lundi 14 octobre 2019 04:47:40

SéTIF : La chasse à l’Arabe

Comme depuis 74 ans, les massacres du 8 Mai 1945 et l’oppression odieuse imposée à des populations innocentes dont le seul tort était de vouloir recouvrer une liberté spoliée, pour dire aux générations de la liberté, l’immensité d’un crime resté impuni.

PUBLIE LE : 08-05-2019 | 23:00
D.R
Comme depuis 74 ans, les massacres du 8 Mai 1945 et l’oppression odieuse imposée à des populations innocentes dont le seul tort était de vouloir recouvrer une liberté spoliée, pour dire aux générations de la liberté, l’immensité d’un crime resté impuni. 
Sétif, blessée dans sa chair, mutilée jusqu’à mourir dans des conditions odieusement préméditées par la soldatesque, n’a pas oublié et n’oubliera pas de sitôt ses fosses communes, témoins encore de la barbarie des Tabors, Sénégalais et de la légion étrangère venus prêter main-forte à la police, à la gendarmerie et toutes ces milices dirigées par des officiers de la Protection civile pour faire la chasse à l’Arabe, n’épargnant ni les femmes, ni les hommes, et encore moins tous ces enfants des enfumades des Babors. 
74 ans après, en dépit des années et des événements qui ont marqué la dynamique du mouvement nationaliste, Sétif a commémoré, dans la fierté et la dignité, Mai de la douleur, de l’espoir et de la liberté, prélude de la glorieuse Révolution de Novembre.  Le programme de deux journées a été marqué la veille déjà à la maison de la Culture Houari-Boumediène par la présentation devant les autorité civiles et militaires, moudjahidine, élus, représentants du mouvement associatif et citoyens, d’une opérette intitulée les Fosses communes, avant la traditionnelle retraite aux flambeaux des Scouts musulmans algériens et un imposant défilé des corps constitués sur fond de baroud et de cavaliers.
Hier, dans la matinée, le wali Mohamed Belkateb, accompagné du président de l’APW, des autorités de la wilaya, du secrétaire de l’Organisation nationale des moudjahidine, élus et citoyens, s’est rendu au cimetière de Sidi-Saïd, pour déposer une gerbe de fleurs sur les deux fosses communes où ont été jetés les corps de Saâl Bouzid et de nombreuses victimes. Un moment fort de recueillement avant la traditionnelle marche de la fidélité qui a parcouru l’itinéraire emprunté le 8 Mai 1945 à partir de la mosquée Abou-Dher-El-Ghaffari. Précédé par les SMA, ce cortège, auquel s’associeront les responsables de la wilaya, s’immobilisera devant la place Saâl-Bouzid, premier martyr de ces massacres, où une gerbe de fleurs sera déposée à la mémoire des victimes.Dans l’émotion qui atteignait son paroxysme alors que l’hymne national retentissait, une immense chorale habillée aux couleurs nationale entonnera des chants patriotiques et des chants du terroir repris voilà 74 ans par les manifestants.
L’inauguration d’une place publique à la cité Bouaroua, et la visite à deux moudjahidine et une veuve de chahid constitueront d’autres point du programme, avec la projection de films patriotiques dans des communes, des galas artistiques et une imposante exposition de documents historiques et d’affiches des films révolutionnaires à la maison de la Culture Houari-Boumediène. 
F. Zoghbi
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions