mardi 21 mai 2019 00:53:10

LES HANîfs (Iv et fin)

—Mon fils je ne connais plus personne qui suive notre voie et à qui je puisse te recommander. Mais le temps approche où doit apparaître un prophète, un Envoyé qui proclamera la religion d'Abraham et qui viendra de chez les Arabes.

PUBLIE LE : 15-05-2019 | 0:00
D.R

—Mon fils je ne connais plus personne qui suive notre voie et à qui je puisse te recommander. Mais le temps approche où doit apparaître un prophète, un Envoyé qui proclamera la religion d'Abraham et qui viendra de chez les Arabes. Il s'exilera sur une terre située entre deux villes, couverte de palmiers. Il sera porteur de signes qui ne trompent pas. Il n'acceptera de manger que ce qui lui est offert et ne touchera pas à l'aumône destinée aux pauvres. Il aura le sceau de la prophétie entre les deux épaules. Si tu peux rejoindre cette terre, vas-y.
Après sa mort, je vis passer une caravane de commerçants. Je leur dis :
— Emmenez-moi en terre arabe. Je vous donnerai mes vache» et mes moutons.
Us m'emmenèrent mais, en cours de route, me trahirent. Ils prirent mes bêtes et me vendirent à un juif, chez qui je demeurai enfermé un certain temps. Apercevant de loin des palmiers, je me demandais si je ne me trouvais pas au pays dont mon ami m'avait parlé, mais je ne pouvais m'en assurer.
Ce juif avait un oncle qui, lui rendant un jour visite, me vit et décida de me racheter. C'était un homme de la tribu des Qurayza, qui habitait Yathrib. Il m'y emmena avec lui et, par Dieu, dès que je vis la ville, je sus que c'était celle, mentionnée par mon ami, où1 devait venir le prophète. J'y demeurai en attente.
D'après Salma ibn Salâma :
Les Banu 'Abd al-Ashhal avaient un voisin juif. Un jour qu'ils étaient réunis, et j'étais alors le plus jeune d'entre eux, le voisin juif vint se joindre à eux. Il parla du Jour du Jugement, de la Résurrection, du Paradis, de l'Enfer. Puis il ajouta :
— L'Enfer, c'est pour ceux qui associent des dieux à Dieu, qui! adorent des idoles, qui ne croient pas à une résurrection après la] mort...
Les Banu 'Abd al-Ashhal                dirent :
— Et toi, crois-tu vraiment que les gens ressuscitent après leur mort, qu'ils vont en un lieu où se trouvent le Paradis et l'Enfer et qu'ils sont sanctionnés pour le bien ou le mal qu'ils ont fait ?
Il répondit :
—Oui.
—Quelle preuve as-tu de cela ?
Il indiqua de la main la direction de La Mecque, vers le sud, et dit:
—Un prophète viendra de là-bas.
—Quand crois-tu qu'il viendra ?
Il me regarda fixement, qui étais le plus jeune des présents, et dit :
—Avant la fin de sa vie, ce garçon le verra.
Si l'on en croit les chroniqueurs, les Hantis occupent une place, à la fois révérée et mystérieuse, dans la période précédant l'avènement de l'islam. Comme Sayfibn Dhî Yazan (et, selon certains, comme aussi 'Abd al-Muttalib), ce sont des individus rejetant le polythéisme, sans cependant adhérer au judaïsme ou au christianisme. Leur démarche est mal connue et seuls certains chroniqueurs s'aventurent à donner quelques détails. Ils les décrivent comme des adorateurs de Dieu l'Unique, se référant à Abraham et tenant La Mecque pour lieu sacré.
Ce chapitre annonce par ailleurs le jugement nuancé que portera l'islam sur les tenants du judaïsme et du christianisme : ce sont gens du Livre, porteurs de Messages indubitables, mais il leur est arrivé de trahir l'esprit de ces Messages, voire, parfois, d'en falsifier la lettre.
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions