mercredi 21 aot 2019 08:36:57

Enquêtes anti-corruption : Comparution des Kouninef devant le Procureur de la République

Un « comité d’accueil » spécial

PUBLIE LE : 23-04-2019 | 23:00
D.R

Après Issad Rebrab, avant-hier, c’était au tour des frères Kouninef d’avoir affaire à un «comité d’accueil» spécial lorsqu’ils sont arrivés sous une forte escorte, hier après-midi au tribunal correctionnel de Sidi M’hamed, près la cour d’Alger, où ils ont été présentés devant le parquet pour des faits liés à la corruption et autres malversations.

Dès l’apparition sur la rue de la Liberté du fourgon de la Gendarmerie nationale, des dizaines de citoyens, qui se sont regroupés près de l’entrée du tribunal, quelques minutes seulement après avoir eu vent de l’infirmation de l’arrivée imminente de la fratrie, ont scandé des slogans qui dénonçaient les passe-droits dont les mis en cause ont bénéficié ces dernières années, notamment depuis l’avènement de Bouteflika. À coups de «Bandes de voleurs», «Tout le monde doit être poursuivi par la justice» ou encore «Jugez Saïd», allusion faite au frère et conseiller de l’ancien président de la République, Abdelaziz Bouteflika, les citoyens ont clairement montré leur colère devant l’ampleur des dossiers de corruption qui sont dévoilés chaque jour.   Il faut signaler que les frères Kouninef, dont plusieurs médias ont relevé leurs accointances avec le cercle présidentiel de Bouteflika, plus particulièrement Saïd, ont été interpellés avant-hier par la Gendarmerie nationale qui poursuit ses enquêtes préliminaires à l’encontre   de plusieurs hommes d’affaires, dont certains sont interdits de sortie du territoire national pour leur implication dans des affaires de corruption. Ils ont été finalement  déférés devant la justice pour répondre, selon l’APS, aux chefs d’accusation de «non-respect des engagements contractuels dans la réalisation de projets publics, trafic d’influence avec des fonctionnaires publics pour l’obtention de privilèges et détournement de fonciers et de concessions». Les mis en cause devaient, sauf grande  surprise, être placés en détention provisoire, comme cela a été le cas, la veille, tard dans la nuit, du patron de Cevital. Issad Rebrab a été en effet transféré vers la prison d’El- Harrach (Alger), après que le juge le juge d’instruction du tribunal correctionnel de Sidi M’hamed l’eut placé en détention provisoire, pour «fausse déclaration relative  aux transferts illicites de capitaux de et vers l’étranger, surfacturation d’équipements importés et importation de matériels d’occasion, alors qu’il avait bénéficié d’avantages douaniers, fiscaux et bancaires».
 S. A. M.

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions