mardi 20 aot 2019 17:25:41
D.R
Le chef de l’État, Abdelkader Bensalah, a reçu successivement, jeudi dernier, l’ancien président de l’APN, Abdelaziz Ziari, l’avocat et militant des droits de l’homme, Miloud Brahimi, et le président du Front El-Moustakbal, Abdelaziz Belaïd. Un communiqué de la Présidence indique que ces rencontres «entrent dans le cadre de la volonté de concertation que prône le chef de l’État dans le traitement de la situation politique du pays». 
 
Ledit communiqué ne donne aucun détail en rapport notamment avec les questions qui ont été évoquées et débattues lors de ces mêmes rencontres mais aussi de ce qui a été retenus comme éventuelle décision en matière du traitement de la crise actuelle. Abdelaziz Ziari a évoqué sur un site électronique une «véritable volonté de chef de l’Etat d’aider au changement et la sortie de crise». De son côté, le président du Front El Moustaqbel a publié un communiqué dans lequel il a mis l’accent sur la mise en place d’une commission indépendante de surveillance des élections garante de la transparence de la présidentielle du 4 juillet.  Ces audiences accordés par Bensalah à Ziari, Brahimi et Belaïd à la vielle d’un 9e vendredi de contestation populaire n’ont eu aucun effet sur la déferlante populaire ayant appelé, hier encore, au départ de tous les symboles du système. 
Sur un autre volet, la Présidence de la République a initié pour lundi prochain une séance de consultations élargies aux partis politiques, aux personnalités de la société civile et notamment aux figures de proue du mouvement auxquels s’ajoutent des spécialistes en droit constitutionnel. En la matière, plus d’une centaine d’invitation auraient été adressées aux concernées. Le principal ordre du jour de ces consultations traitera essentiellement de la phase de transition, soit cette conjoncture sensible que vit le pays depuis l’avènement de la déferlante populaire opposée au régime et réclament une rupture radical avec le système. 
Une conjoncture marquée par le maintien de la dynamique des manifestations pacifiques pour un changement radical du système et ses figures emblématiques. Une conjoncture qui se caractérise aussi par la mise en action d’un processus d’une élection présidentielle depuis la convocation du corps électoral, le 11 avril dernier, et qui fait l’objet d’un rejet de la part de nombre de formations de l’opposition.
 Une conjoncture ou des ministres du gouvernement font face également à la colère et la contestation de la population à chacune de leurs sorties sur le terrain. C’est dans ce contexte que la Présidence de la République appelle à une concertation avec des responsables des partis politiques et représentant de la société civile en vue d’une solution souhaitée consensuelle à la crise actuelle. 
L’espoir est permis quant à l’aboutissement d’un consensus devant permettre la consécration des revendications du peuple qui demeure souverain dans ses choix engageant l’avenir de la nation.
 L’espoir est permis aussi quant à l’éventualité de mieux affiner les mécanismes liés aux préparatifs de la prochaine présidentielle dans le sens à susciter plus d’adhésion de la classe politique et de s’assurer d’une large participation des électeurs à l’occasion de ce scrutin auquel il faudra aussi réunir toutes les conditions garantissant sa transparence et sa crédibilité.
 Karim Aoudia

Me Brahimi : « une commission souveraine de transition » 
 
Me Miloud Brahimi a plaidé, hier à Alger, pour la mise en place d’une «commission souveraine» chargée de gérer la transition et l’organisation de l’élection présidentielle «sans hésiter à mettre la Constitution de côté». Cette commission qui sera créée en accord avec les partis politiques et les représentants de la société civile «peut différer la date de l’élection présidentielle et préparer le terrain afin d’assurer le départ définitif de ce système», a déclaré Me Brahimi à l’APS au lendemain de sa rencontre avec le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah. La commission que j’ai proposée au chef de l’Etat, «prendra les décisions et les procédures nécessaires sur comment faire, qui va faire et quand il faut faire», a-t-il dit, soulignant que cette commission doit «prendre toutes les décisions sans hésiter à mettre la Constitution de côté». «Le contexte politique actuel du pays ne permet pas d’organiser une élection présidentielle le 4 juillet prochain qui sera au niveau des attentes du peuple. Il faut aboutir à la refondation du pays et à la construction d’un régime digne des attentes de ce peuple», a indique l’avocat et juriste, estimant que la mobilisation populaire «est une véritable révolution en Algérie et dans le monde». 
     Pour Me Brahimi, l’institution proposée par M. Bensalah dans son message à la nation pour réunir les conditions d’organisation d’élections nationales «honnêtes et transparentes» peut se transformer en commission de transition et préparer les conditions de la prochaine présidentielle. La conférence de lundi prochain arrivera à un constat selon lequel ‘‘il est impossible de tenir une élection présidentielle le 4 juillet prochain que le peuple rejette’’, a ajouté Me Brahimi. 

M. Abdelaziz Belaïd : 
« Garantir l’intégrité et la transparence des élections »  
 
De son côté, le président du Front El-Moustakbal, Abdelaziz Belaïd, a proposé lors de sa rencontre avec M. Bensalah, «des solutions à même de garantir l’intégrité et la transparence des élections, et ce, à travers l’instance indépendante des élections. Celle-ci doit être dotée, d’une «totale indépendance», et de «prérogatives de contrôle et d’organisation du déroulement de toutes les phases du processus électoral», indique un communiqué du parti. M. Belaïd a estimé que «la stabilité du pays, la préservation des institutions et des personnes, ainsi que «le transfert du pouvoir dans le cadre de la légalité ne peut se faire qu’à travers des élections propres et transparentes». 
 
  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions