dimanche 18 aot 2019 08:38:32

Rachid Malaoui, président du SNAPAP : « Le pays est à la croisée des chemins »

Le forum du Courrier d’Algérie a accueilli, hier en son siège à Kouba (Alger), le président du Syndicat autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP) et de la Confédération générale autonome des travailleurs en Algérie (CGATA), pour un débat intitulé «La transition actuelle en Algérie : par qui et par quels mécanismes ?

PUBLIE LE : 15-04-2019 | 23:00
Ph. : Wafa

Le forum du Courrier d’Algérie a accueilli, hier en son siège à Kouba (Alger), le président du Syndicat autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP) et de la Confédération générale autonome des travailleurs en Algérie (CGATA), pour un débat intitulé «La transition actuelle en Algérie : par qui et par quels mécanismes ?
 Se prêtant au jeu des questions-réponses,  Rachid Malaoui a  affirmé d’emblée ne pas faire de «politique politicienne», mais plutôt s’intéresser aux conditions de vie et donc au pouvoir d’achat des citoyens. Estimant que l’Algérie est à «la croisée des chemins», il a fait par de ses espérances de voir mettre en place une Constituante s’inspirant du modèle tunisien et faisant émerger des «nouvelles» figures. Malaoui a assuré, à cette occasion, qu’une autre voie politique était possible. «En effet, il existe un courant de pensée qui appelle à une transition courte débouchant rapidement sur une élection présidentielle», a-t-il affirmé, soulignant, dans ce cadre, que l’institution militaire privilégie, pour des raisons de stabilité du pays, une présidentielle dans les plus brefs délais. Et d’ajouter, à ce propos, que l’Armée nationale populaire (ANP) a pris le parti du peuple.
Mettant à profit cette opportunité, le président du Syndicat autonome des personnels de l’administration publique a expliqué qu’on peut, d’autre part, imaginer une transition négociée et assurée par le Haut conseil de sécurité. Revenant sur la thématique propre à l’activité syndicale, Malaoui a soutenu que la création d’un syndicat ne devrait pas nécessiter une autorisation de la part des services du gouvernement, et insisté sur la nécessité à ce que les travailleurs élisent eux-mêmes et «librement» leurs représentants syndicaux, regrettant, dans la foulée, le fait que le secteur privé manque cruellement de syndicalistes. «Cependant, nous enregistrons, ces dernières années, une augmentation sensible des demandes de représentation syndicale, et ce notamment dans le secteur agro-alimentaire», s’est-il félicité, affirmant que de tout temps, les puissances étrangères utilisent les tensions inhérentes à certaines sociétés pour faire pression ensuite, tant sur les gouvernements que sur les sociétés civiles. À ce titre, le président du SNAPAP a indiqué que les puissances étrangères privilégient la politique du «retournement de table», pour pouvoir, par la suite, «imposer» leurs agendas. 
Sami Kaïdi

  • Publié dans :
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions