mardi 20 aot 2019 17:22:55

Le président du Front El-Moustakbal, à notre Forum : « L’élection, la seule issue démocratique »

M. Belaïd : « Nous refusons la période de transition : nous ne pouvons pas arriver à la démocratie avec des moyens non démocratiques. »

PUBLIE LE : 21-04-2019 | 23:00
Ph : A. Asselah

 « La solution, c’est avec le dialogue. »

«Si l’on ferme les portes du dialogue, on ouvrira forcément celles de la violence, la seule solution qui nous reste pour sortir de cette grande crise est d’aller vers des concertations avec toutes les forces actives sans exclusive.» C’est en ces termes que M. Belaïd Abdelaziz,  président  du parti El-Moustakbal, invité hier de notre Forum, s’est exprimé, pour justifier sa réception par le chef de l’État, M. Abdelkader Bensalah,  et sa présence aujourd’hui parmi les participants aux réunions de concertation proposées par la présidence.

Pour le président d’El-Moustakbal, sortir des textes de la Constitution risque d’être très dangereux pour notre pays. Notre invité dit refuser toute période de transition, car cela mènera le pays vers l’inconnu et l’anarchie. «Pour la sauvegarde de l’Algérie, on est prêt au parti El-Moustakbal à négocier et à dialoguer avec toute personne à même de trouver des solutions sans exclusive, et s’il faut dialoguer avec le diable, on le fera !» affirme M. Belaïd qui estime que «la stabilité du pays, la préservation des institutions et des personnes, ainsi que le transfert du pouvoir dans le cadre de la légalité ne peuvent se faire qu’à travers des élections propres et transparentes».
Pour ce faire, l’invité de notre Forum révèle qu’il a proposé, lors de sa rencontre avec M. Bensalah, «des solutions à même de garantir l’intégrité et la transparence des élections, et ce à travers l’instance indépendante des élections. Celle-ci doit être dotée d’une totale indépendance, et de prérogatives de contrôle et d’organisation du déroulement de toutes les phases du processus électoral». M Belaïd affirme qu’«on ne peut pas construire des institutions et un État démocratiques avec des mécanismes et outils non démocratiques». «Le système constitue une partie de la solution, et on doit faire avec», dit l’invité du Forum, tout en assurant que son parti reste à l’écoute des manifestants et soutient les revendications du peuple, M. Belaïd considère que «la seule manière de consacrer la souveraineté et la volonté du peuple, et appliquer les articles 07 et 08 de la Constitution, c’est d’aller vers des élections».

« L’Administration doit être écartée de toutes les étapes du scrutin. »

Quelles sont les garanties qui peuvent assurer un scrutin propre et sans fraude ?
M. Belaïd, qui avait pourtant dénoncé, lors des préparatifs de  l’élection présidentielle qui devait avoir lieu le 18 avril dernier, un début de fraude et de tricherie de l’Administration, répond que c’est à cette instance indépendante, qui naîtra à l’issue des réunions de concertation, de superviser ce scrutin du début à la fin.
«On écartera l’Administration de toutes les étapes de ces élections de la révision des listes électorales jusqu’à la prononciation des résultats», préconise-t-il.
Cela est-il possible ? «Oui, à condition que la classe politique, les partis de l’opposition, les syndicats et la société civile s’impliquent un peu plus, pour mettre en place une instance indépendante forte et légale qui aura tous les pouvoirs», répond notre invité qui considère que le peuple ne peut s’exprimer qu’à travers les urnes, «et le plus tôt possible, car cela devient très dangereux de poursuivre ces protestations sans vision, et tous ceux qui refusent aujourd’hui d’aller vers le dialogue veulent le pourrissement».
À la question de savoir avec qui ce dialogue prôné et proposé par la présidence se tiendra si  un grand nombre des partis politiques, des personnalités et des syndicats rejettent cet appel, M. Belaïd dit qu’actuellement les «Algériens sont manipulés et trompés par certaines parties qui ne veulent pas qu’on trouve une solution à la crise». «Il est inconcevable que des politiques se contentent d’observer de loin la situation et restent dans l’expectative, au moment où le danger plane sur notre pays. Nous, au parti El- Moustakbal, nous jouons notre véritable rôle de force politique et refusons de nous contenter d’attendre l’issue du rapport de force entre les gens au pouvoir et le peuple, nous refusons d’adopter la politique de la chaise vide», dit-il.

«  Il est possible d’aller vers la modification de certains  articles de la Constitution,  à l’issue de ces concertations. »

Sur un autre chapitre, l’invité du Forum affirme que «si des personnes ont failli dans leur gestion en économie ou en politique, seule l’urne pourrait les écarter et les éloigner du pouvoir.
On ne doit pas utiliser la politique de chasse aux sorcières, il faut aujourd’hui se munir de sagesse, de tolérance et de patience, pour gérer cette crise toujours dans le cadre de la Constitution».
Pourquoi M. Belaïd reste accroché à l’application de la Constitution ? «Parce que la Constitution n’est pas le Coran et que les solutions à la crise se trouvent dans la Constitution, on peut même écarter les personnes contestées par le peuple par les textes de la Constitution», répond-il.
De quelle manière ? «Tout simplement en apportant des modifications à certains articles pour les adapter à la situation ; pour cela les trois- quarts des membres des deux chambres du Parlement peuvent se réunir et revoir certains articles de la Constitution.»
À la question de savoir si cette proposition a été soumise à M. Bensalah, notre invité affirme que «non seulement cela a été proposé, mais qu’il est fort possible qu’à l’issue de ces réunions de concertation, on aille vers cette solution, à savoir la réunion des membres des deux chambres du Parlement, pour revoir certains articles de la Constitution».
Farida Larbi

------------------------------------

« Nous avons besoin d’une exégèse de la constitution pour trouver une solution »

Le président du Front El-Moustakbal, Abdelaziz Belaïd, a tenu à précise, hier à notre Forum, que «la sortie de la crise politique actuelle doit se faire dans le respect total de la Constitution». Dans ce cadre, M. Belaïd estime  que «notre Constitution est riche en articles qui peuvent apporter des solutions à la crise actuelle, seulement il faut faire appel à des juristes pour  interpréter, lire et adapter ces articles de la Constitution et faire la juxtaposition sur le terrain».
Après avoir souligné que la Constitution ne contient pas seulement les articles 102, 07 et 08, et qu’elle n’est pas non plus le Coran, notre invité estime que «nous pouvons faire l’exégèse et la jurisprudence des articles, pour s’en sortir par la Constitution», et non pas par le politique. Dans le même sens, le candidat à la présidentielle de 2014 et de 2018 a considéré que la Constitution au sens large du terme est le «contrat entre le gouvernant et le gouverné», précisant qu’«il y a trop de propagande et de rumeurs qui peuvent influencer la politique de l’Algérie», indiquant que «la crédibilité de notre pays est en jeu et l’État en danger actuellement».
Après avoir valorisé les vertus du dialogue pour donner la possibilité de réunir toute l’élite sans aucun complexe, le chef de parti El-Moustakbal a mis en garde contre des politiques qui adoptent «l’idée d’exclusion» et de favoriser une personne sur une autre, précisant qu’«on ne peut pas atteindre le sommet de la démocratie, sans travailler avec les mécanismes de la démocratie», rappelant que «la politique d’exclusion nous a fait très mal durant la décennie noire». Dans le même cadre, M. Belaïd a dit que «la politique de diabolisation ne mène absolument à rien… s’il faut dialoguer avec le diable, on le fera pour l’Algérie», confirmant que «des personnalités politiques font des rencontres nocturnes, en cherchant des solutions pour elles, et non pas pour l’Algérie».
H. Hamza

 

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions