lundi 23 septembre 2019 12:21:52

Rapatriement des corps de la communauté algérienne et musulmane : Lancement de « Sakina Takaful » d’ici octobre

L’assurance Takaful, dont la loi qui la régit en Algérie devrait être promulguée d'ici fin 2019, confirme son statut de composante essentielle de l'écosystème financier islamique.

PUBLIE LE : 04-05-2019 | 23:00
D.R

L’assurance Takaful, dont la loi qui la régit en Algérie devrait être promulguée d'ici fin 2019, confirme son statut de composante  essentielle de l'écosystème financier islamique.

Un nouveau produit portant rapatriement des corps et financement des obsèques de la communauté musulmane issue, entre autres, de l’Algérie, du Maroc, du Sénégal et du Mali, «sera effectif d’ici octobre tout au plus». C’est ce qu’a annoncé, hier, M. Ezzedine Ghlamallah, premier responsable au cabinet Saafi, conseiller en investissements financiers, joint au téléphone. Baptisé «Sakina Takaful», ce premier produit en Europe a reçu la conformité Charia’tique du prestigieux institut malaisien ISRA.
 Toutefois, ledit cabinet, explique M. Ghlamallah, devra répondre à une problématique liée au marché des assurance européen, précisément à la directive sur la distribution d'Assurances qui oblige, avant tout lancement, d’effectuer des tests et d’élaborer une politique de gouvernance produit. Initié à la demande d’associations et de pompes funèbres musulmanes établies en France qui réclament des garanties conformes à la chari’a pour financer les rapatriements des corps vers les pays d’origine de la communauté musulmane de France, «Sakina Takaful», est soumis à des exigences préalables.
M. Ghlamallah explique que toute prescription de ce nouveau produit impose que la personne décédée soit «membre de l’association Bayt al mel ayant souscrit le contrat collectif Sakina Takaful».
Cette association souscrit le contrat collectif Sakina Takaful pour le compte de ses membres. Ces derniers «cotisent et créent un compte commun non productif d’intérêts». Comment se fait la cotisation ? «En fonction de l’âge de l’adhérent. Les excédents techniques, qui surviennent une fois les cotisations sont supérieures aux sinistres, ajoute le co-fondadetur du cabinet Saafi, sont reversés au Fonds d’action sociale de l’association Bayt al mel».
Quant au montant du capital garanti choisi par les souscripteurs, M. Ghlamallah précise qu’ «il varie entre 3.500, 5.000 ou 7.000 euros, lequel sera versé à un tiers, souvent la pompe funèbre en charge de réaliser l’inhumation, le reliquat revenant aux héritiers ou versé à des œuvres de charité». Soulignons que le Takaful Rapatriement permet à l’assuré musulman de s’assurer en cas de décès que les frais de rapatriement du corps se fassent dans le cadre d’une assurance dont les contributions sont gérées selon la chari’a.
Répondant à nos questions, M. Ghlamallah indique, en termes de prévisions, que son cabinet vise 50.000 souscripteurs pour les cinq premières années.
A travers le monde, l’assurance Takaful, secteur destiné à accompagner l’essor de la finance islamique, a connu une croissance phénoménale. «Les actifs mondiaux des opérateurs Takaful ont atteint 46 milliards de dollars en 2017 et devraient atteindre 72 milliards à horizon 2023. La croissance du marché mondial est principalement tirée par les trois principaux marchés que sont l’Arabie saoudite, l’Iran et la Malaisie, qui représentent près de 80% du total des actifs mondiaux», précise M. Ghlamallah. Des estimations indiquent que le nombre d’opérateurs (Takaful, re-Takaful et de fenêtres) est de 324 avec 113 opérateurs mixtes, 112 opérateurs généraux, 76 opérateurs familiaux et 21 opérateurs Retakaful.
    Fouad Irnatene
 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions