordement qui serait dommageable aux intérêts supérieurs du pays. L’école, qui constitue cycliquement un creuset de luttes syndicales récurrentes, pénalisant les élèves, doit également être dissociée des jeux et enjeux politiques quels qu’ils soient.
Il s’avère donc urgent de sortir au plus vite de l’impasse constitutionnelle et de s’engager pleinement vers une transition politique qui favorise l’émergence d’une économie productive agrégeant pleinement les énergies qui irriguent le corps social. Une bonne économie est tributaire d’une bonne transition politique qui doit générer des réformes d’accompagnement profondes, pouvoir donner une visibilité qui puisse encourager l’investissement national et étranger et lever l’inquiétude des partenaires de l’Algérie avant que la situation devienne intenable et que les marges de manœuvre se rétrécissent.
    K. O.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions