dimanche 26 mai 2019 15:21:31

M. Ali Ghediri, invité de notre Forum : « écourter la transition et aller vite à la présidentielle »

« Personne ne détient le monopole de l’identité nationale qui ne doit subir aucune surenchère. »

PUBLIE LE : 23-04-2019 | 0:00
Ph : Wafa

«L’élection présidentielle constitue actuellement la seule solution qui garantit la préservation de la stabilité politique du pays», a affirmé l’ancien général à la retraite, actuel candidat à l’élection présidentielle, prévue pour le 4 juillet prochain. M. Ali Ghediri, qui était hier l’invité de notre Forum, ne voit pas d’autre issue à la crise actuelle que traverse notre pays, que de rester dans la légitimité constitutionnelle et d’aller au plus vite vers des élections. «Mon principe est de rester dans la légalité et le cadrage légal du processus, et je suis un fervent défenseur de ceux qui demandent le départ du système, mais je suis aussi défenseur de la continuité de l’État», a-t-il affirmé.

M.  Ghediri ne craint-il pas de perdre de sa crédibilité face à des Algériens qui rejettent ces élections s’il maintient sa candidature ? Notre invité estime que s’il écarte cette voie légale, il faut présenter au peuple une autre voie et il n’ya pas actuellement d’autres voies que celle du danger, de l’anarchie et du débordement.  «Même si on trouve à redire sur le contenu de la Constitution, elle a le mérite d’exister et d’être là et on n’a d’autres choix que de la respecter, le chemin le plus court et le plus sûr c’est d’aller à ces élections. Maintenant on peut discuter sur comment garantir ce scrutin».
Les garanties pour la transparence de ces élections ? «Ce sont les Algériens qui assureront cette crédibilité quand près de 20 millions d’Algériens sortent dans la rue plus rien ne leur fait peur ni les institutions ni les personnes, il n’ y a pas meilleur garanties que la volonté populaire et meilleur garant c’est l’éveil de la population».
Abordant la principale revendication des Algériens, à savoir le départ du système, notre invité affirme et confirme ses dires lors de ses différentes sorties médiatiques en disant que «ce système politique montre des signes de vieillissement car il n’a pas eu l’intelligence de le régénérer par de nouveaux acteurs même si aujourd’hui, il s’accroche car il est finissant et j’invite le peuple a lui donner actuellement le coup de grâce» dira M. Ghediri.
A la question de savoir si l’ancien général à la retraite a déposé son dossier de candidature pour le scrutin du 4 juillet prochain, notre invité dira que j’étais candidat depuis janvier dernier, j’ai déposé mon dossier pour les élections reportées et normalement ma candidature sera prise en considération pour le prochain scrutin maintenant si ceux qui décident sont de bonne foi on acceptera mon dossier et on me déclarera candidat mais si l’on décide de ne pas avaliser ma candidature ils devront assumer leur responsabilité devant l’histoire».

« Personne ne détient le monopole  de l’identité nationale qui ne doit subir aucune surenchère. »

A la question de savoir pourquoi M. Ghediri et d’autres personnalités n’ont pas ouvert un débat avec toute la classe politique afin de répondre aux revendications des Algériens, notre invité révèle que depuis qu’il a annoncé sa candidature pour les élections présidentielles annulées, il a subi jusqu'à la dernière minute des pressions énormes pour se retirer de ces élections «Cinq voitures me filaient constamment, mes lignes téléphoniques et celles de ma familles étaient sur écoute, on me suivait là ou j’allais mais j’ai choisi cette voie et je l’assume». Notre invité dira qu’il était impossible d’organiser le moindre débat car les conditions n’étaient pas réunies «Maintenant si je suis élu et que je ne respecte pas mes engagements, ceux d’ouvrir et libérer les débats je vous donne le droit de m’interpeller», répondra notre invité.
Sur la question de l’identité nationale et de la polémique autour de la multitude de drapeaux exhibés lors des manifestations, l’ancien général à la retraite et actuel candidat aux élections dira que «l’Algérie s’est libérée du colonisateur avec un seul drapeau Je dis ça sans aucune démagogie, personne n’a le monopole de l’identité nationale, je refuse toute surenchère sur l’identité algérienne, le triptyque est assumé par tous les algériens : l’arabité, l’amazighité et l’islamité nous les assumons et je vais vous rajouter une autre dimension qui est l’africanité qui est aussi importante il n’appartient à personne de d’accaparer les dimensions de l’identité nationale».
Abordant la problématique des dangers qui risquent de guetter l’Algérie si la situation ne trouve pas d’issues, M. Ghediri évoquera de réelles volontés d’ingérences indirectes, «les déclarations de BHL sur la situation du pays, la réunion qui s’est tenue à Doha pour discuter de ce qui se passe en Algérie et d’autres manœuvres ne sont pas innocentes» a-t-il estimé.
M. Ghediri, tout en accueillant favorablement les différentes interventions de l’ANP, en appelle au chef d’état-major à «faire beaucoup plus en accompagnant ce peuple dans ses revendications et assumer jusqu’au bout le respect de sa volonté». Commentant les réunions de concertations qui se se sont déroulées hier, au Palais des Nations, notre invité révélera qu’il n’a pas été ni invité ni approché pour participer à ces consultations. «Et même si j’avais été invité, je n’aurais pas accepté. Toutefois, je ne crois pas que d’éventuelles décisions pourraient découler de cette réunion, je lui souhaite de réussir».
    Farida Larbi

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions