lundi 18 novembre 2019 01:20:18

Nouvelles de Mascara, Ramadhan 2019 : Produits en abondance et fluctuation des prix

Marché de gros : Réouverture aux commerçants

PUBLIE LE : 06-05-2019 | 0:00
D.R

Page animée par Abdelkader GHOMCHI

Les services de la direction du commerce de la wilaya ont tracé un programme spécifique pour la période qui coïncide avec le mois de Ramadhan. L’accent sera mis sur le contrôle des activités commerciales à caractère alimentaire, compte tenu de la forte demande des consommateurs sur ces denrées.

La frénésie des prix affichés qui s’empare de ces produits fait craindre d’ores et déjà le pire aux ménages et ce, en dépit de toutes les mesures et les dispositions mises en place par les services compétents et les initiatives prises en ce sens par les différentes associations de défense du consommateur  actives sur le terrain mais la maîtrise et la stabilité des prix échappent inexorablement au contrôle de toutes ces instances en pareille époque même si la batterie des textes réglementaires des pratiques commerciales définit le cadre juridique de la concurrence, notamment la loi 03/03. l’on rappelle qu’en vertu de la loi de l’offre et de la demande dans le circuit commercial, la question d’exercer une quelconque autorité juridique sur le commerçant reste tributaire des questions de la concurrence entre les commerçants.
les services de l’inspection sera concentré sur le degré de respect des pratiques commerciales, notamment la conformité et possession du registre du commerce ainsi que l’affichage des prix des produits exposés à la vente. Toute l’attention sera portée, nous dit-on, sur les voies et moyens à mette en œuvre pour lutter contre toutes les formes de spéculation au détriment des consommateurs, nous assure-t-on. Les dispositions en question, faut-il le souligner, répondent à des impératifs de bénéfice et de gain, les prix demeurent libres et touchent les produits agricoles de saison et les viandes rouges et blanches qui connaissent une flambée inexplicable dès le début du mois de jeûne en dépit de tous les efforts des pouvoirs publics visant à mette un terme à cela en procédant à inonder le marché par des quantités importantes du produit national ou importé. Les mesures de contrôle et d’inspection des brigades de la qualité et de la répression de la fraude, applicables à tous les niveaux du circuit commercial durant cette période, auront-peut être un impact de dissuasion sur les pratiques commerciales douteuses et l’interdiction de l’exposition de produits à l’air libre et la préservation de produits périssables dans des conditions de conservation adéquates.
D’autre part, l’on a constaté que les prix des viandes rouges commencent à grimper et ce quelques jours avant le ramadhan, l’ovine étant cédée à 1500 DA le kilo et la bovine à 1400 DA dans toutes les boucheries de la région, à l’exception des jours de marché de Maoussa et Ghriss où les prix sont revus à la baisse, mais la question de l’abattage clandestin reste entièrement posée.  
Les prix des fruits et légumes ne connaissent pas pour le moment une hausse importante et la pomme de terre et la tomate, produits de large consommation pendant le mois sacré de ramadhan, sont vendus respectivement entre 35 et 55DA le kilo, l’aubergine à 70 DA le kilo, le poivron n’est pas descendu en deçà des 70 DA le et l’oignon à 20 DA le kilo. Côté fruits, les pastèques et les melons tiennent précocement le haut du pavé pour des prix hors de portée pour les bourses moyennes en attendant mieux pour les produis locaux dans la plaine de Ghriss. La zlabia et le kalb el louz, pâtisseries orientales très renommées, battent des records de vente pendant le mois Sacré du Ramadan pour leur teneur en glucides qui permet de reprendre rapidement de l’énergie au moment de la rupture du jeûne. Elles se consomment surtout pendant tout le mois du Ramadan mais rencontrent moins de succès le reste de l’année, et c’est pourquoi l’on assiste à des reconversions de magasins en lieux de vente de gâteaux orientaux durant ce mois de ramadhan.
 volet solidarité, l’élan de cet acte qui se met en place est très significatif, et les restaurants d'Errahma durant ce mois, gérés par des bénévoles bienfaiteurs de divers organismes et associations caritatives, offrent  des repas chauds aux nécessiteux et aux passagers dans les localités de la wilaya.

---------------------------

Tighennif
Désignation d’un P/APC

Après la suspension de l’assemblée communale populaire, élue de la commune, et le gel de ses activités après un blocage qui a duré plus de neuf mois, et la désignation de M. Hadj Ali Nabil, secrétaire général de la daira de Tighennif pour assumer l’intérim, on vient de désigner M. Si Tayeb Benamar secrétaire de la daira de Hachem comme maire en remplacement de Hadj Ali, appelé à rejoindre son poste d’origine.

---------------------------

Marché de gros
Réouverture aux commerçants

Le marché de gros des fruits et légumes au niveau de Tighennif, qui a fait couler beaucoup d’encre et fait sauter plusieurs têtes, a enfin trouvé une issue. en effet, l’adjudicateur qui s’imposait pendant plus de six mois vient d’être délogé par la force publique et le marché a été confié à l’APC pour être géré par régie pendant qu’un appel d’offres par adjudication vient d’être lancé pour le 9 mai 2019. Le futur adjudicateur, disait le chef de la daira, doit verser une garantie en plus du cautionnement de 25%, ceci pour garantir une bonne gestion du marché et garantir à l’APC ses revenus.

---------------------------

Conseil de wilaya
Les activités des collectivités locales au peigne fin

 Le palais des congrès de la wilaya de Mascara a abrité le conseil de wilaya sous la présidence du wali.
A cet effet, le wali a adressé des avertissements aux APC défaillantes, en l’occurrence celles de Tighennif, Mohamadia, Ain Fares, Sehalia, qui n’ont examiné aucun recours des citoyens pour la régularisation des habitations dans le cadre de la loi 08/15. Par ailleurs, les chefs de daira et P/APC ont été instruits de procéder à la réévaluation des fiches techniques faites sur l’état des chemins communaux incluant leur aménagement sur le chapitre FCCL.
Les fiches doivent être déposées au plus tard le 10 mai 2019. Le DTP intervient pour annoncer au wali que les fiches techniques sont prêtes et il ne reste qu’à les actualiser en fonction de 7 milliards de DA consacré à l’opération.
quant à la question de trouver une stratégie pour le ramassage et le balayage des ordures, le DG devait  rencontrer les chefs daira et les P/APC pour mettre en exécution un plan pour le nettoiement de l’environnement. il était également question d’un plan de redressement de l’entreprise qui a été créée en 2013 du néant, sans matériel ni personnel qualifié. le matériel hérité des APC est dans un état vétuste et dégradé et demeure toujours à leur nom alors que les APC n’offrent aucune aide à l’EPIC, alors que la propreté demeure leur acte premier. sur la convention établie, il n’est question que du balayage et du ramassage, et les bacs à ordures devront être achetés par les APC. Malgré les différentes réunions, aucune amélioration n’a été constatée au niveau de cet Epic. Certains maires déclarent qu’ils font appel au personnel des écoles pour des opérations de nettoiement durant les jours fériés. Le DSP a été invité a répondre aux directives prises lors de la présentation de son secteur, mais il fut pris pour cible par le P/APC de Mascara sur la situation que vivent les citoyens au niveau des hôpitaux, en particulier les urgences et les maternités.
le directeur de l’hôpital, Meslem, et son personnel sont mis à l’index ainsi que le manipulateur du scanner. puis ce fut au tour du P/APW pour dénoncer l’absence des médecins de garde et voulait inclure les médecins privés à faire des gardes à l’hôpital, et c’est leur devoir disait-il. il a également posé le problème du personnel au niveau des maternités rurales et la prise en charge du malade. Le P/APW disait que depuis le départ de la mission chinoise, les maternités sont très mal tenues, et il faut prendre les mesures nécessaires.

---------------------------

Veillées
2.500 policiers mobilisés

En prévision du mois sacré du Ramadhan, la sûreté de wilaya de Mascara a mis en place un plan de sécurité visant à assurer la sécurité des personnes et des biens, notamment pendant les soirées durant lesquelles les familles sortent pour se divertir. A cet effet, plus de 2.500 policiers de divers grades, y compris le personnel féminin, ont été mobilisés en vue de garantir une sécurité continue sur le terrain et assurer la protection des personnes et des biens et installer un climat d’apaisement. Le programme s’articule autour du renforcement des patrouilles pédestres et mobiles dans les lieux connaissant une forte affluence des citoyens tels que les marchés, les gares routières, les mosquées, les places publiques et les lieux où sont programmées les fêtes et les soirées ramadhanesques. En outre, des opérations de police visant les lieux suspects auront lieu durant ce mois. Pour ce qui est du volet de la prévention, la sureté de wilaya a insisté sur les règles de l’ordre et la protection de la santé publique, en collaboration avec les services compétents en vue d’éradiquer toute forme de commerce illégal de produits de consommation sur les trottoirs et les routes, à travers l’organisation de sorties sur le terrain en compagnie des services de contrôle pour constater le respect des mesures de santé, de réglementation ainsi que les règles du commerce. Quant à la prévention routière, les services de police renforceront leurs activités à travers la mise en place de brigades dont la mission est d’organiser la circulation routière, et ce sur les axes connaissant une activité routière intense et des accidents.

---------------------------

Couffin  de solidarité
5.922 familles concernées

Pour mettre fin à la spéculation sur le couffin de ramadhan et les détournements constatés chaque année, l’état a pris la ferme décision d’octroyer la valeur du couffin en espèces sous forme de mandats libellés au nom du chef de famille. L’APC de Mascara a recensé 5.922 familles nécessiteuses qui vont recevoir   6000,40 DA sur un montant global de 35 milliards de cts. Tous les dossiers ont été étudiés et 811 d’entre eux ont été rejetés pour différentes raisons, entre autres le revenu de ces familles  ou des pensions qui dépassent les 18000 DA. les personnes touchées peuvent introduire un recours pour être rétablies dans leurs droits éventuels.

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions