mardi 21 mai 2019 00:53:42

Grand angle : Phase finale ?

A coup sur, le dialogue entamé entre l’armée et les représentants des manifestants a mis le Soudan sur la bonne voie.

PUBLIE LE : 16-05-2019 | 0:00
D.R

A coup sur, le dialogue entamé entre l’armée et les représentants des manifestants a mis le Soudan sur la bonne voie. La crise politique née de la destitution, le 11 avril, du président Omar el- Béchir et de la mise en place d’un conseil de transition militaire semble connaitre un début de solution. Le conseil militaire au pouvoir et des représentants des manifestants ont annoncé, au bout de deux jours de négociations, être parvenus à un accord sur une période de transition politique de trois ans devant préparer un transfert du pouvoir aux civils. Ce point est la revendication pour laquelle les manifestants battent quotidiennement le pavé depuis l’annonce de l’éviction, après trente ans de règne, du président en place. Ce compromis, trouvé à l'issue de discussions marathon, dénote, est-il permis de le croire, de la volonté tant des militaires que de l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC) qui porte les revendications des manifestants de mettre un terme à la crise. Pour rappel, les manifestants voulaient une période de transition de quatre ans alors que l'armée voulait l'écourter à deux ans. Toutefois, ce n’est là qu’un premier pas. D’autres concessions doivent être faites à l’avenir. En fait, il est attendu des deux parties qu’elles poursuivent leurs discussions entamées lundi, d’autant que le sujet principal n'a pas encore fait objet d'un accord. Il s’agit de la composition du conseil souverain, qui sera la haute autorité de la période de transition devant précéder le transfert total du pouvoir aux civils. Certainement que les négociations seront âpres. Et pour cause, l'armée cherche à avoir la majorité au sein de ce conseil alors que l'ALC veut qu'il soit dominé par les civils. La recherche d’un «dosage» ne sera pas une mince affaire. Mais un membre du Conseil militaire a promis «un accord total en moins de 24 heures pour répondre aux aspirations du peuple». Il sait qu’il est urgent de faire vite, d’autant que les violences qui ont fait leur apparition sont un mauvais signe. C’est dire toute la délicatesse de la phase finale du dialogue, abordée hier soir.
Nadia K.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions